Lutte contre les violences basées sur le genre : les médias, alliés des activistes

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lutte contre les violences basées sur le genre : les médias, alliés des activistes

Violence à l'égard des femmes Violences basée sur le genre

Le Réseau ouest-africain des jeunes femmes leaders du Bénin (Roajefl) veut faire des médias au Bénin des alliés en matière de lutte contre les violences basées sur le genre (Vbg). C’est le sens de la rencontre qu’il a eue avec la presse, mercredi 15 décembre dernier à Cotonou. Cette activité s’inscrit dans le cadre des seize jours d’activisme contre les Vbg.

LIRE AUSSI:  Sécurisation des transactions foncières: Les faux frais, une menace

La lutte contre les violences basées sur le genre ne doit pas être la seule affaire des féministes et des réseaux de femmes. Les médias, vecteur de l’information, ont aussi une part de responsabilité à porter. C’est ce qu’a compris le Réseau ouest- africain des jeunes femmes leaders du Bénin (Roajefl) en organisant un rendez-vous d’échange avec la presse.
Cette initiative repose sur un constat. « Les médias ne sont pas suffisamment impliqués et responsabilisés pour comprendre le combat des organisations féministes pour l’égalité hommes-femmes », relève le Roajefl. Les derniers évènements au Bénin (harcèlement et viol) et en Côte d’Ivoire (apologie du viol diffusée en direct sur une chaîne de télévision ivoirienne) confortent la démarche du réseau des jeunes femmes leaders du Bénin.
Désormais, les médias seront des alliés dans la lutte contre les Vbg. Leur feuille de route va être concrétisée par un partenariat agissant qui promeut le renforcement périodique sur le « traitement des informations du genre et le combat féministe ».
Leurs publications répondront à un canevas. « Cette rencontre vise à outiller les médias sur les enjeux du féminisme et le traitement des informations liées aux Vbg afin de ne pas contribuer à nuire davantage aux survivantes du fait de leurs publications », précise le Roajefl.
Il s’agit d’aider les médias à mieux communiquer sur les violences ainsi que les mécanismes de prise en charge des victimes afin de véhiculer la bonne information et de susciter les bons comportements au sein de la société.
« Nous avons organisé cet atelier pour marteler le rôle des journalistes dans la promotion de l’égalité genre, les écouter et faire d’eux des alliés en la matière», explique Mariette Montcho, présidente du Roajefl.
L’atelier permet de faire une mise au point sur le rôle de chaque acteur (professionnels de la santé, policiers, journalistes…) engagé dans la lutte contre les violences et sur la clarification des valeurs liées à ce domaine. « L’idée, c’est de faire en sorte que chacun puisse arriver à faire la part des choses devant chaque situation de violence », précise Mariette Montcho, présidente du Roajefl.
Se référant aux données sur les plans national et international, le réseau des jeunes femmes leaders relève que les violences basées sur le genre tiennent encore une place importante au Bénin et dans le monde, avec des statistiques alarmantes. La tendance sur les dix dernières années renseignent sur l’évidence. A cela s’ajoute la crise sanitaire mondiale qui exacerbe les violences. L’engagement des médias ne fera que renforcer la lutte.

LIRE AUSSI:  Mono: Menaces sur des espèces protégées et l’environnement