Le président Patrice Talon à Paris :  « Ces biens culturels… c’est notre âme »

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Le président Patrice Talon à Paris :  « Ces biens culturels… c’est notre âme »

Le président Patrice Talon à Paris dans le cadre de la restitution des trésors royaux du Bénin par la France

Le retour au Bénin de 26 trésors de l’ex-royaume du Danxomé spoliés par la France est effectif. Mais avant, un ultime accord a été signé à Paris entre parties française et béninoise. Occasion pour le président de la République, Patrice Talon, d’exprimer sa joie de voir les œuvres revenir au bercail, mais son regret pour celles qui séjournent encore en terre française.
LIRE AUSSI:  Éditorial de Paul Amoussou : une nouvelle page
« Il est regrettable que cet acte de restitution, si pourtant appréciable, ne soit pas de portée à nous donner entièrement satisfaction ». Sur le perron de l’Elysée, alors qu’il venait de rencontrer son homologue français avec qui, entre autres, il a eu des échanges sur les 26 trésors royaux du Bénin en route pour revenir au pays, le président de la République ne s’est pas empêché d’exprimer son amertume. « Comment voulez-vous qu’à mon départ d’ici avec les 26 œuvres, mon enthousiasme soit total pendant que le dieu Gou, œuvre emblématique représentant le dieu des métaux et de la forge, la tablette du fâ, œuvre mythique de divination du célèbre devin Guèdègbé, et beaucoup d’autres, continuent d’être retenus ici en France, au grand dam de leurs ayants droit?», fait savoir le chef de l’Etat. Il dit tout de même garder espoir qu’à l’instar des œuvres en rapatriement au pays, ces autres biens finiront par l’être aussi. «L’espoir de leur retour au pays est désormais permis grâce à vous. C’est extraordinaire », a-t-il indiqué. C’est pourquoi, il salue à sa juste valeur l’acte premier de cette restitution et en profite pour « congratuler franchement pour ce tout premier épisode », en attendant la suite.
Malgré l’once d’insatisfaction, le chef de l’Etat a laissé s’exprimer son émotion pour ce premier acte abouti. « L’émotion qui m’étreint est dévastatrice parce que j’ai espéré, j’ai désespéré, je me suis accroché et j’ai prié tous les dieux, tous nos ancêtres pour que vous soyez bien inspiré et ils l’ont fait », a-t-il lancé au président français Emmanuel Macron. La France aura toute la grâce qu’elle mérite par cet acte si élogieux qui permet à ces œuvres de retourner chez elles. Bien plus que de simples biens culturels du royaume d’Abomey, « ces trésors constituent notre âme », a fièrement exposé le président de la République. Ils relèvent, selon lui, de « notre patrimoine génétique profond ». Le fait de leur permettre de retourner chez eux, parmi les leurs est, selon ses dires, un pas important pour «notre bien, pour notre tranquillité, pour notre sérénité désormais». Le président Patrice Talon est reparti de Paris, tout en étant convaincu et assuré que très bientôt, le reste des trésors culturels de son pays détenu en France connaîtra le même sort que les 26 œuvres qu’il emporte avec lui. Une fois à Cotonou, « elles seront célébrées, mais vous aussi. La France sera célébrée aussi parce que nous n’avons plus de doute que la suite viendra ».
LIRE AUSSI:  Éditorial de Paul Amoussou : une nouvelle page