Médiation, échanges et concertation: Abimbola milite pour une société civile culturelle structurée et dynamique

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Médiation, échanges et concertation: Abimbola milite pour une société civile culturelle structurée et dynamique


Multiplicité d’interlocuteurs au niveau de la société civile culturelle au Bénin, interventions éparses et peu coordonnées au niveau des acteurs. Deux maux du secteur culturel béninois contre lesquels le ministre en charge du secteur s’emploie à trouver l’antidote. Un challenge que Jean-Michel Abimbola s’engage à relever et pour lequel, vendredi 6 août dernier, il était avec ses collaborateurs, en concertation avec les acteurs culturels membres du Conseil national des organisations d’artistes (Cnoa).

LIRE AUSSI:  Expo Art du Bénin : Les empreintes de Dominique Zinkpè

La volonté de l’Etat d’avoir pour interlocuteur au niveau du secteur culturel, une société civile structurée et dynamique ne date pas d’hier. Depuis 2013, des tentatives de regroupement ont vu le jour et l’une d’elles a notamment conduit à la mise sur pied de la Confédération des artistes. Ces dernières années, l’appel à l’union s’est fait plus pressant, notamment avec le ministre Jean-Michel Abimbola. Le choix de l’Etat d’accompagner les acteurs pour la création d’une instance fédérée et structurée a permis de mettre sur pied le Conseil national des organisations d’artistes (Cnoa).

Mais cette ambition de disposer d’un ensemble fort et uni s’est heurtée aux démons de la division pour laisser voir le jour, deux bureaux différents à la tête de l’instance, a rappelé le ministre Abimbola aux acteurs culturels, en fin de semaine, au cours d’une séance d’échanges. « A la suite des incompréhensions et remous causés par les différentes élections ayant abouti à deux bureaux pour conduire le Cnoa, et dans le cadre de la recherche de solution au processus, il a été mis en place dans un premier temps un comité de contact dirigé par la conseillère technique aux Arts», a-t-il également indiqué. Ledit comité a rendu son rapport et Jean-Michel Abimbola l’en a félicité.
Celui-ci reconnait à travers ce travail, « des points positifs » à même de faciliter la résolution par une approche consensuelle des problèmes survenus dans le processus de la création du Cnoa. Ce dont les acteurs culturels ne doivent douter, c’est la volonté affichée du ministère de « pacifier la société civile culturelle en vue de la création du Conseil national des organisations d’artistes». Autre élément important, le consensus de tous les acteurs culturels qui se manifeste par leur volonté affichée d’œuvrer pour une sortie de crise en vue de l’aboutissement du processus.

LIRE AUSSI:  Prédictions du Tofâ 2020: Les sacrifices ont lieu demain à Cotonou

Compteur à zéro !

Le rapport confirme que les acteurs approchés ont tous affiché une volonté d’œuvrer pour une sortie de crise, a relevé avec satisfaction le ministre. Ils ont également « tous opté pour une reprise des élections sur la base des textes qui existent avec des clarifications par rapport aux zones d’ombre qui ont suscité de multiples interprétations». Cette séance s’étant voulue une séance de vérité, le ministre en charge de la Culture en a profité pour expliquer à ses invités, sa position. Il a officiellement annoncé « ne reconnaitre aucun des bureaux élus à l’issue des élections du 21 août 2020 et du 25 septembre 2020 ».
Son option, c’est la reprise du processus de mise en place du Cnoa et il l’a clairement signifié à ses hôtes, conformément aux conclusions et aux recommandations contenues dans le rapport du Comité de médiation. Le ministre a soutenu à l’occasion, qu’il attend sans délai des acteurs de jouer leur partition de façon concrète. Il est demandé à Philippe Abayi et son équipe de renoncer à leurs postes respectifs pour lesquels ils ont été élus le 21 août 2020, de retirer leur plainte demandant l’invalidation de l’élection des membres des organes statutaires du Cnoa organisée à l’assemblée générale constitutive du 25 septembre 2020. Pour ce qui est de Pascal Wanou et des autres membres de son équipe, ils doivent renoncer aux postes auxquels ils ont été élus en assemblée générale le 25 septembre dernier. Pour la reprise du processus, un comité ad hoc est mis en place, avec pour mission principale de conduire ledit processus à terme jusqu’à l’installation des dirigeants du Cnoa après leur élection.