Marie-Elise Gbèdo, avocate à la Cour:«Les femmes sont complices de leur situation»

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Marie-Elise Gbèdo, avocate à la Cour:«Les femmes sont complices de leur situation»


Le Code des personnes et de la famille comporte quelques particularités qui ne sont pas toujours connues du grand monde. Lesquelles auraient rendu service aux couples si elles étaient bien maîtrisées. Maître Marie-Elise Gbèdo, présidente de l’Association des femmes juristes du Bénin et ex-Garde des Sceaux, ministre de la Justice de la Législation et des droits de l’Homme s’est fait le devoir d’en révéler quelques-unes, dans le cadre de la célébration de la 20è édition de la journée des droits des femmes.

LIRE AUSSI:  Viol sur mineure (18e dossier): Abdoulaye Sinawaron écope de 15 ans de réclusion criminelle

La Nation : Dans le cadre de la célébration de la 20è édition de la journée des droits des femmes, vous avez animé une conférence-débats sur les problèmes spécifiques du Code des personnes et de la famille, à l’intention des femmes. Quelle en était la substance ?

Marie-Elise Gbèdo : Le Code des personnes et de la famille ne parle pas d’homme et de femme. Il parle du conjoint et des époux. Le Code n’aborde pas non plus de façon isolée les questions concernant les époux. Les problèmes de couple ne sont pas toujours imputables à l’infidélité de l’homme. Après le mariage, les époux se doivent amour, assistance et fidélité. Mais nous notons de plus en plus que ces principes du mariage ne sont pas les choses les mieux partagées au sein des couples. Or, c’est l’un des ciments de la confiance que les deux époux se doivent. A partir de ce moment, l’époux qui travaille par exemple et qui refuse de participer aux charges du ménage peut-être attrait devant la justice. C’est pour cette raison que dans la vie de couple, il faut savoir s’assister et communiquer. Si la femme doit attendre que l’homme réponde à tous les besoins de la famille, c’est elle-même qui se crée des problèmes au sein de son foyer. Elle ne doit pas seulement limiter ses charges à l’entretien des enfants.
Il faut également souligner qu’il y a des femmes qui tombent dans la facilité et lorsque leurs maris leur interdisent l’exercice de leurs activités après le mariage, elles-mêmes ne prennent plus le temps de mesurer les conséquences de cette décision.
Lorsque la femme ne travaille pas pour participer aux charges du ménage, elle n’a aucun pouvoir. Son pouvoir et le respect qui lui sont dûs à la maison, c’est de la voir aussi ramener de l’argent pour participer aux charges du ménage. Mais, il y a des femmes qui refusent de participer aux différentes charges du ménage. Dans ce cas, la loi donne raison au mari d’ester en justice et en ce moment, compte tenu des charges du foyer, le juge fixe, le quote-part de la femme. Cette situation fait partie des problèmes de couple que nous enregistrons de plus en plus. Or, elle pourrait être évitée si les époux avaient suffisamment communiqué sur l’essentiel. Ce sont des choses que beaucoup de jeunes ignorent aujourd’hui.
Autre chose, les époux doivent connaître les régimes matrimoniaux. Sur ce point, les femmes se font aussi avoir par leurs époux qui optent pour le budget commun. Lorsque dans certains cas, les époux en viennent au divorce, le mari apporte les preuves de ce qu’il a dépensé, parce qu’il investit souvent dans la réalisation des gros-œuvres pendant que la femme investit dans l’alimentation et le bien-être du foyer.

LIRE AUSSI:  Evaluation du programme «Entreprenariat sur les sites du patrimoine mondial»: Les grandes recommandations de la réunion de Porto-Novo

Les épouses doivent donc faire preuve de vigilance. Sur la base du Code des personnes et de la famille, chaque époux doit faire la part de ce qui lui appartient en propre nom et de ce qui est commun au couple. On se marie aujourd’hui parce qu’on s’aime. Si à l’avenir, on constate que l’amour n’est plus éternel, la femme quittera le foyer avec quels biens ? Lorsque la loi prévoit le régime de séparation des biens et que les époux mettent tout ensemble, ils risquent de se créer des ennuis. Toutefois ils sont libres d’opter pour un régime de communauté des biens sur la base d’un contrat de mariage.
Nous avons également mis l’accent sur la séparation de corps que les époux confondent souvent avec le divorce. En cas de séparation de corps, la femme n’a pas le droit de se laisser aller à certains désirs sans l’autorisation de son mari, car il ne s’agit pas de l’indépendance matrimoniale. Il y a beaucoup de spécificités dans le code de mariage que les gens ignorent et qui méritent d’être connues.

