Mise en œuvre du programme Acma2: L’ambassadrice To Tjoelker-Kleve constate l’impact

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Mise en œuvre du programme Acma2: L’ambassadrice To Tjoelker-Kleve constate l’impact


Dans le cadre du programme Approche Communale pour le Marché Agricole phase deux (Acma2), To Tjoelker-Kleve, ambassadrice des Pays-Bas près le Bénin, a parcouru, lundi 16 et mardi 17 décembre derniers, les départements de l’Ouémé, du Plateau, du Zou et des Collines. Il s’agit pour elle de toucher de près les impacts des interventions du Programme Acma2 financé par l’ambassade et mis en œuvre par Ifdc en partenariat avec Care Bénin-Togo et Kit.

LIRE AUSSI:  Fracture numérique liée au genre au Bénin: Les parties prenantes aguerries pour combler le fossé entre les sexes

Au cours de la tournée dans ces départements, l’ambassadrice des Pays-Bas a successivement visité le Centre de collecte et de vente de poissons d’Adjarra, le Centre de stockage et de vente d’huile de palme de Sakété, l’Unité de transformation de manioc de Dasso dans la commune de Ouinhi, le magasin de stockage de soja de Boubou dans la commune de Savè, puis le Centre de stockage et de vente de gari de Lowo dans la commune de Savalou.
A Adjarra, To Tjoelker-Kleve et sa délégation ont pu noter le fonctionnement des bassins de collecte et d’exposition de poissons
et des fumoirs modernes. Selon les femmes, tous les maillons de la chaîne de valeur poisson travaillent ensemble pour viabiliser ce centre. Les interventions du Programme Acma2 ont permis aux acteurs d’être outillés, de mieux s’organiser et de se professionnaliser pour tirer profit de ce centre innovant dont la réalisation a coûté
107 545 653 F Cfa.« Avec cet investissement des Pays-Bas, notre vie est en train de changer, et nous sommes convaincus que ça changera encore plus », a déclaré le président de l’Union communale des pisciculteurs d’Adjarra.
A Sakété, le Centre de stockage de l’huile est utilisé par l’Union communale des producteurs de palmier à huile de Sakété (Ucpph). Cette infrastructure répond aux besoins d’organisation du marché pour la collecte et la vente d’huile.Elle leur évite de passer de maison en maison pour l’achat des huiles produites et leur permet d’avoir sur place une quantité importante d’huile rouge de bonne qualité.« Sakété a beaucoup gagné à travers cette infrastructure, qui est une première au Bénin», a confié Pierre Aléchi, maire de la commune.

LIRE AUSSI:  Jeu concours « Le meilleur orateur »: Rachida Aboubacar remporte le premier prix

Améliorer la qualité des produits

A Ouinhi et précisément à Dasso, les femmes du groupement Mèdjlo ont reçu la délégation de l’ambassadrice à l’Unité de transformation moderne du gari amélioré, don des Pays-Bas. Elle est équipée de quatre foyers améliorés appropriés à la cuisson des produits, d’une aire d’épluchage et de pressage, d’un forage, de presses et d’un matériel de séchage adapté.Ces équipements contribuent à améliorer la qualité et l’accès aux marchés des produits du groupement et du vaste réseau de femmes transformatrices qui collaborent avec le groupement.« Notre travail est facilité par l’unité moderne, il est moins pénible et ça va plus vite. Grâce à Acma, nous avons aussi de plus en plus de clients.Et grâce au réseau mis en place, répondre à la demande n’est plus un problème », a témoigné Elisabeth Akpeyekpo, présidente du groupement Mèdjlo.
A Savè, la construction du magasin de Boubou est financée par le Royaume des Pays-Bas près le Bénin à hauteur de plus de 87 millions de francs Cfa. Il est constitué d’un magasin de 200 tonnes de capacité, d’un bloc administratif, d’une salle de réunion, le tout doté d’un mini-réseau solaire pour l’éclairage et autres équipements. Florent Akpo, producteur de soja, au nom de ses pairs, s’engage à faire un bon usage de l’infrastructure. Selon lui, grâce aux séances de renforcement de capacités du programme Acma2, le rendement est passé de 800 kg à 1,5T à l’hectare. Léa Olodo, productrice à Boubou, a confié que l’accompagnement des producteurs de soja par le programme a eu des impacts directs sur l’amélioration des conditions de vie des familles. Des contrats de partenariat ont été signés afin que les acteurs de la filière puissent jouir du fruit de leurs efforts avec la transformation, la valorisation des produits pour une meilleure rentabilité.
Les producteurs, transformatrices et commerçantes de manioc et de gari de Savalou disposent désormais d’un magasin de stockage de 500 tonnes offert par les Pays-Bas. Cela permettra d’améliorer la qualité et l’accès aux marchés de leur gari. Pour le maire de Savalou, « la production du manioc est en nette progression à Savalou. Après la consommation ou la vente, il est observé un superflu moyen annuel du manioc de la commune sur les cinq dernières années d’environ 400.000 tonnes dont 55.000 tonnes pour le gari. Avec cette production, Savalou ne dispose pas d’un centre d’affaires où le gari ‘‘sohoui’’, un produit du terroir, se vend à plein temps.

LIRE AUSSI:  Collecte de sang en temps de Covid-19: Situation sous contrôle dans l’Ouémé/Plateau