Lutte contre la pauvreté à Akpro-Missérété: Le PSDCC dote l’école maternelle de Sohomey d’un module de classes

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lutte contre la pauvreté à Akpro-Missérété: Le PSDCC dote l’école maternelle de Sohomey d’un module de classes


Le Projet de services décentralisés conduits par les communautés (PSDCC) fait œuvre utile dans le village de Sohomey, arrondissement de Vakon, commune d’Akpro-Missérété. Il a doté l’école maternelle de cette localité d’une infrastructure digne de nom pour permettre aux enfants d’étudier dans des conditions adéquates. La coupure symbolique du ruban du joyau s’est déroulée hier jeudi 23 juillet, en présence des responsables du PSDCC et de la Banque mondiale, partenaire financier du projet.

LIRE AUSSI:  Crimes rituels: La confrérie Whouindogninou condamne l’opprobre sur le culte vodoun

Un module de deux classes avec bureau, magasin et un bloc de latrine à deux cabines. C’est le joyau construit par le Projet de services décentralisés conduits par les communautés (PSDCC) au profit de l’école maternelle de Sohomey dans la commune d’Akpro-Missérété. L’infrastructure a coûté la somme de 14 978 468 F CFA entièrement financée par la Banque mondiale, le partenaire financier du PSDCC. Un projet qui vise à lutter contre la pauvreté à travers la dotation en infrastructures sociales aux populations pauvres. L’ouvrage a été réalisé par une entreprise locale choisie par les populations bénéficiaires elles-mêmes conformément aux exigences de la Banque mondiale qui met l’accent sur l’approche participative.

Selon Afoussatou Sinmè, directrice générale de l’entreprise qui a réalisé l’ouvrage, l’infrastructure est construite avec agglos-coffrages spéciaux, une nouvelle technologie adoptée par le PSDCC. Cette technologie, à l’en croire, présente beaucoup d’avantages dont la réduction sensible de l’utilisation de bois de coffrage qui participe à la sauvegarde de l’environnement et ainsi met un frein à la déforestation. Elle a aussi salué la célérité notée dans la construction du module grâce aux formations théoriques et préalables organisées en aval par le PSDCC pour les entrepreneurs et leurs personnels. Lesquelles formations exigeaient de l’entreprise à prendre l’engagement de livrer le chantier dans le délai contractuel. Afoussatou Sinmè se réjouit d’avoir tenu parole en remettant, en un temps record soit après quatre mois de travaux, la clé de l’ouvrage à la PSDCC.
Le respect du délai contractuel par l’entreprise a été fortement salué par le secrétaire exécutif du PSDCC, Germain Ouin-Ouro. Ceci honore le village de Sohomey, le premier chantier à être mis en service sur les 200 lancés sur l’ensemble du territoire national dans le cadre des sous-projets communautaires du PSDCC. La joie de Germain Ouin-Ouro est encore plus grande de constater que l’ouvrage célébré aujourd’hui a été réalisé par une entreprise locale et dirigée par une femme. Il a invité l’Association de développement du village (ADV) de Sohomey à faire une bonne utilisation du joyau afin d’encourager le PSDCC ou d’autres projets à continuer de voler au secours de la localité pour soulager leurs souffrances.
John Van Dyck, spécialiste de Protection sociale chargée de projet pour le Bénin au niveau de la Banque mondiale, venu directement de Washington aux Etats-Unis, a abondé dans le même sens que le secrétaire exécutif du PSDCC. Il s’est dit aussi très enthousiasmé de voir l’érection de cette école maternelle construite dans le strict respect des normes internationales. Il a réitéré l’ambition de son institution financière de sortir les pauvres de la précarité. Ce qui passe par la garantie d’une éducation de qualité avec des enseignants et des écoliers bien formés et mis dans des conditions appropriées. John Van Dyck a souhaité que d’autres partenaires au développement emboitent le pas au PSDCC avec d’autres infrastructures sociales. Il a bien accueilli d’ores et déjà la décision de l’Association de développement du village et des populations d’assurer la pérennisation du projet même après le retrait du PSDCC.
Au nom du préfet de l’Ouémé-Plateau, le secrétaire général de la préfecture de Porto-Novo, Thomas Fagbitè, a à son tour aussi décerné la palme d’or à tous les acteurs du succès de ce chantier principalement à la Banque mondiale, le PSDCC et l’entreprise ayant réalisé le joyau. Car, à l’en croire, c’est vraiment faire œuvre utile de doter une localité d’un module de classes pour favoriser les conditions d’études aux enfants. Le représentant du maire d’Akpro-Missérété, Ismaël Yèkini, le chef village de Sohomey, Lucien Avocètien et le président de l’ADV, Gilbert Kingnikpodo n’ont pas aussi tari de mots pour remercier le projet. Ils ont salué la Banque mondiale qui les a fortement associés dans la réalisation de ce projet depuis la phase d’identification jusqu’à l’achèvement des travaux.

LIRE AUSSI:  Les aventures de la liberté