Manifestation contre l’annulation des concours frauduleux: La police disperse les protestataires à Parakou

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Manifestation contre l’annulation des concours frauduleux: La police disperse les protestataires à Parakou


Des lauréats aux concours de recrutement à polémique dans la fonction publique, annulés par le Conseil des ministres du 7 juillet dernier, ont manifesté leur désapprobation samedi 9 juillet dernier à Parakou. Vers 7 h, les contestataires de la décision, bandeau rouge ceignant le front pour la plupart, ont barricadé la voie inter-Etats à l’entrée Sud de la ville ; certains étaient assis à même le goudron, bloquant du coup la circulation pendant environ trois quarts d’heure. Mais la situation a été vite maîtrisée par une horde de policiers dépêchée sur les lieux.

LIRE AUSSI:  Match Sierra-Leone # Bénin : Six joueurs béninois testés positifs au Covid-19

Les manifestants ont été dispersés à coups de gaz lacrymogène. Les pierres, pneus, meubles gâtés et autres objets érigés ont été dégagés de la chaussée et la circulation a repris. De source proche de la municipalité, ils n’ont déposé aucune demande d’autorisation avant d’investir la rue. Ces badauds promettent revenir incessamment à la charge pour se faire entendre, selon des indiscrétions.

Au lendemain de la décision de suspension en avril dernier de la procédure de recrutement, un collectif des admis auxdits concours avait protesté devant la présidence de la République à Cotonou. L’ancien ministre de la Fonction publique, Aboubacar Yaya, s’était insurgé contre les allégations de fraudes évoquées. Selon lui, ces concours sont «propres»; ce qui s’avère invraisemblable, si l’on s’en tient au point de presse fait par le ministre Pascal Irénée Koupaki au terme du Conseil des ministres du jeudi 7 juillet dernier. Plus d’une vingtaine d’irrégularités ont été dénombrées par la commission mise en place pour faire la lumière sur l’affaire. Les protagonistes des fraudes orchestrées ont pratiqué la politique de la terre brûlée: la simple liste d’émargement des candidats ayant effectivement composé a disparu entre autres.
«Si jamais le gouvernement annulait ces concours, il sera poursuivi pour excès de pouvoir», avait averti Aboubacar Yaya, soulignant que les lauréats des concours ont déjà commis un avocat à ce sujet. Leur conseil Me Patrick Tchiakpè estime « peu responsable» et « politique» la décision du gouvernement et entend aller jusqu’au bout dans une procédure de poursuite judiciaire contre l’Etat béninois devant la chambre administrative de la Cour suprême.
Mais au-delà de la bataille judiciaire, vivement que les fraudeurs et leurs complices soient effectivement punis pour servir d’exemples!.

LIRE AUSSI:  Opérationnalisation des centres secondaires de l’état civil de l’Atacora : Du matériel technique pour cinq communes frontalières

Claude Urbain PLAGBETO A/R Borgou-Alibori