Match Bénin-Zambie: Les deux équipes se neutralisent

Par LANATION,

  Rubrique(s): Sports |   Commentaires: Commentaires fermés sur Match Bénin-Zambie: Les deux équipes se neutralisent


Le suspense aura duré longtemps mais les Ecureuils ont pu obtenir le point du match nul face aux Chipolopolos de la Zambie qui eux, ont confirmé qu’ils demeurent une grande nation de football. Très impressionnants en début de match, les Ecureuils du Bénin ont inscrit le premier but de la rencontre à la 12e minute sur une réalisation de Cebio Soukou suite à une passe en profondeur de Jordan Adéoti. Mais cette belle entame de partie n’aura duré qu’un bout de temps.

Sept minutes plus tard l’équipe zambienne revient au score par un but de Salulani Phiri à la 19e minute du fait d’une perte de balle du milieu de terrain Rodrigue Kossi. Après maints efforts, les Ecureuils du Bénin n’ont pu trouver à nouveau le chemin des filets face à une équipe zambienne déterminée à empocher les trois points de la victoire en terre béninoise. Tout comme ce fut le cas face au Nigeria, les Ecureuils ont une nouvelle fois baissé la garde et manqué de concentration. Un peu avant la pause, c’est-à-dire dans les ultimes secondes du temps additionnel, la Zambie corse la note en marquant son deuxième but de la rencontre sur une combinaison d’ensemble conclue par Tandi Mwape. Score à la pause : 1-2.

LIRE AUSSI:  Coupe du monde Russie 2018: La Croatie humilie l’Argentine (3-0)

Du retour des vestiaires, les Ecureuils ont pris leur destin en main en revenant totalement dans le match. Les consignes du sélectionneur Michel Dussuyer ont été suivies à la lettre par les joueurs. Mieux, les changements opérés au cours de la seconde partie ont été bénéfiques. En effet, Saturnin Allagbé a cédé sa place à Fabien Farnolle et de nouveaux joueurs ont également fait leur entrée dans le jeu. Coaching payant ! À la 79e minute, le Bénin est revenu au score grâce à un but marqué par le nouvel entrant Yohan Roche. Les deux équipes ont cherché en vain à aggraver le score, chacune de son côté, jusqu’au coup de sifflet final.

Par Ulrich AKPOVO (Stag.)