Manque de spécialistes dans les hôpitaux de l’Atacora : le recrutement pour pallier les dysfonctionnements

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Manque de spécialistes dans les hôpitaux de l’Atacora : le recrutement pour pallier les dysfonctionnements

Manque_de_spécialiste Manque_de_spécialiste

Les centres de santé du département de l’Atacora font face à une pénurie de spécialistes. Les populations comptent sur le recrutement par l’Etat pour doter les différents centres et hôpitaux de médecins spécialistes afin de faire face à d’éventuelles complications sanitaires.

LIRE AUSSI:  Sport intensif et perte de poids : Une étude met fin aux illusions

Le recrutement de médecins spécialistes dans les structures sanitaires du département de l’Atacora aidera beaucoup les populations. Un besoin largement exprimé par des femmes qui fréquentent les services de l’hôpital de Natitingou Pôle mère et enfant sans jamais rencontrer un pédiatre, mais plutôt des médecins généralistes commis à la tâche. C’est le cas de dame Alimata T. en partance pour Tanguiéta avec son bébé de deux mois, dans l’espoir de trouver un pédiatre prestataire au niveau de l’hôpital Saint-Jean de Dieu, pour soigner l’enfant. Le manque de personnel sanitaire qualifié est une réalité connue des autorités départementales, mais elles nourrissent l’espoir d’un recrutement pour mieux assurer la prise en charge des populations.
La question du ratio du personnel sanitaire est une vraie difficulté, souligne le directeur départemental de la Santé de l’Atacora. Selon ses explications, ce département a le plus faible ratio en matière de personnel spécialiste. La raison qui justifie cet état de choses, selon Jacob Namboni, est l’instabilité de ce type de personnel. « Lorsqu’on fait un recrutement, nous avons un nombre important, mais deux ans trois ans après, tout ce nombre commence par partir, donc l’instabilité du personnel est un facteur », clarifie le médecin. L’Atacora a vraiment besoin de spécialistes pour gérer les cas de maladies généralement compliquées. À défaut, la première solution, c’est l’hôpital Saint Jean de Dieu de Tanguiéta où nous avons tous les spécialistes, fait savoir le Dds. Cet hôpital accueille, selon lui, non seulement les malades du département, mais également les malades de tout le Bénin entier. Le dernier recrutement apportera une solution au ratio du personnel ainsi qu’au problème de spécialistes, espère le Dr. Le déploiement de spécialistes dans les formations sanitaires de l’Atacora va combler le ratio dans la plupart des hôpitaux.
Soulignant qu’un vaste programme de recrutement de personnel sanitaire est en cours de finalisation, Jacob Namboni salue les efforts du gouvernement en la matière. Il cite comme exemples la disponibilité d’un cardiologue, d’un ou de deux chirurgiens au Chd, des gynécologues dans chaque zone sanitaire et cinq à Natitingou. Ce sont ces spécialistes qui gèrent les grandes maladies, souligne-t-il. Il est vrai qu’aujourd’hui, il existe des maladies neurologiques, c’est-à-dire dues aux nerfs et les maladies liées à la neurochirurgie pour lesquelles le département se réfère à Parakou. La présence de pédiatres et d’autres spécialistes est souhaitable dans les formations sanitaires du département. Le recrutement intensif envisagé dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) va corriger les dysfonctionnements en matière du ratio du personnel sanitaire, selon Venant Quenum, coordonnateur dudit programme, intervenu sur l’émission hebdomadaire 90 minutes pour convaincre de la Radio nationale, dimanche 14 novembre 2021.

LIRE AUSSI:  Table ronde sur la relance et le financement de la vaccination: Les orientations opérationnelles définies