Libération des espaces publics: Les communes prennent leurs responsabilités

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Libération des espaces publics: Les communes prennent leurs responsabilités

Léandre Wilfried HoungbédjiLéandre Wilfried Houngbédji

Au cours de sa rencontre, mercredi 04 août dernier, avec les professionnels des médias, Wilfried Houngbédji est revenu sur la question de la libération des espaces publics. Le secrétaire général adjoint et porte-parole du gouvernement a fait savoir qu’il s’agit d’une opération initiée par les mairies.

LIRE AUSSI:  Décès de Rosine Soglo : Djogbénou exprime sa compassion au président Soglo

« Ce sont essentiellement les mairies qui organisent cette activité actuellement. C’est moins une activité du gouvernement que celle des mairies». C’est en ces termes que Wilfried Léandre Houngbédji a fait remarquer qu’il ne s’agit pas d’une opération initiée par l’Exécutif. Mais, précise-t-il, le gouvernement n’est pas contre une telle activité des mairies. « Le gouvernement se réjouit de voir que nos communes prennent conscience de la réalité. Et la réalité est que nous avons engagé beaucoup d’argent pour réaliser ces infrastructures modernes qui nous sont enviées», précise-t-il. Face à un tel investissement, il est donc nécessaire de protéger les infrastructures.

Le porte-parole du gouvernement cite en exemple les villes de Cotonou, Abomey, Lokossa, Parakou, Natitingou, Porto-Novo, Bohicon, Sèmè-Kpodji et Abomey-Calavi qui ont bénéficié de la première phase du projet asphaltage. Selon lui, aussitôt les travaux finis, les trottoirs sont malheureusement recolonisés par des citoyens à la recherche de revenus. « Le gouvernement, en observant que les mairies ont pris le dossier à bras-le-corps s’est dit que les élus locaux ont commencé à comprendre l’enfer. Parce que, à la vérité, si le gouvernement a le sentiment que les infrastructures ne sont pas entretenues et que les investissements qui ont été faits l’ont été sans que les uns et les autres prennent conscience de l’objectif poursuivi, c’est que les villes où cela se passe le plus pourraient être déclassées dans la prochaine phase d’asphaltage», a clarifié Wilfried Léandre Houngbédji.

LIRE AUSSI:  Urcar Grand Agonvy: 90 000 jeunes plants de palmier à huile à replanter sur 6107 ha

Il a profité de ce rendez-vous avec les hommes des médias pour encourager les communes et surtout les populations qui, selon lui, comprennent très bien les enjeux du moment.
Pour finir, le porte-parole du gouvernement espère que cela ne dure pas le temps d’un feu de paille. « Il faut espérer que cela se poursuive sur la durée jusqu’à ce que nous nous reconvertissions tous aux bonnes manières vis-à-vis de nos villes et de notre pays. Ce serait de bon augure pour le Bénin que nous prônons et pour la perspective que nous avons de faire de notre pays une destination touristique de premier plan. De même qu’on vienne à nous qualifier de pays propre où il est agréable de circuler», va-t-il conclure.

Par Ulrich Akpovo (Stag.)