Libération du domaine de la route des pêches: Le compte à rebours enclenché

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Libération du domaine de la route des pêches: Le compte à rebours enclenché


Les tractations sont relancées pour la libération, début septembre, du domaine maritime de la route des pêches. Les pêcheurs ont été informés, ce vendredi 27 août, de leur prochaine destination ainsi que des modalités y afférentes.

LIRE AUSSI:  Aménagement et bitumage des routes dans l’Ouémé-Plateau: Les travaux évoluent à souhait, selon le ministre Cyr Koty

Encore 72 heures, et les engins lourds pourraient entrer en action. A Togbin, le délai du 1er septembre est sur toutes les lèvres cet après-midi du vendredi 27 août 2021. Les occupants du domaine maritime venaient d’être informés par le préfet de l’Atlantique, Jean Claude Codjia, de l’imminence des opérations de libération. La nouvelle laisse perplexes certains occupants, comme Charlotte Kakpo qui ne sait à quel saint se vouer. « Je ne sais pas si mon atelier est concerné encore, puisque c’est en brique. S’ils peuvent nous laisser et qu’on paye quelques taxes, ce serait bien.

Dans le cas contraire, je ne sais que faire après avoir passé 15 ans ici. C’était totalement de la brousse», souligne cette coiffeuse.
A quelques pas de là, des mareyeuses commentent, avec craintes et humour, la nouvelle. « On nous a dit que nous irons à Djègbadji. C’est vrai que nous aurons un appui pour nous reloger, mais moi je ne sais pas si je peux toujours rejoindre Tokpa pour continuer à vendre du poisson », lance l’une d’entre elles. Pêcheur, Comlan Apédito dit n’avoir d’autre choix que de s’apprêter. « On ne peut pas refuser, même si le délai ne nous suffit pas. Si déjà, on peut nous montrer nos parcelles très tôt, on prendra les dispositions. C’est bientôt la rentrée », souligne-t-il.
Cette opération était prévue pour se dérouler, il y a trois mois. Les occupants étaient censés libérer les lieux avant le 14 mai 2021, pour surtout laisser place au reboisement de la côte. Mais après sa descente sur le terrain, le chef de l’Etat a décidé à la veille de l’échéance que les opérations soient suspendues, le temps que des réaménagements soient faits. Il était retenu que les maquis et restaurants ne seront pas détruits. Les pêcheurs quant à eux avaient la possibilité de rester encore sur place, pour ne pas voir perturber la scolarité de leurs enfants pour la rentrée 2020-2021.

LIRE AUSSI:  Conseil des ministres: De nouvelles modalités pour l’assistance en maîtrise d’ouvrage

De nouvelles modalités

Le délai de grâce est passé, les tractations sont relancées. Ce vendredi, l’autorité préfectorale a rassuré les populations des différents villages de pêcheurs à savoir Togbin-Daho, Adounko, Hio, Avlékété, Ahouandji, Ounvènanfidé, etc. Ils seront relogés sur deux sites dont Djègbadji. Ils auront droit à une parcelle par ménage et un appui financier pour s’installer. La côte en revanche devra être libérée début septembre.
Sur place, Jean-Marie Akibodé, conseiller local à Togbin-Daho, se veut rassurant. « Le préfet nous a parlé des avantages des aménagements prévus. Ça nous sera difficile au début, mais nous allons en jouir dans le futur. Nous ferons l’effort de quitter les lieux de notre gré, le 1er septembre 2021. C’est vrai le délai ne va certainement pas suffire. Un déménagement n’est pas facile à faire. Mais nous sommes en train de prendre les dispositions pour qu’il n’y ait pas de problèmes à Togbin », martèle l’élu local.
Plusieurs chefs de village contactés tiennent presque le même discours. La principale attente des uns et des autres est que les parcelles soient le plus tôt attribuées pour faciliter les déménagements.
Répondant pour sa part aux préoccupations des internautes à ce sujet, dans la même journée, le porte-parole du gouvernement a lui aussi essayé de dissiper les inquiétudes. « Les actions préalables sont en cours. Le domaine identifié pour accueillir les pêcheurs qui vont devoir quitter la berge est en cours d’aménagement. Ces pêcheurs sont identifiés et vont recevoir une indemnité pour se déplacer. Et après ça, l’opération pourra se mener », a déclaré Wilfried Léandre Houngbédji.
Ce n’est plus qu’une question de jours pour que soit effective la libération du domaine maritime. Jean-Marie Akibodé croit que le sacrifice mérite d’être fait pour des plages attractives : « Le président a du goût. C’est sûr qu’après les travaux, la plage sera captivante »?
357 ménages à déloger à Xwlacodji

LIRE AUSSI:  Aménagement et bitumage des routes dans l’Ouémé-Plateau: Les travaux évoluent à souhait, selon le ministre Cyr Koty

Toujours sur la côte, à l’Est du Port de Cotonou, on en sait plus sur la libération de la zone de Xwlacodji. Elle concerne le vieux village prévu pour être dégagé depuis une décennie. Selon le Porte-parole du gouvernement, 357 ménages sont identifiés pour être relogés. «Un site de relogement a été identifié et est en cours de recasement. Et les 357 ménages sont entièrement d’accord pour y participer. Ça a été très participatif, parce que ce sont des gens qui sont installés depuis et qui ont des titres. Le débat a été fait. Les accords ont été trouvés. Le chef de l’Etat a demandé que cela se mène de cette façon-là.

Ils vont bénéficier d’une indemnité pour se déplacer, libérer l’espace qui par la suite rentre dans le plan général d’anoblissement de cette zone et de modernisation de notre pays. Les parcelles qui seront attribuées correspondent à ce que les occupants avaient », a précisé Wilfried Léandre Houngbédji. Selon le communiqué en date du 19 août 2021 et signé du ministre du Cadre de vie, José Tonato et du ministre de la Décentralisation, Raphaël Akotegnon, la zone doit être libérée à compter du 15 septembre 2021.