L’éditorial de Paul AMOUSSOU: Ces mantras mensongers

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur L’éditorial de Paul AMOUSSOU: Ces mantras mensongers


 

On nous ment ! Ou alors on nous prend pour des gogos ! On nous vend une recette et puis, on nous fait croire que la nouvelle recette est préférable et qu’il faut changer de paradigme ou de fusil d’épaule, pour le développement tant quêté. Et ainsi de suite…Sur ce registre qui semble être celui d’un enfumage permanent, il faut retenir le fameux programme d’ajustement structurel censé sortir de la galère les pays qui y ont été soumis mais qui aura créé davantage de problèmes aux économies et fut même un facteur de déstructuration du capital humain.

LIRE AUSSI:  L’éditorial de Paul AMOUSSOU : Des dynamiques et des discrétions


Il en est du programme d’ajustement structurel comme de nombreux idiomatiques de même acabit, excepté peut-être les Objectifs de développement qui comme tels ne peuvent être que génériques. Ils sont légion et font office de nec plus ultra, en tout cas vendu comme tel par leurs spécialistes. Des formules sans lesquelles rien ne devrait aller, jurent ceux-ci jusqu’à ce qu’une nouvelle formule par eux inventée ne soit dans le vent, volant la vedette aux précédentes. Les certifications ISO, devenues le mantra de toutes les entreprises qui se veulent dignes du nom ici et là, en sont un exemple parmi tant d’autres aujourd’hui. Mais l’on sait, par expérience, que d’un concept à l’autre, ces formules toutes faites servent plus de tremplin pour les ayants cause que pour leurs cibles qu’elles sont censées sortir de quelque mauvais pas ! Un attrape-nigaud en vérité. Car, et pour demeurer sur ces deux exemples, disons que les Etats africains n’avaient pas besoin des institutions supranationales, aussi grande soit leur réputation, pour observer des normes de bonne gouvernance. Les écarts de conduite notés dans la gouvernance des Etats africains dans les années 70-80 n’impliquent pas que les gouvernants de ces pays ignoraient les bonnes pratiques, mais plutôt qu’ils ont délibérément choisi de ne pas les observer. C’est une faute dont la conséquence fut la banqueroute desdits Etats. Mais le présent propos est que l’ordonnance établie ne se s’est pas révélée idoine.
Sur un tout autre item, mais dans le même esprit, les solutions prônées contre la poussée démographique, abordant l’impact de la forte natalité, illustrent à merveille le phénomène. De ‘’limitation des naissances’’, la sémantique empruntée par les messages de planification familiale est passée au ‘’contrôle des naissances’’ puis ‘’au choix du nombre d’enfants voulus’’, sans que la conviction soit toujours au rendez-vous chez ces hommes de peu de foi qui trainent le pas à adhérer à une religion qui reste dans le fond accolée à ‘’la limitation des naissances’’ comme le clament certains ouvertement, pas dupes ! l

LIRE AUSSI:  L'éditorial de Paul Amoussou: Think tank au sommet de l’État