Me Alain Orounla au sujet du parrainage pour candidater à la présidentielle: “ Tout est possible, tout est ouvert… ”

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Me Alain Orounla au sujet du parrainage pour candidater à la présidentielle: “ Tout est possible, tout est ouvert… ”


Le ministre de la Communication et de la Poste, porte-parole du gouvernement, Me Alain Orounla, était, ce dimanche 12 juillet, l’invité de l’émission « Zone Franche » de la télévision Canal 3 Bénin. Pendant plus d’une heure, il a apporté des éclaircissements sur plusieurs sujets de l’actualité nationale, notamment la nouvelle carte diplomatique du Bénin, le parrainage et la présidentielle de 2021. Sur toute la ligne, Me Alain Orounla a rappelé la posture du gouvernement et invité les uns et les autres au calme, à la sérénité et à la discipline. S’agissant du parrainage, il a fait savoir que le jeu est ouvert.

LIRE AUSSI:  Perspective du développement de l’assurance maladie au Bénin: Le RAMU et son projet de loi exposés aux députés de la 7è législature

La fête du 1er août sans défilé militaire et autres réjouissances de masse, la hausse des cas confirmés de Covid-19, le programme de soutien au secteur productif qui est entré dans sa phase active, la réduction des ambassades du Bénin dans le monde, la dernière décision de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) ordonnant la fermeture des organes de presse en ligne sans autorisation, et la présidentielle de 2021. Ce sont là les sujets sur lesquels le ministre de la Communication et de la Poste, Me Alain Orounla, s’est prononcé hier, sur l’émission «Zone Franche ».
Sur le premier sujet, le ministre rappelle que la suppression du défilé militaire et autres réjouissances s’est imposée en raison de la pandémie du Covid-19. Même si le gouvernement avait prévu de célébrer le 1er août avec faste, il est important pour l’Exécutif béninois de respecter et faire respecter les mesures prises dans le cadre de la lutte contre cette pandémie. La vie et la santé des Béninois sont au dessus des ambitions, note le ministre. Raison pour laquelle, le gouvernement a décidé en toute responsabilité de « revoir les choses à minima» et d’organiser cette fête dans la sobriété avec, comme annoncé, le dépôt de gerbe et la revue des troupes. « Souffrons que cette pandémie pour laquelle nous prenons le maximum de précautions pour épargner les vies béninoises et la santé publique nous impose de célébrer cet important anniversaire dans la sobriété », a déclaré le ministre Alain Orounla.

LIRE AUSSI:  Investiture du président et du vice-président de la République:Les préparatifs avancent au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo

Covid-19 en hausse

A l’instar de plusieurs pays au monde, le Bénin connaît depuis quelques semaines, une hausse des cas confirmés de Covid-19. D’aucuns estiment que ces cas positifs sont liés à l’organisation des communales dernières. Faux ! rétorque le ministre Alain Orounla qui affirme que toute corrélation faite entre les communales et la hausse des cas de coronavirus au Bénin, est contre nature. A l’instar de son collègue en charge de la Santé, il explique que cette hausse des cas de Covid-19 est due à plusieurs facteurs dont, entre autres, le relâchement observé au sein des populations en matière d’observance des gestes barrières, la fraîcheur en ces temps de pluies diluviennes et le dépistage de masse instauré par le gouvernement. « De la même manière qu’il ne faut pas faire de lien avec l’organisation des élections, de la même manière, il ne faut pas faire un rapprochement avec l’organisation des examens de fin d’année », indique le ministre Alain Orounla. Les facteurs de la hausse des cas sont connus et certifiés par les spécialistes en la matière, et de son côté, le gouvernement va poursuivre ses actions de lutte y compris la publication en toute transparence des statistiques pour une meilleure gestion de la pandémie, assure-t-il.
Cette pandémie avait poussé le gouvernement à prendre des mesures restrictives qui ont, à leur tour, provoqué la chute des recettes des acteurs du secteur productif. Mais comme promis par le gouvernement, ces acteurs ont commencé par percevoir des aides financières, confirme le ministre Orounla.
Sur la question de la rationalisation des représentations diplomatiques béninoises, le porte-parole du gouvernement a fait savoir qu’il ne s’agit pas d’une fermeture des ambassades comme il est ventilé au sein de l’opinion publique nationale mais plutôt d’un « redéploiement ». Le Bénin, avec ses moyens limités, ne peut pas déployer des représentations diplomatiques comme le font les pays riches de la planète, fait-il observer. Donc, il n’y a pas d’isolement diplomatique dans la mesure où le Bénin n’a rompu ses relations avec aucun pays. En gros, explique-t-il, le Bénin reste présent sur les cinq continents de la planète.
Concernant la décision de la Haac enjoignant aux organes de presse en ligne sans autorisation de suspendre leur publication et de se conformer à la loi en vigueur, Me Alain Orounla fait savoir que l’institution de régulation est dans son rôle. Néanmoins, il compte se rapprocher de la Haac pour voir dans quelle mesure un terrain d’entente peut être trouvé entre le régulateur et les médias concernés. Le ministre de la Communication a aussi fait savoir que les professionnels des médias sont en majorité responsables de cette situation et de plusieurs autres, puis les a exhortés à l’union, la solidarité et surtout à la discipline.

LIRE AUSSI:  Non-respect des mesures d’auto-isolement dues au Covid-19: Les indélicats mis en garde

Parrainage

Pour finir, le porte-parole du gouvernement s’est prononcé sur la question du parrainage qui suscite moult débats et commentaires au lendemain des communales dernières. A en croire Me Alain Orounla, la présidentielle aura lieu à l’instar des élections récentes. Elle va se dérouler dans « la concorde et la paix ». Pour le ministre, le débat sur le parrainage est politisé à outrance. « Ce parrainage, martèle-il, qui est considéré avec beaucoup d’appréhensions comme un verrou n’en est pas un… c’est un filtre démocratique qui permet de mettre de côté les candidatures pléthoriques et fantaisistes… ». Il rappelle au passage que le Code électoral n’oblige aucun élu à accorder son parrainage à tel ou tel candidat. Ceux qui sont inquiets n’ont donc pas de raison de l’être car, « tout est possible et tout est ouvert…», selon lui. Pas d’amalgame à faire, et le gouvernement assume les différentes lois votées à l’initiative du parlement et qui sont en lien avec le Programme d’action du gouvernement, notamment la réforme du système partisan, déclare le ministre.
Le président Patrice Talon sera-t-il candidat à sa propre succession en 2021 ou pas ? Sur cette question, le porte-parole du gouvernement a indiqué que le chef de l’Etat et son gouvernement sont plus préoccupés par le bilan de la gestion actuelle à présenter à la fin du mandat, gestion à la hauteur des ambitions nourries, que par la présidentielle prochaine. Aussi, rappelle-t-il que la déclaration de candidature du président Talon est personnelle, et qu’il a le droit de se présenter à nouveau ou de ne pas le faire.