Meurtre sur la personne de Baké Orou Mako: Dérou Dèguè condamnée mais internée à Jacquot

Par Didier Pascal DOGUE,

  Rubrique(s): Droits et devoirs |   Commentaires: Commentaires fermés sur Meurtre sur la personne de Baké Orou Mako: Dérou Dèguè condamnée mais internée à Jacquot


Après examen, mardi 3 décembre 2019, du 7e dossier inscrit au rôle de la session criminelle du tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou statuant en matière criminelle, Dérou Dèguè poursuivie pour meurtre selon la qualification retenue, a été condamnée à cinq ans de réclusion criminelle. Mais vu ses comportements antérieurs et sa déposition à la barre, elle ne jouit pas de toutes ses facultés mentales et devra être internée au Centre psychiatrique de Jacquot.

LIRE AUSSI:  Deux questions à Emmanuelle Mitte:«Il y a dix millions d’apatrides dans le monde, dont un million en Afrique de l’Ouest»

Cinq ans de réclusion criminelle et l’internement au Centre psychiatrique de Jacquot. C’est la sentence retenue, mardi 3 décembre dernier, par le tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou statuant en matière criminelle, poursuivant Dérou Dèguè pour meurtre.
Au cours de l’instruction à la barre, mardi 3 décembre, les incohérences, les rires et même les pleurs de l’accusée n’ont pas fait douter le tribunal, mais lui ont permis de retenir contre elle la responsabilité du meurtre survenu le 23 mars 2014.
Dans ses réquisitions, le ministère public déplore le drame survenu dans cette famille qui a fait retenir à l’accusée que la mort de ses enfants n’était pas naturelle. S’il est difficile de reconnaitre le meurtre, l’intention, selon lui, existe bien puisque la partie touchée et le comportement de l’accusée la justifient. Cependant, il nuance et requiert la condamnation de l’accusée au temps déjà passé en détention et son internement au Centre psychiatrique pour y recevoir les soins.
Un réquisitoire dont s’est réjouie la défense avant de déplorer qu’au Bénin on ne puisse pas jusque-là faire établir les expertises dans un temps voisin de la survenance des crimes. L’accusée, réitère-t-il, constitue à l’heure actuelle une perte pour sa famille et la société. Elle pouvait remplir à elle seule un camion titan de coton à la fin de ses récoltes. Ce qui n’est plus possible depuis mars 2014. Il plaide qu’il plaise au tribunal de la condamner au temps passé en prison et de prescrire son internement dans un centre psychiatrique.
Délibérant, le tribunal accède aux demandes de la partie poursuivante et de la défense.

LIRE AUSSI:  Clément Capo-Chichi à propos de la Journée de la Justice internationale: «La finalité de la CPI est d’aider à mettre fin à l’impunité des pires crimes…»

Les faits

Le dimanche 23 mars 2014, dans la soirée, la nommée Baké Orou Mako s’est rendue au marigot pour chercher de l’eau. Sa belle-sœur Dérou Dèguè qui la guettait sur le chemin du retour l’interpella sur certaines appréhensions qu’elle a eues à la suite du décès de ses enfants.
Après quelques échanges de propos discourtois, Dérou
Dèguè a pris une grosse pierre qu’elle jeta à la nuque de Baké Orou Mako. Celle-ci s’écroula. Comme si ce seul coup ne suffisait pas, Dérou Dèguè en a donné plusieurs autres. La victime décéda sur les lieux après avoir été abandonnée par son assaillante.
Les investigations menées ont permis de l’appréhender. Interpellée puis inculpée d’assassinat, Dérou Dèguè a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure.

Composition du tribunal
Président : Serge Tchina
1er assesseur Hervé Houdégbé
2e assesseur Rodrigue
Sèdonougbo
Ministère public: Sossa Alain David Amoussou
Greffier: Me Marcellin
Ahouangansi