Lenteur dans le déploiement du microcrédit Alafia: Les Sfd du septentrion sensibilisés

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lenteur dans le déploiement du microcrédit Alafia: Les Sfd du septentrion sensibilisés

Femmes bénéficiaires microcrédit Alafia Cotonou

La ministre des Affaires sociales et de la Microfinance a échangé avec les responsables des systèmes financiers décentralisés des quatre départements du septentrion, jeudi 15 décembre dernier. La séance a mobilisé à la salle de conférence de la préfecture de Natitingou, un parterre d’acteurs venus écouter Véronique Tognifodé sur la lenteur observée dans le déploiement du microcrédit aux cibles des régions nord du Bénin.

LIRE AUSSI:  64e édition du pèlerinage marial de Dassa-Zoumè: Sous le signe de « Marie, Mère de l’Eglise »

Véronique Tognifodé, ministre des Affaires sociales et de la Microfinance a échangé avec les structures qui accompagnent le gouvernement dans l’opérationnalisation du microcrédit Alafia au niveau du septentrion. La séance a mobilisé divers acteurs venus des départements du Borgou, de l’Alibori, de l’Atacora et de la Donga. L’autorité ministérielle a constaté une lenteur dans le déploiement du microcrédit Alafia aux cibles des quatre départements. Toutes choses qu’elle a déplorées tout en appelant les responsables des Services financiers décentralisés (Sfd) à revoir leur copie. Ces derniers s’étant engagés à accompagner le gouvernement, au dire de la ministre, ne manifestent pas une volonté qui puisse amener le ministère à leur décerner un satisfécit.
« Pourquoi jusque-là nous ne pouvons pas vous décerner un satisfécit malgré tous les efforts ? », s’interroge Véronique Tognifodé. Selon elle, les chiffres ne sont pas à la hauteur des attentes. « C’est un projet social et vous avez accepté d’accompagner le gouvernement pour appuyer les personnes en situation de vulnérabilité, mais désireuses de faire quelque chose pour sortir de la pauvreté. Vous avez accepté de nous accompagner à les aider », a rappelé la ministre des Affaires sociales et de la Microfinance aux responsables des Sfd. Le constat fait par la ministre est que le taux de sortie des fonds vers les cibles est faible alors que l’attente est grande.
Il faut dire que dans le septentrion, il y a un défi sécuritaire qui existe. À la base de ces problèmes sécuritaires, souligne Véronique Tognifodé, se trouve la pauvreté. Elle fait observer que les systèmes financiers décentralisés ont la possibilité de changer la donne, si le microcrédit est déployé vers les personnes désireuses de mener des activités génératrices de revenus. Pour alléger les opérations, le gouvernement a accordé des facilités non pas négligeables. Ainsi, les Sfd doivent comprendre, selon la ministre, qu’il s’agit d’un projet social. « Les microcrédits aujourd’hui, nous le savons bien, peuvent aider beaucoup de ménages désireux de faire quelque chose de pouvoir y arriver. Vous avez le pouvoir, parce que le gouvernement a mis l’argent à disposition », a-t-elle précisé.
Les échanges sont fructueux, selon Arouna Mama Chabi, chef d’agence d’une structure de microfinance opérant dans l’Alibori. «Malgré la volonté du gouvernement et la détermination des Sfd, la gestion du microcrédit Alafia ne marche pas sur le terrain. Les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, nous les avions exposées à la ministre. Elles se résument dans la périodicité de remboursement de ce crédit», a expliqué Arouna Mama Chabi. Lui et ses pairs sont toutefois conscients que le produit est bénéfique pour les populations et s’engagent à accompagner le gouvernement?

LIRE AUSSI:  Lutte contre la corruption au Bénin: L’amélioration du cadre législatif au cœur d’une rencontre à Grand-Popo