Lutte antitabac: Les autorités préfectorales et municipales de l’Atacora-Donga renforcent leurs capacités

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lutte antitabac: Les autorités préfectorales et municipales de l’Atacora-Donga renforcent leurs capacités

Lutte antitabac_Autorités préfectorale et départemantale

Un atelier de renforcement de capacités a mobilisé les autorités préfectorales et municipales des départements de l’Atacora-Donga dans le cadre de la lutte antitabac dans la salle de conférence de la préfecture de Natitingou, jeudi 5 août dernier. Ce cadre d’échanges a été une occasion pour la plateforme des Organisations de la Société civile engagées dans la lutte contre le tabagisme d’outiller les participants sur diverses thématiques.

LIRE AUSSI:  Guichet des Associations des services financiers de Glazoué: L’agence des Collines bientôt fonctionnelle

La plateforme des Organisations de la Société civile engagées dans la lutte antitabac a renforcé les capacités des autorités préfectorales et municipales de l’Atacora-Donga, jeudi 5 août dernier, au cours d’un atelier tenu à la salle de conférence de la préfecture de Natitingou. Ledit atelier a pour objectif de renforcer les capacités des participants, pour une meilleure application de la loi 2017-27 relative à la production, au conditionnement, à l’étiquetage, à la vente et à l’usage du tabac, de ses dérivés et assimilés en République du Bénin.
A l’occasion, ont été abordés les méfaits du tabagisme et la corrélation entre la consommation des produits du tabac et la propagation de la Covid-19, les dispositions phares et les conditions nécessaires à la mise en œuvre efficace de la loi n°2017-27 du 18 décembre 2017. Le rôle des autorités administratives dans la mise en œuvre efficace de la loi ainsi que des arrêtés préfectoraux, les tactiques utilisées par l’industrie du tabac pour miner et fragiliser les politiques de santé publique en matière de lutte contre le tabagisme ont été aussi exposés aux participants qui s’estiment heureux de découvrir l’effort du législateur dans la lutte contre l’usage du tabac et ses dérivés au Bénin.
Rémi Kpognlangni, chargé de programme à l’Initiative pour l’éducation et le contrôle du tabagisme (Iect) note avec regret que la propension que prend la consommation des produits de tabac au Bénin devient préoccupante. Il n’est pas rare de voir des jeunes dans les lieux de loisirs et de regroupement autour des produits du tabac notamment la nouvelle consommation devenue la mode et connue sous l’appellation de Chicha, informe-t-il. « Le tabac constitue la seule drogue licite qui cause beaucoup de dégâts sur la santé du consommateur », souligne Rémi Kpognlangni. C’est aussi le même sentiment chez le secrétaire exécutif de l’Alliance pour le contrôle du tabagisme en Afrique. Pour Léonce Sessou, la consommation du tabac, une pratique vieille dans nos milieux, se fait de plusieurs manières et la plupart des consommateurs ignorent les conséquences sur leur santé.

LIRE AUSSI:  Echos de l’Atacora-Donga: - L’administration publique dans le noir

Le tabac tue

« En Afrique quarante- sept pays travaillent avec l’Organisation mondiale de la santé (Oms) et quarante-quatre ont décidé d’adopter une convention pour la simple raison que la consommation du tabac détruit petit à petit les organes du corps humain et a des impacts sur l’environnement. Les mégots de cigarette et même la culture du tabac ont des impacts sur le sol. Celui qui fume est limité dans ses réflexions, son rendement est limité, parce que le tabac affecte le cerveau, tout le corps, des cheveux jusqu’aux ongles. Alors l’Oms a vu que c’est un problème de santé publique », a expliqué le secrétaire exécutif de l’Alliance pour le contrôle du tabac. Ladite convention a été ratifiée par cent quatre-vingt-treize pays, dont le Bénin. Ce dernier a commencé par la mettre en oeuvre par le soin des préfets qui prennent des arrêtés, pour faire appliquer l’engagement que l’État béninois a pris dans le cadre de la lutte antitabac, a précisé Léonce Sessou. « Le tabac tue la moitié de ses consommateurs », informe-t-il.
Il y a lieu de mener des réflexions sur ce fléau, d’après Abdoulaye Affo, secrétaire général représentant le préfet de l’Atacora. « Nous devons agir pour arrêter le fléau qui ne fait que décimer notre population. Il faut être en bonne santé pour parler du développement du Bénin », indique-t-il.

LIRE AUSSI:  Secteur bancaire: Société Générale Bénin inaugure sa première agence dans l’Atacora

 

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga