Mise en œuvre du Pass Vaccinal: Les clarifications de Benjamin Hounkpatin

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Mise en œuvre du Pass Vaccinal: Les clarifications de Benjamin Hounkpatin

professeur benjamin hounkpatin

Se fondant sur l’article 7 de la loi 2020-37 du 3 février 2021 portant protection de la santé des personnes, beaucoup dénoncent le pass vaccinal. Ledit article stipule : « Tout patient a le droit d’accepter ou de refuser un acte médical ou l’application d’un traitement médical ». Aux confédérations syndicales, le ministre de la Santé a apporté des clarifications. Lire l’intégralité de sa déclaration.

LIRE AUSSI:  Table ronde sur la relance et le financement de la vaccination: Les appréciations du ministre de la Santé

S’il est vrai qu’en situation normale, chaque individu a le droit de décider ou de refuser un traitement, il est également prévu dans la même loi aux articles 58 et 59 ce qui suit. Article 59 : « Toute personne vivant en République du Bénin ou entrant sur le territoire béninois se soumet aux vaccinations obligatoires. Un décret pris en Conseil des ministres précise les modalités d’application de l’alinéa précédent ». Article 58 : « Toute personne atteinte de maladies transmissibles et contagieuses à potentiel épidémique, susceptibles de constituer un danger pour la santé des populations, se soumet à un traitement hospitalier ou ambulatoire. Ce traitement est gratuit. Les sujets contacts sont soumis à un contrôle médico-sanitaire conformément aux dispositions législatives et réglementaires ». À partir de ces deux articles, vous comprenez aisément que le gouvernement est en droit d’imposer le traitement en situation d’épidémie. Nous sommes justement en situation d’épidémie. L’article 7 évoqué n’est pas applicable.
La deuxième chose, c’est l’évidence scientifique. Lorsque vous avez 326 malades à Allada dont 15 seulement sont vaccinés, vous vous posez des questions. Heureusement, vous (les syndicalistes, ndlr) avez eu à dire que vous n’êtes pas contre la vaccination. Mais quand on va plus loin dans le développement, le pass sanitaire, tel que c’est fait dans d’autres pays, regroupe trois types de conditions : 1- la vaccination, 2- le test Pcr, 3- avoir faire la Covid il y a moins de 6 mois.
Cependant, dans l’absolu, quand vous rentrez dans cette salle, vous avez peut-être le tiers qui a été vacciné, qui est susceptible d’attraper la maladie sans faire les formes graves. Vous avez ensuite le tiers qui présente un pass de Pcr négatif, qui n’est pas vacciné et qui est susceptible comme ceux qui meurent à Allada de développer des formes graves. Vous avez aussi le tiers qui a eu à faire la Covid-19 il y a de cela 6 mois, mais qui n’est pas exempt de contamination. J’ai vu des gens faire la Covid trois fois en moins de deux mois.
Quand vous avez ce mélange hétéroclite, comprenez-vous que ceux qui ont leur Pcr négatif et qui sont dans la salle sans être vaccinés sont susceptibles de repartir d’ici avec le virus, de développer des formes graves et de mourir ? C’est extrêmement grave. Cela impose donc une attitude claire et précise par rapport aux regroupements autorisés par le gouvernement. Ce n’est pas un pass sanitaire qui a été imposé. C’est bel et bien un pass vaccinal. Lorsque vous voulez accéder à un regroupement autorisé, c’est sur la base d’un pass vaccinal. Je voudrais apporter cette clarification pour faire la pédagogie sur la démarche adoptée par le gouvernement.

LIRE AUSSI:  Assainissement du secteur de la santé: Préfets et directeurs départementaux impliqués

Transcription : Fulbert ADJIMEHOSSOU