Mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement : Le secteur des transports en quatre grands chantiers

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement : Le secteur des transports en quatre grands chantiers

Hervé Hêhomey, ministre des Infrastructures et des TransportsHervé Hêhomey, ministre des Infrastructures et des Transports

D’ici à 2026, le secteur des Infrastructures et Transports présentera un visage beaucoup plus rayonnant. La métamorphose sera portée par quatre réformes majeures prévues au titre du Programme d’action du gouvernement (Pag II).

LIRE AUSSI:  Difficultés de la campagne cotonnière 2016-2017 : Les députés s’inquiètent, le Gouvernement rassure

De quoi sera fait le quinquennat 2021-2026 dans le secteur des Infrastructures et Transports ? Au regard du Programme d’action du gouvernement (Pag II), la réponse est sans ambages. Quatre réformes majeures permettront d’assainir beaucoup plus le secteur. Le ministre des Infrastructures et des Transports, Hervé Hêhomey, décline ces réformes que le gouvernement entend mettre en œuvre à l’horizon 2026. Au sortir du Pag I, nous avons réalisé 771 km de routes aménagées et bitumées. Nous avons en chantier 1385 km de routes en cours de bitumage, que nous avons reconduit dans le Pag II. Les réformes majeures qui sont inscrites au Pag II pour le secteur des Infrastructures et des Transports sont : la réorganisation du système de l’entretien routier par l’adoption d’une nouvelle stratégie, la mise en place du système d’information portuaire. « Il s’agira, détaille le ministre Hervé Hêhomey, de mettre en place une plateforme de services à utiliser par tous les acteurs du secteur public comme privé ».
A ce jour, poursuit-il, parlant d’une autre réforme, il suffit simplement d’acheter un bus ou un camion pour se prétendre transporteur. Ce qui ne sera plus le cas d’ici quelques mois. « Bientôt, il ne suffira plus d’acheter un véhicule pour être transporteur. Nous avons même commencé par revoir les textes », informe le ministre. Il est aussi prévu l’opérationnalisation du bureau de gestion de fret et la réorganisation de tout le sous-secteur du transport routier. La quatrième réforme concerne la main d’œuvre docker. Les choses seront mieux réorganisées à ce niveau. « Dans le secteur portuaire, il se pose aujourd’hui la question de la main-d’œuvre docker. Nous allons créer un bureau d’embauche unique pour gérer cette main-d’œuvre », révèle l’autorité ministérielle.
Ces quatre réformes majeures du secteur des Infrastructures et des Transports sont déclinées en onze projets. Le catalogue des projets prévoit de désenclaver encore plus de villes, notamment à travers la construction de routes. Parmi la dizaine de projets en perspective, il y a la construction de la route du contournement Nord de Cotonou longue de 40 km, la reconstruction de la Rnie 2 Cotonou-Allada-Bohicon-Dassa longue de 207 km, le dédoublement de la route Sèmè-Podji-Porto-Novo distante de 10 km, la construction de l’échangeur de Vêdoko. Aménagement, réhabilitation,… sont aussi au programme dans des localités difficiles d’accès. Le Pag renseigne dans ce sillage que des routes en terre seront aménagées et 39 ouvrages y afférents seront construits. Au total, 12 600 km de pistes rurales vont être construites et entretenues sur toute l’étendue du territoire national.
Le gouvernement a en outre prévu la gestion et la sauvegarde du patrimoine routier et aéroportuaire et initié des projets dans les sous-secteurs maritime, portuaire et aérien.

LIRE AUSSI:  Cour constitutionnelle: Les redressements fiscaux de sociétés au rôle