Entre autres avantages, le Code des personnes et de la famille confère la légitimité à la femme d’exercer son métier après son mariage. Mais il se fait que les missions et les voyages qu’effectue la femme dans le cadre de son travail, sont parfois à la base de nombreux malentendus au sein du foyer. Comment peut-elle alors dépasser ces considérations ?

LIRE AUSSI:  Promotion de la production du riz au Bénin: La Fao renforce les capacités des techniciens et agents spécialisés

Dans un foyer, le dialogue est fondamental. Il est le socle de toute relation solide et durable. Les époux doivent beaucoup communiquer entre eux. Il revient à la femme de rassurer son époux en essayant de le convaincre de sorte qu’il ait un minimum de confiance en elle. Pourquoi lorsque la femme doit aller en mission, le mari va forcement penser que c’est pour aller faire des bêtises ? Non, en toute circonstance la femme doit rassurer son mari. La promotion de la femme, c’est la promotion de l’homme. Il faudrait donc que les hommes aient confiance en leurs femmes et les laissent évoluer sur le plan professionnel. Cela ne contribue qu’au bonheur du couple.

Quelles appréciations faites-vous aujourd’hui du statut de la femme au regard de l’évolution dudit Code ?

Le statut de la femme s’est nettement amélioré ces dernières années. Le Bénin a fait du chemin et je m’en réjouis. Les femmes comprennent mieux leurs droits même s’il y a encore quelques réticences. Le hic, c’est que dans certaines familles, ce sont malheureusement les belles familles qui sont souvent à la base des polémiques entre les époux. Quand il y a des problèmes, les belles filles sont obligées de les craindre, de peur d’être rejetées par elles et que la situation empire. Mais il y a de l’espoir que la situation de la femme s’améliore.

Affirmez-vous donc que le Bénin est un bon élève en matière de promotion des droits des femmes ?

Nous y sommes ! On ne peut pas tout obtenir à la fois mais des efforts sont en train d’être faits dans ce sens. Je me rends compte que nos combats en tant que femmes intellectuelles ont porté des fruits. Je note une prise de conscience à tous les niveaux, même dans les milieux ruraux. La promotion de la femme augure de bonnes perspectives au Bénin.

Une chose est la prise de conscience des femmes elles-mêmes, l’autre en est la mise en application des textes. Et pourtant le Bénin n’a pas de problèmes de textes en matière de promotion des droits de la femme. Comment comprendre ce paradoxe ?

LIRE AUSSI:  Journée internationale de la sécurité au travail : COMAN SA et Bénin Terminal font de la sécurité un mode de vie

La mise en application des textes, c’est par les femmes elles mêmes. Lorsqu’elles viennent poser un problème à un cabinet d’avocat par exemple, et que celui-ci lance la procédure pour les tirer d’affaires, elles sont encore les premières à y renoncer. De ce fait, elles sont à la fois des victimes passives de leurs situations et des complices parce qu’elles empêchent la procédure d’aller à terme. Ce n’est pas la faute aux avocats. Mais ce qui justifie généralement la réticence des femmes, c’est la peur de la belle-famille. Elles ne veulent pas être l’objet d’insultes, de moquerie encore moins de rejet par celle-ci.

Le Bénin est à la 20è édition de la journée des droits des femmes et l’on continue de recenser ces gaps. Avez-vous bon espoir que la femme béninoise pourra jouir pleinement de tous ses droits un jour ?
Le Bénin est sur la bonne voie en matière de promotion de la femme, même si les politiciens ont pris en charge cette journée. Ce n’est qu’un moindre mal parce que de plus en plus, les femmes sont impliquées dans les prises de décisions. Les politiciens pour leur part font des discours sur ce qui concerne la femme, sa visibilité et sa place dans les instances de prise de décision, même s’ils manquent parfois de sincérité. Mais les femmes elles mêmes sont plus éveillées que jamais et réagissent lorsqu’elles se sentent brimées dans leurs droits.
J’ai dû me battre en dépit de toutes les médisances sur ma personne pour mener le combat avec certaines femmes en vue de l’amélioration du statut de la femme. Les femmes ne doivent pas se laisser aller à la méchanceté, aux calomnies, à la médisance et à la peur. Il faut qu’elles avancent quel que soit ce qui adviendra. La notoriété s’acquiert au bout des luttes.