Lutte contre la criminalité au Bénin: Sale temps pour la pègre !

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lutte contre la criminalité au Bénin: Sale temps pour la pègre !


La Police républicaine et le Parquet spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) donnent de l’insomnie à la pègre. En témoignent certaines statistiques dans le secteur, révélatrices des efforts qui sont faits même si tout n’est pas encore rose.

LIRE AUSSI:  Affrontement entre population et peulhs transhumants à Adjohoun:Un mort et plusieurs blessés graves par balles

Sale temps pour les divorcés sociaux. Ils n’ont plus tellement de marge de manœuvre pour opérer et s’évaporer dans la nature. La police républicaine veille au grain. Les chiffres en disent aujourd’hui long sur une certaine efficacité des policiers mieux aguerris que par le passé dans la traque de la pègre.
Tenez ! En 2019, l’Office central de répression de la cybercriminalité (Ocrc) a enregistré 1776 cas d’infractions contre 1103 en 2018. Les faits concernent notamment les menaces de mort via les moyens électroniques, l’atteinte à la vie privée, le harcèlement par voie électronique, les diffamations à travers les publications via les réseaux sociaux, les violations de secrets professionnels avec des documents administratifs qui se retrouvent sur la place publique notamment les réseaux sociaux; le détournement des données à caractère personnel, les cas d’incitation à la violence via les réseaux sociaux et les faits d’escroquerie et de fraude en ligne. Toujours l’année dernière, cette unité de la police spécialisée dans la lutte contre la cybercrimalité a eu à déférer 324 personnes avec un préjudice financier causé qui s’élève à la somme de 1 086 554 225 F Cfa. Cent véhicules ont été saisis dont 38 motocyclettes dans le cadre de ces procédures. Cinquante-huit prévenus ont été définitivement condamnés.
Au titre de l’année en cours, l’Ocrc a déjà enregistré 313 plaintes et déféré 52 personnes dont trois femmes. La moisson n’est pas négligeable non plus au niveau de l’Office central de répression de trafic illicite de drogue et précurseurs (Ocertid). Cette unité spécialisée de la Police a eu à saisir, du 1er novembre 2019 au 25 février dernier, 3429, 045 kg de drogues dont 2140,040 kg de cannabis, 889,002 kg de cocaïne et 0,005 kg d’héroïne. Les enquêtes ont conduit à l’interpellation de 26 individus tous de sexe masculin, à savoir 19 Béninois et sept étrangers. Ces personnes ont été toutes présentées au Parquet spécial de la Criet. Au total, 22 procédures ont été enregistrées dont 19 élucidées, deux en instance d’élucidation et une en cours d’enquête. Huit mandats d’arrêt ont été exécutés par l’Ocertid pendant la période sous revue dont trois se sont soldés par des recherches infructueuses. En 2019, la Brigade économique et financière (Bef) a traité 365 procédures majoritairement déférées au Parquet spécial de la Criet et accessoirement au Parquet du Tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Ces dossiers ont impliqué 651 personnes dont 547 hommes et 204 femmes.

LIRE AUSSI:  Synode général de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin: Réformer le ministère après l’union retrouvée

De nouvelles orientations

La Bef, dans la mise en œuvre de ses attributions, a exécuté des commissions rogatoires portant sur des enquêtes de personnalité et celles de patrimoine.
D’une unité de Police à une autre, la Brigade criminelle (Bc), spécialisée notamment dans les crimes de sang avec ou sans extorsion de fonds et le terrorisme, a enrôlé, quant à elle, 72 cas d’infractions à la loi pénale relevant de sa compétence. Elle a déféré 34 procédures impliquant 44 personnes. Sur les 72 dossiers, 30 cas ont été élucidés et 42 en cours de traitement. La brigade dispose également depuis août 2019 d’une Cellule spéciale d’investigation des enlèvements de personnes (Csciep) basée à Parakou. Cette cellule a déjà enregistré à la date d’aujourd’hui, 87 plaintes relatives à des cas d’enlèvement de personnes avec ou sans rançon et des menaces verbales de mort. Au total, 59 procédures ont été déférées à ce niveau impliquant 107 personnes interpellées. 67 prévenus ont été mis sous mandat de dépôt et 50 sous convocation en attendant l’approfondissement des enquêtes.
C’est à la faveur de la première réunion de commandement du parquet spécial de la Criet au titre de cette année 2020 que les chargés de ces différentes unités ont révélé ces chiffres qui donnent des raisons d’espérer.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale: La révision de la loi organique sur la Haac enclenchée