Lutte contre le chômage des jeunes: La stratégie de l’espoir

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lutte contre le chômage des jeunes: La stratégie de l’espoir

Jeunes élèves

Adapter les curricula de formations aux besoins réels du marché de l’emploi. Cette thérapie du gouvernement contre le chômage des jeunes diplômés, se concrétise par plusieurs actes, notamment l’introduction de mesures novatrices dans la Stratégie nationale d’enseignement et de formation technique et professionnelle (Sneftp) dont la mise en œuvre nourrit les espoirs des jeunes.

LIRE AUSSI:  Partenariat Népad-Fao: 56 jeunes agro-entrepreneurs à l’école du Centre Songhaï

« Notre système éducatif forme la plupart de nos enfants au chômage et n’offre pas à notre économie la main-d’œuvre qualifiée dont elle a besoin pour se développer et créer de la richesse ». Ainsi s’exprimait le président Patrice Talon lors de son discours sur l’état de la nation en décembre 2020. L’approche de solution salvatrice est qu’il faut former les diplômés en fonction des besoins réels du marché de l’emploi. Le diagnostic sur le chômage galopant est donc posé. Il faut alors changer de fusil d’épaule pour inverser la courbe du chômage des jeunes au Bénin. Et c’est ce à quoi s’attèle le gouvernement du président Patrice Talon.
Pour mieux appliquer sa thérapie, l’Exécutif béninois décide de couper le mal à la racine en introduisant des innovations majeures dans la Stratégie nationale d’enseignement et de formation technique et professionnelle (Sneftp). Au dire du secrétaire général du ministère des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Coffi André Adanyossi, l’amélioration de l’insertion professionnelle des diplômés à travers l’opérationnalisation de ladite Stratégie vise à inverser la tendance actuelle du chômage en orientant au moins 70 % des finissants du premier cycle de l’Enseignement secondaire général vers les spécialités de formation au niveau des Etfp.
La mise en œuvre de la Snestfp a permis, entre autres, l’amélioration du cadre institutionnel et organisationnel du sous-secteur, la formation en gestion d’entreprise de 1392 maîtres artisans et chefs d’entreprises, et de 575 jeunes, la formation en création d’entreprise de 205 jeunes. Il y a également le recrutement de 60 élèves professeurs certifiés dont 24 ont été en formation à l’extérieur pour le compte de la rentrée scolaire 2020-2021, le repositionnement du secteur privé économique comme principal acteur dans l’expression des besoins de formations et dans la gouvernance académique, administrative et financière des établissements, la définition par le secteur privé des besoins de formation et des priorités de chaque filière de formation à travers l’installation des Commissions techniques sectorielles du cadre national de concertation pour la promotion de l’Eftp. L’on n’omet pas l’orientation des curricula dans le sens de prioriser le format métier plutôt que le format filière (trop dominant dans les programmes de formation actuels) en se basant sur les secteurs prioritaires, l’intégration des compétences relatives à l’entrepreneuriat, au numérique et à la langue anglaise dans l’élaboration des curricula de formation, la mise en route de nouveaux outils d’inspections pédagogiques pour l’amélioration quantitative et qualitative de l’inspection, le développement du système de validation des acquis de l’expérience dans le domaine des Estfp.

LIRE AUSSI:  15e tour cycliste international du Bénin: Abomey-Lokossa couru en 1h 59’05’’

Plus de lycées

La Snestfp prévoit la réhabilitation et la construction d’infrastructures adéquates pour l’atteinte de l’objectif fixé. En décembre 2020, dans son discours sur l’état de la nation, le président Patrice Talon a annoncé le remplacement de la majorité des établissements secondaires et universitaires actuels par des collèges, des lycées et des écoles supérieures techniques et professionnels.
« Il sera construit une centaine de lycées techniques et d’écoles de métiers de référence, dont plus de la moitié d’ici à la fin de l’année 2023 », poursuit le chef de l’Etat lors de son investiture. Dans ce cadre, l’Exécutif béninois bénéficie du soutien de ses partenaires à l’instar de la Banque africaine de développement (Bad). L’institution financière a, en effet, décidé d’accompagner la rénovation/réhabilitation de cinq lycées techniques agricoles, trois lycées techniques industriels et un centre de formation professionnelle et d’apprentissage à travers la phase I du projet de développement des compétences pour l’emploi dans ses secteurs prioritaires (Pdcesp, phase I). Ledit projet vise à offrir une formation de qualité aux jeunes en lien avec les besoins du marché dans les secteurs de l’agriculture et de l’énergie et à mettre en place un environnement favorable pour l’insertion professionnelle des jeunes formés.
D’autres bailleurs sont aussi aux côtés du gouvernement pour soutenir la mise en œuvre de la Stratégie nationale d’enseignement et de formation techniques et professionnels. Une Stratégie qui nourrit désormais les espoirs des jeunes diplômés.

LIRE AUSSI:  Lancement du Projet de développement de l’agrobusiness au Bénin: Promouvoir l’entrepreneuriat agricole au profit des jeunes