Législatives 2023 : encore neuf jours pour s’assurer une place sur la Lei (le délai de l’opération prorogé au 22 avril)

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Législatives 2023 : encore neuf jours pour s’assurer une place sur la Lei (le délai de l’opération prorogé au 22 avril)

Législative 2023De potentiels électeurs vérifiant leurs noms sur la Léi

Les potentiels électeurs qui n’ont pas satisfait aux exigences du Ravip ont encore dix jours pour se faire enrôler ou fournir les informations personnelles indispensables à leur inscription sur la Liste électorale informatisée. L’opération lancée à cet effet le 17 mars dernier par l’Agence nationale d’identification des personnes, et qui devrait prendre fin ce samedi 16 avril, est prorogée au vendredi 22 avril.

LIRE AUSSI:  Législatives 2023 : Le président du Ces reçoit les assurances de Sacca Lafia

Il est encore possible de se rendre aux postes de collecte installés dans les différents arrondissements pour se faire enrôler au Ravip pour ceux qui ne l’avaient pas fait ; ou pour fournir des informations complémentaires pour ceux qui n’avaient pas fini le processus d’enrôlement. Sans quoi, les personnes concernées ne pourront pas participer aux prochaines élections législatives. Pour satisfaire à cette exigence, les populations ont encore dix jours. L’opération qui devrait prendre fin ce samedi 16 avril, a été prorogée au vendredi 22 avril. « Le gestionnaire mandataire de l’Anip porte à la connaissance du public que l’opération de régulation des résidus pour l’inscription sur la Liste électorale informatisée (Lei) se poursuit jusqu’au vendredi 22 avril 2022 à 16 heures », renseigne une note de l’Anip en date d’hier mercredi 13 avril.
En vue de la réalisation d’une Liste électorale informatisée inclusive et fiable, l’Agence nationale d’identification des personnes (Anip) a, en effet, invité les citoyens figurant au Registre national des personnes physiques (Rnpp) issu du Recensement administratif à vocation d’identification de la population (Ravip) à se rapprocher des postes de collecte installés dans les différents arrondissements pour fournir des informations personnelles indispensables à leur inscription sur la Lei. L’Anip a, dans ce cadre, affiché dans les bureaux d’arrondissement, la liste des personnes concernées, par village ou quartier de ville, selon les lieux de l’enrôlement au Ravip. L’opération a cours en même temps que l’enrôlement des personnes n’ayant pas pris part au Ravip. Elles pourront saisir cette opportunité pour indiquer leur centre de vote en vue de leur intégration à la Liste électorale informatisée. Il ne reste donc que neuf jours pour enrôler les électeurs irréguliers qui souhaitent prendre part aux législatives de 2023 ; ou pour régulariser la situation des citoyens figurant au Registre national des personnes physiques issu du Ravip mais qui n’ont pas fourni toutes les informations personnelles indispensables à leur inscription sur la Lei.

LIRE AUSSI:  Promotion des activités génératrices de revenu: Le Pnud et le gouvernement dotent les femmes handicapées en équipements

Ça doit bouger !

La sensibilisation des populations pour leur enrôlement au Ravip ou la régulation de leur situation en vue de leur inscription à la Liste électorale informatisée ne devrait pas incomber seulement à l’Etat. Au regard de la part active que la Constitution leur accorde dans l’animation de la vie politique et plus spécifiquement au regard de l’échéance prochaine, les élections législatives de janvier 2023, les partis politiques doivent agir. Ils devraient déployer leurs représentants dans les quartiers de ville et villages pour aider à la sensibilisation. Car une personne enrôlée, c’est un potentiel électeur à gagner. Qui veut aller loin, ménage sa monture. Certaines formations politiques, relativement mieux représentées sur le territoire, ont compris l’enjeu et font déjà de leur mieux pour contribuer à la réussite de l’opération : communiqués de presse par-ci, rappels sur les réseaux sociaux par-là… Mais d’autres partis, curieusement moins présents sur la scène politique, n’ont pas compris que la bataille est lancée et qu’il faille commencer à motiver les potentiels électeurs, ne serait-ce que pour s’affirmer sur la scène et gagner en visibilité. Ce serait déplorable que ce soit à la veille des élections, comme il est de coutume, que certains acteurs relèvent aux dernières heures des prétendus vices dans la Lei. Pour jouer la veille, c’est maintenant ! Dans tous les partis politiques qui se réclament une certaine légitimité, ça doit bouger !