Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche: Le plan de travail annuel passé en revue

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche: Le plan de travail annuel passé en revue

Discours du MAEP

Un atelier de revue du Plan de travail annuel budgétisé (Ptab 2021) du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche au titre du deuxième trimestre se tient, les 22 et 23 juillet à Cotonou. Les structures, programmes et projets du département évaluent leurs performances respectives, lesquelles sont encore en deçà des attentes.

LIRE AUSSI:  Mise en service des réseaux électriques :Ayou et 104 localités sortent du noir

Sur une dotation annuelle de 77,7 milliards F Cfa, un montant d’environ 33 milliards F Cfa a été engagé pour les activités du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (Maep) au 30 juin 2021, soit un taux d’engagement de 42,72 % contre 44,9 % au 30 juin 2020. Un écart positif de deux points est ainsi noté. Dans ce registre, le programme Agriculture vient en tête avec 48,1 % d’engagement et
35,2 % d’ordonnancement. Le programme Elevage occupe la quatrième et dernière place avec 18,5 % d’engagement.
Sous le prisme d’ordonnancement, les réalisations portent sur 23,5 milliards F Cfa soit un taux d’exécution de 30,3 % contre 31,1 % enregistré au second trimestre de 2020. Les performances financières enregistrées à fin juin 2021 n’ont pas beaucoup varié par rapport à celles de 2020 à la même période.
En matière d’exécution physique, le Plan de travail annuel budgétisé (Ptab 2021) du ministère au 30 juin 2021 affiche un taux de 29,9 % contre 34,4 % à la même période en 2020. Cette performance est nettement en deçà de la cible de 50 % pour la période sous revue. Le programme pilote de Soutien aux services vient en tête avec 46 % suivi du programme Agriculture : 32,8 %. Le programme Elevage vient en dernière position avec seulement 15,6 %, derrière le programme Pêche et aquaculture : 25 %.
En termes de valeurs relatives (pourcentage), la performance a baissé mais en termes de valeur absolue par rapport à 2020, elle s’est plutôt améliorée, analyse Marius Aïna Sodjinou, directeur de la Programmation et de la Prospective du ministère (Dpp).
La mise en œuvre du Ptab 2021 durant le premier trimestre a été marquée par un taux d’exécution financière de 23,28 % base engagement et 10,3 % base ordonnancement contre un taux d’exécution physique de 15,43 %. Ce qui amène le ministre Gaston Dossouhoui à lancer un appel aux responsables concernés.
« Nous devons encore améliorer nos performances pour la suite de l’année 2021 afin de mieux impacter les braves producteurs ainsi que les couches les plus vulnérables », insiste-t-il.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale: Un nouveau Code électoral adopté avec de nombreuses innovations

Espoir

Au regard des chantiers en cours de réalisation, le troisième trimestre 2021 connaîtra un bond des performances surtout en termes d’ordonnancement, espère le Dpp/Maep. Pour ce faire, il est question d’identifier les goulots d’étranglement qui ont entravé la mise en œuvre du Ptab/Maep et d’envisager les solutions palliatives.
Au premier trimestre, il était noté un cadre budgétaire limitant les dotations initiales et occasionnant des demandes de fonds, de concours et de crédits additionnels avec un grand retard dans la délivrance des anneaux par certains bailleurs.
Entre autres réalisations à fin juin 2021, dans la production végétale, le ministre Gaston Dossouhoui mentionne l’acquisition de semences certifiées de riz et de maïs au profit des producteurs de l’Agence territoriale de développement agricole (Atda) Pôle 3, la mise aux normes de 250 ha de plantations d’anacarde, la certification de plants performants greffés polyclonaux d’anacardiers, la fourniture de 138 000 plants performants greffés polyclonaux d’anacardiers par le Pôle 4. Il souligne aussi l’accompagnement de 33 multiplicateurs de bouture de manioc dans le Borgou, la Donga et les Collines, l’installation de parcs à bois de boutures certifiées, la construction d’une retenue d’eau plus aménagement en aval de 10 ha à Cobly dans le pôle 3. A cela, s’ajoutent l’acquisition de petits matériels au profit des producteurs maraîchers des six communes de ce pôle, la mise en place et l’équipement de quatre forages à gros débit au profit des pépiniéristes du Pôle 4, la caractérisation et la cartographie d’unités de transformation de soja en fromage et huile, la réalisation de travaux d’aménagement rizicoles de 40 ha de bas-fonds dans le Pôle 3, la construction d’aires de séchage, l’acquisition d’équipements au profit des femmes transformatrices.

LIRE AUSSI:  Sixième mandature de la Cour constitutionnelle: Joseph Djogbénou élu président

Elevage et aquaculture

Dans le domaine de l’élevage, le ministre met l’accent sur la lourdeur constatée dans la mise en œuvre des programmes. Cependant, les actions reposent désormais sur une base solide qui permettra de bondir, se réjouit-il, faisant état d’une étude d’impact environnemental et social réalisée pour l’élaboration du Plan d’action à la réinstallation des personnes affectées par le projet de construction de l’abattoir moderne de Parakou.
A l’en croire, un recrutement est en cours au niveau de l’Unité de gestion du Projet de sédentarisation des troupeaux de ruminants. De même, l’acquisition de matériel en faveur de ce projet est en cours pour créer une nouvelle dynamique en matière d’élevage au Bénin et faire face aux problèmes liés à la transhumance des animaux.
Le Projet d’appui au développement des filières lait et viande et de promotion des entreprises d’élevage (Prodefilav-Pel) amorce sa phase de mise en œuvre effective en vue de combler le déficit en produits animaux. Une note conceptuelle d’un nouveau projet est élaborée en matière de développement de l’insémination artificielle ainsi que de la vaccination à grande échelle des animaux : volailles, ruminants et autres.
En ce qui concerne la Pêche et l’aquaculture, un appui à la mise en place d’intrants est fait au niveau de 100 pisciculteurs et quatre sessions de formation ont été organisées à leur profit. Des notes conceptuelles sont élaborées pour trois nouveaux projets dans ce sous-secteur.
Sur la gouvernance du secteur agricole en général, il y a eu l’organisation de la première revue du Ptab 2021 en mai dernier, l’élaboration et la validation du rapport biennal 2019-2020, l’élaboration du programme d’action du gouvernement (Pag) 2021-2026 volet Agriculture, l’élaboration de la version initiale du document pluriannuel des dépenses. L’organisation des revues des activités au titre du deuxième trimestre dans les Atda, la poursuite de la revue du secteur agricole gestion 2020 et l’évaluation à mi-parcours du Plan stratégique de développement du secteur agricole (Psdsa 2017-2025) duquel découle le Plan national d’investissements agricoles et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (Pniassan 2017-2021) sont également au cœur du bilan à mi-parcours du Ptab/Maep .

LIRE AUSSI:  Situation socio-économique et politique en Côte d’Ivoire: Guillaume Soro apporte les clarifications sur fond d’espoirs