Lutte contre l’inflation: Le système bancaire mis à contribution

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Lutte contre l’inflation: Le système bancaire mis à contribution


La direction nationale de la Bceao et l’Apbef-Bénin ont tenu, ce mercredi à
Cotonou, la troisième réunion de concertation au titre de 2022. La rencontre a permis, entre autres, d’éclairer les directeurs généraux des banques sur la stratégie de l’institut monétaire en vue de la baisse progressive de l’inflation.

LIRE AUSSI:  Millennium Challenge Account Bénin: L’éligibilité du Bénin au 2è compact du MCC expliquée à la presse

« Il est important que le système bancaire soit solide et accompagne les agents économiques, notamment le maillon qui représente la part la plus importante du tissu industriel dans les pays de l’Uemoa, à savoir les petites et moyennes entreprises et industries (Pme/Pmi), dans le contexte actuel de tensions inflationnistes et de risques entourant les prévisions de croissance », estime Emmanuel Junior Assilamèhoo, directeur national de la Bceao pour le Bénin. Cet appui passe par la mise en place de conditions de financement adéquates auprès du système financier et principalement bancaire, a-t-il expliqué, lors du point de presse à l’issue de la troisième réunion de concertation au titre de 2022 avec l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (Apbef-Bénin) tenue ce mercredi à Cotonou.
En effet, fait-il observer, les conséquences de l’enlisement du conflit armé entre la Russie et l’Ukraine et les difficultés liées à l’approvisionnement en carburant, gaz et électricité et en certains produits vivriers comme le blé ont engendré une flambée des prix, ce qui constitue un risque de récession économique pour de nombreux pays. Au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), le taux d’inflation est ressorti, en glissement annuel, à 7,5 % à fin juin 2022 et à
8,1 % en juillet, contre une cible de 1 à 3 % à moyen terme admise dans l’Union.
Les tensions inflationnistes demeurant fortes, cela appelle à la mise en place de conditions de financement adéquates auprès du système financier et principalement bancaire. C’est ainsi que le Comité de politique monétaire de la Bceao a décidé, lors de sa réunion du mercredi 14 septembre dernier à Dakar, de relever de 25 points de base ses taux directeurs, afin de favoriser la baisse progressive des prix dans l’Uemoa. Le taux d’intérêt minimum de soumission aux appels d’offres d’injection de liquidité passe de 2,25 % à 2,50 % et le taux d’intérêt du guichet de prêt marginal de 4,25 % à 4,50 %. En revanche, le coefficient de réserves obligatoires applicable aux banques de l’Union reste inchangé à 3,0 %.

LIRE AUSSI:  Dans l’optique de l’imminence de ses activités: Le Conseil d’administration de Bénin tracteurs officiellement installé

Objectifs

La décision du Cpm-Bceao fait suite à la première hausse des taux intervenue en juin dernier. En effet, les demandes de refinancement des banques de l’Union auprès de la Banque centrale ont été servies au taux minimum de 2,00 % jusqu’au 15 juin et de 2,25 % depuis le 16 juin 2022. Le taux d’intérêt auquel les banques se prêtent de l’argent s’est établi à 2,62 % après 2,53 % un trimestre plus tôt. En plus, la Banque centrale réitère sa disponibilité à accompagner les banques en vue de soutenir les Pme/Pmi d’une part, et de sécuriser les avoirs de leurs clients d’autre part.
« En dépit de ces augmentations, les taux directeurs de la Bceao, en vigueur dans l’Union, demeurent assez accommodants et ressortent les plus faibles observés en Afrique»,
selon E. Assilamèhoo. Il souligne que l’objectif de cette orientation de la politique monétaire est avant tout, de ramener l’évolution des prix dans les normes communautaires à travers « un léger coup de frein » à certaines composantes de la demande globale. « Elle vise également à donner un signal pour une meilleure articulation de la politique monétaire et des politiques budgétaires », ajoute-t-il.
La réunion de ce mercredi a été l’occasion d’analyser l’évolution désagrégée des taux d’intérêt débiteurs appliqués aux crédits accordés à la clientèle des banques au Bénin, selon l’objet et le type de bénéficiaires. Le taux d’intérêt des crédits accordés par les banques à leurs clients, hors taxes et charges, s’est situé à 6,35 % au deuxième trimestre 2022 contre 6,27 % au premier trimestre 2022, selon la Bceao.
A fin juin, informe Lazare Komi Noulékou, président de l’Apbef-Bénin, l’on a atteint 3,1 milliards F Cfa pour le financement des Pme/Pmi avec un taux de
réalisation de 17,83 %. Par le Fonds national de développement agricole (Fnda) pour lequel l’Etat accompagne les banques à travers une politique de garantie à hauteur de 50 % des engagements, les financements ont atteint 9,5 milliards F Cfa, soit au total 12,6 milliards F Cfa d’engagements à la même période?