Message à l’occasion de la Journée mondiale du livre: Jean Michel Abimbola rêve d’une industrie du livre créatrice de richesses

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Message à l’occasion de la Journée mondiale du livre: Jean Michel Abimbola rêve d’une industrie du livre créatrice de richesses

Jean Michel Abimbola, ministre en charge de la Culture

L’adresse du ministre en charge de la Culture, Jean Michel Abimbola, à l’occasion de la Journée mondiale du livre célébrée le 23 avril de chaque année lui a donné l’occasion de réitérer ses ambitions pour le secteur du livre et ses acteurs. Secteur qu’il souhaite voir sous peu devenir créateur de richesses et d’emplois.

LIRE AUSSI:  Marie Cécile Zinsou, au sujet du retour des trésors culturels du Bénin: « Je pense que c’est un énorme challenge, mais pas impossible.. »


La communauté internationale marque une pause chaque 23 avril depuis 1995 pour célébrer le livre. La Journée mondiale du livre a été initiée par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) en mémoire du 23 avril 1616, date de décès de trois grands auteurs que sont William Shakespeare, Miguel de Cervantes et Inca Garcilasco. Pour la célébration de cette année, le ministre en charge de la Culture, Jean Michel Abimbola, a adressé un message aux acteurs de la chaîne du livre pour leur rappeler combien important devient ce secteur appelé à devenir pourvoyeur d’emplois et de devises.
« Du projet de réhabilitation et de modernisation des bibliothèques et centres de lecture publics en passant par celui de numérisation de leurs fonds documentaires, de la mise en place du fonds de bonification au profit des industries culturelles à l’organisation d’activités phares de promotion du livre et de ses acteurs (Grand prix littéraire du Bénin, Salon national du livre) en passant par les actions d’encadrement des divers métiers de la chaîne du livre, le gouvernement du Bénin manifeste sa détermination à faire du livre et de ses métiers connexes un véritable levier de développement humain, social et économique », a indiqué le ministre dans son adresse.

LIRE AUSSI:  Valorisation des potentialités touristiques et culturelles du Bénin: Le Conseil de gestion de Koutammakou installé

Conscient des multiples défis à relever pour en arriver là, Jean Michel Abimbola va en profiter pour inviter tous, acteurs publics, privés, partenaires, mécènes et amoureux du livre et de lecture « à fédérer les énergies pour qu’enfin naisse dans notre pays une véritable industrie du livre, créatrice d’emplois, de richesses, mais aussi espace de connaissances, de rencontres et de voyages pour l’ensemble de notre communauté ».
Pour y parvenir, il a rappelé que le livre est un compagnon de vieille date de l’être humain et que, depuis toujours, nombreux sont celles et ceux qui se tournent vers le livre pour combattre l’isolement, la solitude et bien d’autres maux exacerbés par les diverses crises contemporaines telles que la période de pandémie que nous traversons.

Rapportant les propos de la directrice générale de l’Unesco, il indique que « les livres ont cette capacité de nous divertir, de nous instruire, d’être tout à la fois l’instrument d’une sortie de soi, d’une rencontre avec un auteur, une autrice, un univers ou une culture et d’offrir un temps pour plonger plus profondément en soi-même ». Ils sont à la fois un instrument de divertissement et de loisirs, mais aussi d’apprentissage, de brassage et d’acquisition de la connaissance, poursuit le ministre dans son message.

LIRE AUSSI:  11e édition du Marché des arts du spectacle d’Abidjan: La délégation béninoise s'engage à honorer le drapeau national

Pour lui, le livre est ce mélange de magie, d’évasion et d’apprentissage dont chacun a besoin en ces moments où l’humanité affronte l’une des pandémies les plus sévères de son existence. «Nous devons en effet aux livres d’avoir été des fenêtres sur le monde durant les moments forts de cette pandémie » souligne-t-il. Jean Michel Abimbola précisera aussi que la publication d’un livre est certes un travail d’équipe, mais le premier maillon qui en alimente la fabrication reste avant tout l’écrivain dont les efforts de créativité, les milliers d’heures consacrées à l’œuvre exigent qu’il soit, en retour, rémunéré.