Maintien des filles à l’école: La distribution de chaussures « Tom’s shoes » aux adolescentes lancée

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Maintien des filles à l’école: La distribution de chaussures « Tom’s shoes » aux adolescentes lancée


L’Unicef et son ambassadrice de bonne volonté, Angélique Kidjo, appuient les filles des classes du premier cycle des établissements publics de l’enseignement secondaire des départements du Borgou, de l’Alibori et du Zou, au titre de l’année scolaire 2019-2020. En témoignent les chaussures de marque « Tom’s shoes » qu’ils ont commencé par leur distribuer depuis hier, mercredi 2 octobre, au Lycée Mathieu Bouké de Parakou.

LIRE AUSSI:  Trophées Femmes de feu édition 2015:Plusieurs femmes récompensées pour leur ténacité

L’heure était à la grande mobilisation, hier, mercredi 2 octobre, au Lycée Mathieu Bouké de Parakou. C’était à l’occasion du lancement de la distribution de chaussures aux filles des collèges et lycées publics du Borgou, de l’Alibori et du Zou. Les chaussures ont été offertes à ces apprenantes par la société « Tom » basée aux Etats-Unis, en collaboration avec la Fondation Batonga et l’Unicef.
En effet, 67.000 adolescentes des classes du premier cycle des établissements publics du secondaire des trois départements concernés, zone de concentration des interventions de l’Unicef, ainsi que des centres de protection sociale sont impactées. Selon le représentant de l’Unicef au Bénin, Dr Claudes Kamenga, ce don de chaussures est un geste important pour maintenir les filles à l’école, car il contribue à réduire les coûts supportés par leurs familles pour leur scolarisation. « Disposer d’une paire de chaussures pour une adolescente peut constituer une source de motivation pour finir son année scolaire avec l’espoir d’améliorer les apprentissages scolaires », a aussi assuré le représentant de l’Unicef.  
Au Bénin, a-t-il rappelé, seulement 38 % des filles sont inscrites au secondaire contre 50 % de garçons. De même, 43 % des filles des ménages les plus pauvres n’ont jamais été à l’école primaire. Par ailleurs, 3 filles sur 10 sont mariées avant 18 ans. « Ce tableau sombre nous interpelle à trouver les moyens d’encourager les filles à aller à l’école et y rester », a fait observer Dr Claudes Kamenga.   
Il a ensuite loué la générosité et la sensibilité de la société «Tom» à l’endroit de l’éducation des filles. Le représentant de l’Unicef a également salué les efforts de l’ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef, Angélique Kidjo, pour la promotion de l’éducation, notamment celle des filles.
A sa suite, la représentante  du ministre de l’Enseignement secondaire, Augustine Judith Aïdéhou Dègla, a indiqué que l’éducation des filles est une priorité pour le gouvernement. La présente action initiée par l’Unicef et son ambassadrice de bonne volonté, a-t-elle rassuré, vise à accompagner le Bénin dans sa détermination à réduire les écarts entre les filles et les garçons en matière de scolarisation.  
Angélique Kidjo a réaffirmé son engagement à lutter pour que tous les enfants notamment les filles jouissent du droit à l’éducation. Pour se faire, elle compte sur l’engagement de tous pour l’aboutissement de ce combat.
Abondant dans le même sens que le maire de Parakou, Charles Toko, le préfet du Borgou a, au nom de ses collègues de l’Alibori et du Zou, apprécié la démarche de l’Unicef et de son ambassadrice de bonne volonté, Angélique Kidjo. Il leur a exprimé les remerciements du gouvernement, ainsi que ceux des parents des bénéficiaires.    
Les bénéficiaires, à travers leur porte-parole, Andilath Ali, ont remercié leurs généreux bienfaiteurs. Elles ont promis de faire un bon usage des chaussures et de travailler davantage pour obtenir de bons résultats scolaires.

LIRE AUSSI:  30e édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse: Les journalistes s’autocritiquent