Lutte contre la Covid-19: Comment l’Exécutif serre la vis

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lutte contre la Covid-19: Comment l’Exécutif serre la vis


Au-delà de la sensibilisation permanente, le gouvernement suspend à nouveau les activités culturelles et festives. Objectif : infléchir la courbe ascendante de la Covid-19.

LIRE AUSSI:  Déroulement des législatives vu par certains observateurs, candidats et citoyens: Abdoulaye Bio Tchané dénonce quelques irrégularités

Les chiffres en disent long. 13 366 cas confirmés, 4 384 sous traitement et 128 décès à la date du 25 août. Soit une centaine de nouveaux cas positifs de Covid-19 enregistrés par jour, depuis le début des vacances. Avec ce nombre sans cesse croissant de malades et de morts, le Bénin n’exclut pas de durcir le ton, c’est-à-dire aller au-delà de la sensibilisation permanente, pour faire baisser le rythme effréné du taux de contamination.
Sur la question, le Conseil des ministres du 21 juillet dernier avait déjà prédit la flambée des cas positifs de Covid-19 en raison des nombreuses activités organisées pendant cette période des grandes vacances. Les projections se confirment donc. La vitesse de propagation et l’agressivité de la maladie au regard du nombre de victimes enregistrées en l’espace de quelques semaines surprennent.
Pour éviter que la situation ne s’aggrave et que le Bénin qui est jusque-là apprécié pour sa gestion exemplaire de la pandémie, ne bascule dans une situation critique, quatre ministères ont interdit à nouveau les manifestations culturelles et festives.
Au pire des cas, le Bénin pourrait aller plus loin en instaurant le pass sanitaire comme document d’accès aux manifestations et lieux publics. C’est d’ailleurs ce qui est prévu à la longue. Le Conseil des ministres du 21 juillet dernier l’indique clairement. « A terme, la participation aux manifestations entraînant un grand monde serait subordonnée à l’effectivité de la vaccination », avertit le Conseil.
Jeudi dernier sur AskGouv, le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji, rassure que l’Exécutif béninois ne prendra pas cette décision de façon brutale. Le gouvernement ira « étape par étape. Et si demain, sur la base de l’avis des autorités sanitaires, il s’avère nécessaire d’imposer la vaccination, donc d’imposer le pass sanitaire, le gouvernement après analyse fera les choix conséquents qu’il faudrait pour continuer par renforcer la protection de nos concitoyens face à cette pandémie », explique-t-il.
Déjà, des informations font état de ce que des structures étatiques et privées n’auraient pas attendu la décision du gouvernement avant de commencer par exiger le carnet jaune ou le test Pcr négatif. Ce qui reste à vérifier bien sûr. Mais sur la base de ces informations, des syndicalistes expriment à tort ou à raison leur mécontentement, brandissant au passage l’inviolabilité de la liberté des uns et des autres d’aller se faire vacciner.

LIRE AUSSI:  Restructuration de la Sonacop : Les gérants libres invités à se faire payer

Antidote

A ce jour, la vaccination demeure le moyen efficace de se prémunir contre les formes graves de la Covid-19. Ainsi, pour atteindre l’immunité collective, le Bénin entend vacciner progressivement toute sa population ou tout au moins la grande majorité. Le pays recevra alors de nouvelles doses de vaccin dès que celles en instance seront épuisées ou arriveront à expiration. « Nous avons d’autres commandes, et nous avons aussi d’autres annonces. Donc, quand cette dose va être épuisée, nous espérons avoir déjà reçu une prochaine livraison », a rassuré le porte-parole du gouvernement sur AskGouv. En clair, le Bénin ne s’interroge guère sur sa capacité à assurer la couverture vaccinale intégrale. Le pays s’est bien préparé pour.
S’agissant de la qualité des vaccins inoculés, il n’y a pas à avoir des frissons. Ils sont attestés par les organismes internationaux compétents, à commencer par l’Organisation mondiale de la Santé. « C’est pour vous dire que nous pouvons faire foi aux vaccins qui sont acheminés dans notre pays parce que la responsabilité du gouvernement est de veiller que cela soit des produits de qualité qui arrivent», note Wilfried Léandre Houngbédji.
Les opérations de vaccination ont démarré et se poursuivent sur toute l’étendue du territoire national. Pour le faire, il suffit juste de se rendre dans le centre de santé publique le plus proche.

LIRE AUSSI:  Lutte contre le Vih/Sida: Intensifier les actions au profit des femmes et des enfants