Mécontentement à la HAAC: Les conseillers exigent l’amélioration de leurs conditions de travail

Par zounars,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Mécontentement à la HAAC: Les conseillers exigent l’amélioration de leurs conditions de travail


Prévue pour traiter les dossiers tels que la signature de la Convention renouvelée de « Canal 3 Bénin », la session de la HAAC n’a pu s’ouvrir hier, mardi 1er septembre à Cotonou. Et pour cause, les conseillers de l’institution l’ont boycottée en signe de protestation, pour exiger la satisfaction de leurs droits. Adam Boni Tessi, président de la HAAC, a dû expliquer aux médias les difficultés que traverse son institution.

LIRE AUSSI:  Monnaie commune de la Cedeao: Le nom « Eco » adopté

« La HAAC n’a pas de véhicules; les chargés de mission sont sans véhicules; le secrétaire général roule son propre véhicule, alors que nous sommes une institution constitutionnelle», déplore Adam Boni Tessi, président de la HAAC. «Pendant ce temps, des institutions créées sur simple décret sont bien alimentées », fustige-t-il.

En plus du manque de matériel roulant auquel sont confrontés les conseillers et travailleurs de la HAAC, le président a relevé la modicité des frais de mission à l’extérieur accordés aux membres de son institution et qui s’élève à 27 millions de francs CFA. Une somme qui, indique-t-il, «est épuisée depuis». Pis, leur «budget de 1,4 milliard francs CFA qui pourrait correspondre par endroits aux frais de mission d’un ministère, est insuffisant et ne satisfait pas tous les besoins de la HAAC». Selon lui, « cette insuffisance a fait que la HAAC a été obligée de supprimer certaines de ses activités et d’opérer des réajustements». Aussi, poursuit Adam Boni Tessi, les conseillers ont formulé la demande d’attribution de garde-corps, eu égard à leur mission ardue et sensible. Mais cette demande a été rejetée «sous prétexte que nous n’avons pas droit à un garde-corps», a-t-il rapporté. Les conseillers voient en tout ça une injustice qu’ils entendent corriger afin d’accomplir efficacement leur mission. «Nous intervenons par exemple auprès de 300 médias pour des missions de rappel à l’ordre afin que la paix soit constamment sauvegardée. Nous avons géré les deux campagnes (législatives et communales) passées», rappelle le président. Pour lui, c’est un travail très important qu’on ne doit pas sous-estimer. Ne pas banaliser la mission qu’abat la HAAC, c’est lui « fournir le minimum qu’il lui faut», insiste-t-il.
C’est après avoir énuméré ces difficultés, que le président a dû annoncer le report sine die de la session extraordinaire, puis présenter ses excuses à Canal 3 Bénin dont la signature de la convention renouvelée était le premier dossier au programme.
Présent à la HAAC dans le but d’assister à la signature de la convention renouvelée de Canal 3 Bénin dont il est le président directeur général (PDG), l’honorable Issa Salifou Saley n’a pas caché sa désolation. Selon lui, «Ils ont boycotté la cérémonie pour que le gouvernement puisse réagir afin qu’ils rentrent dans leurs droits».

LIRE AUSSI:  Visites du président de la République:Boni Yayi sur les chantiers du PCJ de Sèmè-Kraké et du Parlement