Mesures urgentes contre la Covid-19 : des précisions apportées sur les restrictions

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Mesures urgentes contre la Covid-19 : des précisions apportées sur les restrictions

Le ministre de la Santé et le Porte-parole du gouvernement exhortent les populations à privilégier la solution vaccinaleLe ministre de la Santé et le Porte-parole du gouvernement exhortent les populations à privilégier la solution vaccinale

Limitation des passagers dans les taxis et transports en commun, des participants aux manifestations à grand monde, obligation vaccinale pour les agents et personnels médicaux et paramédicaux, exigence du pass vaccinal pour l’accès à certains regroupements…, les mesures urgentes prises par le Conseil des ministres pour faire face à la persistance de la pandémie de la Covid-19 semblent coriaces mais s’imposent. Face à la presse ce jeudi 2 septembre, le ministre de la Santé et le porte-parole du gouvernement clarifient.

LIRE AUSSI:  Rentrée des classes en pleine pandémie de Covid-19 : les acteurs de l’école exhortés à plus de responsabilité

La vaccination contre la Covid-19 est rendue obligatoire pour le personnel médical, paramédical, pharmacien, aide-soignant de même que pour le personnel administratif des officines pharmaceutiques et des formations sanitaires publiques et privées. Elle est fortement recommandée aux personnes âgées de plus de 18 ans en l’occurrence aux enseignants avant la rentrée des classes, aux étudiants, au personnel militaire et paramilitaire, aux conducteurs de taxi-motos… Le gouvernement a pris la mesure des choses et veut faire en sorte que les agents de santé qui sont censés sauver des vies, ne perdent pas la leur. Ce serait une calamité d’en arriver à manquer d’agents de santé pour la prise en charge des malades. Selon le point fait dans le relevé du Conseil des ministres en sa séance du 1er septembre dernier, le Bénin compte 15 932 cas confirmés dont 4 834 encore sous traitement et 131 décès. Au cours de la seule semaine du 16 au 22 août, il y a eu 2 300 nouveaux cas dont 7 décès. Et presque tous les malades admis en soins intensifs, n’ont pas été vaccinés. « Si nous prenons les statistiques de ce jour, il y a plus de 300 cas graves reçus et parmi ces 300 cas graves à peine une dizaine de personnes étaient vaccinées. Et parmi cette dizaine, la plupart n’étaient pas complètement vaccinées. Mais quand on prend les plus de 280 autres personnes non vaccinées, on se rend à l’évidence que les personnes vaccinées sont moins exposées », fait remarquer Benjamin Hounkpatin, ministre de la Santé. Il ne nie pas la possibilité pour des personnes vaccinées présentant des antécédents, de connaître une forme relativement grave de la maladie mais il y a plus d’assurance à se faire vacciner qu’à ne pas le faire. Les campagnes anti-vaccination sur les réseaux sociaux ne sont que des manipulations et malheureusement, même des personnes prises pour référence s’y adonnent. « Certains agents de santé contribuent à entraîner le flou au niveau de la population. Ils sont les vecteurs de ces informations non scientifiquement prouvées qui circulent… Or les agents de santé sont considérés comme des dieux… Les mêmes qui sont en train de faire une campagne contre la vaccination, ce sont eux qui meurent aujourd’hui à Allada. Nous en avons déjà perdu un certain nombre », relève le ministre de la Santé qui invite les populations à ne pas se laisser manipuler et à faire attention aux vidéos qui circulent. « Il faut se rendre à l’évidence que la vaccination est aujourd’hui la solution scientifique disponible pour se prémunir contre les cas graves », va renchérir Léandre Houngbédji, porte-parole du gouvernement. Le ministre de la Santé salue d’ailleurs l’engouement croissant des populations à se faire vacciner. «Quand vous faites un tour dans les centres de santé, vous pouvez constater l’affluence. La tendance à la réticence est inversée. Il y a certaines personnes qui déjà à 4h du matin se lèvent pour prendre place. Elles ont compris que c’est à cette seule condition, qu’elles pourront se prémunir contre», note Benjamin Hounkpatin. De toutes les façons, les mesures urgentes édictées par le Conseil des ministres feront l’objet d’un suivi minutieux. Le Porte-parole du gouvernement ajoute que l’Exécutif en prenant ces mesures a bien mûri l’aspect mise en œuvre… Il exhorte alors les organisateurs de manifestations à être vigilants et méticuleux sur les exigences car ils seront tenus responsables de tout manquement. La sensibilisation va se poursuivre et les forces de l’ordre sont mises à contribution pour veiller au respect des gestes barrières. Les leaders religieux sont également invités à veiller au respect des gestes barrières dans les lieux de cultes et à sensibiliser les fidèles à la nécessité de se faire vacciner. « C’est un travail de longue haleine… Nous ne pouvons pas baisser la garde. Tout ce qu’il sera utile de faire pour faire respecter ces mesures, le gouvernement y veillera », a déclaré Léandre Houngbédji. A l’occasion, il a rappelé qu’une nouvelle phase de soutien aux petites et moyennes entreprises touchées par la pandémie a été lancée. Qu’il s’agisse d’entreprises formelles ou informelles, toutes sont appelées à s’inscrire pour bénéficier de cet appui qui peut couvrir les salaires ou les charges d’électricité ou les impôts…

