Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme: Les Osc sensibilisées

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme: Les Osc sensibilisées


Le Réseau des organisations non gouvernementales pour les Objectifs de développement durable (Rodd) a procédé, vendredi 14 septembre dernier, à la Maison de la Société civile, à la restitution des résultats d’un « atelier régional de sensibilisation des Osc sur les exigences de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (Lbc/Ft) », aux Osc du Bénin.

LIRE AUSSI:  Commission des Lois de l’Assemblée nationale: Le nouveau Code électoral adopté avec de grandes innovations

Les Organisations de la société civile du Bénin, membres du Réseau des organisations non gouvernementales pour les Objectifs de développement durable (Rodd), en savent désormais davantage sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (Lbc/Ft). Elles ont eu droit vendredi dernier à la restitution d’une mission régionale «de sensibilisation des Osc sur les exigences de la Lbc/Ft ». Ladite mission s’est déroulée au Cap-Vert, du 5 au 7 septembre et a connu la participation du Bénin. C’est une initiative du groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (Giaba) dont l’objectif est de sensibiliser les Osc sur les dangers et conséquences du phénomène dans la région africaine. 

La finalité est de renforcer les capacités des Osc sur la thématique afin qu’elles « puissent assurer des plaidoyers de manière à influencer la mise en œuvre effective des dispositifs de Lbc/Ft aux niveaux national et régional», a expliqué la présentatrice du rapport de mission et présidente du Rodd, Carmen Gaba Mathrani. La sensibilisation des Osc sur l’utilisation des plateformes de lutte contre le phénomène vise également à encourager la diffusion de publication et le partage de renseignements fiables en matière de Lbc/Ft, a-t-elle poursuivi.
La mission a permis aux participants d’en savoir plus sur la place et le rôle de la société civile dans la sensibilisation, le plaidoyer et la mobilisation, de même que sur les approches que le réseau des Osc pourrait développer en vue des résultats qualitatifs. Lesquelles approches permettront de bâtir une relation de complémentarité entre les Osc et les décideurs politiques.
L’atelier s’est également penché sur les difficultés que rencontre la société civile dans les dossiers liés à Lbc/Ft lors des interventions avec les pouvoirs publics et les mesures qu’elle peut prendre pour favoriser l’évolution des législations pour plus de transparence dans la lutte contre le phénomène.
Selon la présentatrice du rapport, la couche juvénile est très exposée au phénomène. « Il existe une grande nécessité de sensibilisation de masse et l’éveil des consciences chez les jeunes et les enfants au besoin de lutter contre le phénomène », souligne-t-elle. Elle poursuit : «seules la sensibilisation et les lois ne suffisent pas à dissuader les jeunes de la région de commettre de tels crimes, il est nécessaire que les gouvernements créent des conditions d’emploi ».
L’autre facteur qui encourage le fléau, relève-t-elle, est la prépondérance de l’économie monétaire dans les Etats membres et le niveau élevé de pauvreté dans la région. D’où les recommandations de l’atelier qui portent sur la synergie d’actions entre les Osc et les médias, le renforcement de la coopération entre les Osc au niveau national et régional, l’organisation des séances de dialogues entre acteurs politiques et Osc pour une action concertée, ainsi que des plaidoyers pour encourager les établissements d’enseignement à introduire des modules Lbc/Ft dans leurs programmes.
« La réussite de la mise en œuvre des dispositifs relatifs à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme requiert des actions conjuguées de toutes les parties prenantes », admet la présidente du Rodd, Carmen Gaba Mathrani. En termes de perspectives, le Bénin insistera, entre autres, sur l’appropriation de la loi 2018-17 du 15 juillet 2017 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en République du Bénin et sa vulgarisation en français et dans les langues nationales en vue de l’appropriation de tous.

LIRE AUSSI:  Récurrence des incendies sur le site des palais royaux d’Abomey: Quelles solutions envisager contre les flammes ?