Liberté de la presse à l’ère du numérique: Les professionnels des médias échangent autour des goulots d’étranglement

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Liberté de la presse à l’ère du numérique: Les professionnels des médias échangent autour des goulots d’étranglement


Le ministère de la Communication et de la Poste à travers la direction générale de la Communication et des Médias a initié, ce jeudi 24 septembre à Cotonou, un atelier regroupant les professionnels des médias, du droit, du numérique et autres, sur la liberté de la presse à l’ère du numérique. Ces assises ont permis aux participants, notamment les journalistes, de s’exprimer sur les difficultés liées à l’exercice de leur métier avec l’avènement du Code du numérique et de formuler des recommandations.

LIRE AUSSI:  Affaire placement « hasardeux » des fonds de la Cnss: Le dossier renvoyé au 30 janvier prochain

L’avènement des plate-formes numériques et leur usage par les professionnels des médias restreignent la frontière entre la liberté d’expression et la liberté de presse, selon plusieurs journalistes et observateurs de la vie publique béninoise. En vue de recentrer le débat, le ministère de la Communication et de la Poste à travers la direction générale de la Communication et des Médias a convié les professionnels des médias, du droit, du numérique et plusieurs autres acteurs concernés, à réfléchir sur la question et à faire des propositions pour l’amélioration de la situation.
“Cette rencontre d’échanges sur la liberté de la presse dans le contexte du numérique est pour nous la bienvenue ”, a déclaré la présidente de l’Union des professionnels des médias du Bénin à l’ouverture des assises. Zakiath Latoundji dit espérer que cette rencontre permettra aux différents acteurs de se prononcer sur les réels enjeux de la liberté de la presse en lien avec l’avènement du numérique. Des opinions et réflexions que le ministre de la Communication et de la Poste, Alain Orounla, souhaite franches et sincères. En outre, le ministre de la Communication présente l’avantage des plateformes numériques et relève les appréhensions des journalistes autour de l’outil. “L’avènement de cet outil moderne coïncide étrangement avec une certaine virulence sur les dénonciations, des interdictions de la liberté de la presse surtout avec l’adoption du code du numérique prévu pour combattre la cybercriminalité mais qui est perçu comme une arme braquée sur les professionnels des médias”,
regrette le ministre Alain Orounla. “Mais la vraie question qui devrait nous préoccuper, poursuit-il, est de savoir si la liberté de la presse rétrécit ou pas le support (…). En quoi peut-on être tolérant avec le support papier et être répressif avec le support numérique ? ”, lance-t-il. Pour lui, c’est la vraie question qu’il faut se poser tout en indiquant qu’il s’agit juste d’une réflexion à approfondir.
L’atelier du jour, souligne Alain Orounla, devrait donc permettre de dégager les vraies raisons de cette inquiétude des professionnels des médias. Tous les intervenants ont exprimé le souhait de voir la rencontre accoucher de bonnes recommandations afin que la paix revienne au sein des journalistes.
A l’occasion, une communication sur le thème: “Liberté de la presse et plateforme numérique” a été présentée par le conseiller à la Haac, Franck Kpochémè. S’en est suivi un débat sur la proportion d’applicabilité du Code du numérique à un journaliste détenteur de la carte de presse. Pour finir, les participants ont fait des suggestions allant dans le sens de la modification du Code du numérique.

LIRE AUSSI:  Usage du numérique dans l’agriculture: Acma2 outille des jeunes leaders d’Adjohoun et des Aguégués