Médiateur de la République: Joseph Gnonlonfoun passe service à Pascal Essou

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Médiateur de la République: Joseph Gnonlonfoun passe service à Pascal Essou

Passation J. Gonlonfoun et P. Essou

Le médiateur de la République, Pascal Essou, ambitionne de rendre davantage visible par des actions concrètes, l’institution dont il a désormais la charge. Il a dévoilé ce rêve à la faveur de la cérémonie de passation de service, le jeudi 20 mai à Porto-Novo, entre lui et son prédécesseur, Joseph Gnonlonfoun.

LIRE AUSSI:  55e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat de la Cedeao: « Aucun rapport spécial sur le Bénin… », selon Aurélien Agbénonci

« Notre mandat sera consacré à rendre davantage visible le médiateur de la République. Ce rêve passera par des actions concrètes », a souligné ce jeudi 20 mai, le médiateur de la République, Pascal Essou, dans son discours de passation de charge entre lui et son prédécesseur, Joseph Gnonlonfoun. Mieux, il entend davantage renforcer les relations entre le médiateur de la République et les autres institutions de la République avec l’instauration d’une complicité agissante et fructueuse afin de mieux rassurer, satisfaire et répondre aux attentes des réclamants. Pascal Essou s’engage à accorder une attention particulière aux recours qui seront déposés dans le cadre de sa mission d’intercesseur gracieux entre l’administration publique et les administrés. «Nous allons en outre œuvrer pour davantage hisser l’étendard de l’organe au rang des grandes nations », promet-il.
Le médiateur de la République n’a pas manqué de remercier le président de la République, Patrice Talon, pour la confiance placée en sa modeste personne en le nommant à la tête de cette institution. Pascal Essou rassure le chef de l’Etat qui, lors de la réception de son serment, mercredi 19 mai dernier, à la présidence de la République, dit attendre de lui qu’il œuvre plus pour le maintien de la paix, le dialogue social et la recherche de solutions durables aux griefs des administrés relatifs au fonctionnement de l’administration centrale de l’Etat, des collectivités décentralisées, des établissements publics.

LIRE AUSSI:  Conférence parlementaire à Cotonou: Améliorer la représentativité des femmes à l’hémicycle

6 120 plaintes reçues

Pour ce faire, Pascal Essou invite ses collaborateurs à se serrer les coudes pour relever ces grands défis pour le bonheur des administrés. Il félicite le médiateur de la République sortant pour ses efforts dans la visibilité de l’institution. « Les citoyens-plaignants dont les recours ont été traités avec dextérité sont les vrais témoins. C’est pourquoi, je puis vous garantir que la même dynamique sera impulsée afin que l’institution continue d’accomplir davantage la mission qui est la sienne sur l’échiquier national et de rayonner au niveau sous-régional et mondial », a ajouté Pascal Essou.
Joseph Gnonlonfoun, pour sa part, informe que depuis la création de l’institution en 2007 jusqu’à ce jour, 6 120 plaintes des citoyens dont 3 542 sous son mandat ont été reçues et étudiées avec diligence et équité. Ce qui montre toute l’utilité de l’institution, fait remarquer le médiateur de la République sortant. Il plaide pour la révision de la loi instituant l’organe pour plus d’efficacité. « Je suis venu au médiateur de la République. J’ai vu et j’ai compris que si à la loi on ajoute un zeste d’humanité, on peut faire de nos administrations des havres de paix », a noté Joseph Gnonlonfoun à l’issue de ses 7 ans et 7 mois passés à la tête de cette institution basée à Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Crise à Wémèxwé: Seule l'aile dissidente a signé le protocole d'accord