LIRE AUSSI:  Covid-19 et changement climatique: Les émissions de CO2 rebondissent

Pas d’inquiétudes sur les vaccins

La stratégie aujourd’hui, lorsqu’un malade ayant le moindre symptôme de la Covid-19 se présente dans un centre de santé, c’est de le mettre automatiquement sous le traitement présomptif de Covid. Quitte à faire un test Covid qui se révèle plus tard négatif ; l’on aura au moins évité le pire. C’est le même traitement qui est prescrit aux sujets contacts. C’est ce qu’a expliqué le ministre de la Santé qui invite toute personne sentant un symptôme du mal à ne pas laisser la situation s’aggraver avant de se rendre dans un centre de santé. Mais la vaccination doit, selon lui, rester la règle et mon l’exception. Le ministre de la Santé rassure de la disponibilité des vaccins pour toutes les personnes qui se rendent dans les postes de vaccination. Outre les doses de vaccin Astrazeneca Covidshield, le gouvernement a acquis plus de 200 mille doses du vaccin chinois et 302 400 doses du vaccin Johnson and Johnson. « Nous venons de vacciner environ 160 mille personnes dans le pays. Donc le stock est encore là… et nous faisons en sorte d’augmenter les centres et les postes de vaccination. Nous avons également des équipes mobiles qui font le tour des institutions et des structures pour la vaccination », fait savoir le ministre Benjamin Hounkpatin. A l’en croire, d’ici fin septembre, le Bénin va réceptionner les vaccins Pfizer. Suivront les vaccins Moderna puis les vaccins Astrazeneca qui étaient en rupture et dont la commande est bouclée. Pour ce qui est de l’homologation des vaccins, il n’y a pas d’inquiétude à se faire, ce n’est qu’une question de temps. Le vaccin Covidshield fabriqué en Inde qui était rejeté dans l’espace Union européenne est aujourd’hui reconnu dans l’espace Ue. Le vaccin chinois est également en étude. Quant aux autres vaccins, ils sont homologués dans tous les espaces. « Progressivement la question de l’homologation des vaccins pour avoir accès aux autres espaces est en train d’être réglée… Il n’y a pas de restriction liée à l’appartenance à un groupe sanguin », assure Benjamin Hounkpatin. Les personnes déjà traitées et guéries pour le même mal, peuvent se présenter dans les centres de vaccination pour voir dans quel intervalle de temps se faire vacciner. Il en est de même pour les femmes enceintes. Le ministre évoque d’ailleurs avec regret, que quatre femmes enceintes sont décédées au centre de prise en charge d’Allada. De quoi alerter toutes les couches à l’urgence de se faire vacciner !.