Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique : Alassane Séidou annonce le projet Vidéo-protection pour 2022

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique : Alassane Séidou annonce le projet Vidéo-protection pour 2022

Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique Alassane Séidou annonce le projet Vidéo-protection pour 2022

Le projet de budget du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique connait une sensible progression en 2022 passant de 59,2 milliards à 59,8 milliards F Cfa. Pour le ministre Alassane Séidou, cette augmentation découle de l’ambition du gouvernement d’améliorer les conditions de travail de la Police républicaine et aussi la qualité des services rendus à la population. Il s’agira, à l’en croire, de poursuivre ce qui est en train d’être fait mais avec une grande innovation.
LIRE AUSSI:  Département de l’Atacora: Les plans de développement des neuf communes approuvés
« L’innovation, c’est par rapport à un projet qui va nous permettre d’avoir des caméras dans nos espaces publics. C’est le projet de la vidéo-protection », révèle le ministre. Selon lui, ces caméras vont permettre d’avoir des informations qui seront très utiles pour la Police et pour les investigations qui seront faites en cas d’infraction. En dehors de ce grand projet, il y a d’autres initiatives qui seront réalisées à partir de ce budget, notamment la construction et l’équipement des infrastructures de la Police républicaine, la construction et l’équipement des infrastructures de secours qui vont servir au Groupement national des sapeurs-pompiers, le renforcement des actions qui sont menées dans le cadre de la gestion intégrée des frontières. Le ministère prévoit également en 2022 plusieurs autres actions dont la conception et le déploiement d’applications de gestion automatisée des questions de sécurité (e.hôtel, e.résidence, e.association, e-débits de boissons, établissements de restauration et assimilés, e.mouvements interurbains), le développement d’un système de gestion automatisée des statistiques sécuritaires, la dématérialisation du dispositif de gestion des partis politiques, le recrutement et la formation de nouveaux agents de police et la mise en place d’un mécanisme de protection, de soutien et d’accompagnement moral, psychologique et social des agents de sécurité.
LIRE AUSSI:  Nouvelle mandature de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin: Arnauld Akakpo élu président