Mise en place du plan comptable des matières de l’Etat : Assainir la gestion du patrimoine non foncier

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Mise en place du plan comptable des matières de l’Etat : Assainir la gestion du patrimoine non foncier

Mise en place du plan comptable des matières de l'EtatLe gouvernement a décidé de restaurer la comptabilité des matières

Le processus d’élaboration des comptes des matières de l’Etat aborde, depuis mardi 31 mai dernier à Grand-Popo, la phase de validation. Le projet est soumis, durant trois jours, à la dernière touche du collège des experts venus du ministère de l’Economie et des Finances (Mef) et d’autres ministères sectoriels. Le représentant du secrétaire général du Mef, Bertrand Oteyami, a expliqué l’importance de cet outil dans la réforme de la gestion du patrimoine de l’Etat béninois.
LIRE AUSSI:  Affaire Atao Mohamed Hinnouho: L’audience renvoyée au 12 juin

La comptabilité des matières est l’une des quatre composantes de la comptabilité de l’Etat, aux termes des dispositions de l’article 78 de la loi organique n°2013-14 du 27 septembre 2013 relative aux lois de finances. Mais, force est de constater  que depuis plusieurs années, la comptabilité des matières est «négligée et reléguée au second plan » au Bénin.
Ce qui n’est pas du goût du gouvernement qui a décidé non seulement de restaurer mais d’aller un peu plus loin en opérant une réforme de la comptabilité des matières sur la période 2022-2025. Dans la mise en œuvre de cette décision sous la coupole du ministère de l’Economie et des Finances, il est défini le cadre des comptes des matières, en cohérence avec le plan comptable de l’Etat. Lesquels comptes sont soumis, depuis mardi, à la validation des experts à l’occasion d’un atelier à Grand-Popo.
Durant les trois jours dédiés à cet atelier, il sera question de la classification des biens dans les comptes des matières devant figurer dans le plan comptable des matières de l’Etat (Pcme) en vue de leur codification. De même, les participants vont s’atteler à la validation du projet de cadre comptable des matières de l’Etat. C’est la validation du projet de plan comptable des matières de l’Etat qui mettra fin aux travaux.
En somme, «il convient de mettre en place des référentiels et des outils nécessaires de gestion du patrimoine non foncier, afin de garantir la fiabilité des données et d’assurer l’image fidèle des bilans de l’Etat», souligne  Labiou Djibril Amadou, directeur général du Matériel et de la logistique.
Pour sa part, Herbert Mèdo, directeur du Centre national de formation comptable (Cenafoc), reconnaît que l’élaboration d’un plan comptable des matières est quelque chose de substantiel qui repositionne le Bénin dans l’espace Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) dont « les exigences sont ambitieuses en matière de comptabilité des matières ».

Couper court aux anomalies

Spécifiquement au niveau du ministère de l’Economie et des Finances, les documents soumis à l’atelier sont très attendus pour couper court aux anomalies qui caractérisent, selon les cadres du Mef, l’histoire de la gestion du patrimoine au Bénin. Et le représentant du secrétaire général du ministère n’a pas manqué de le faire savoir en donnant le top des travaux. Bertrand Oteyami a souhaité que la qualité des documents à rendre à l’issue de la rencontre de Grand-Popo permette à l’équipe de développement informatique du Mef de commencer par alimenter la base de gestion des données du Système d’information de gestion des Finances publiques (Sigfp).
A l’en croire, la mise en berne de la comptabilité des matières dans la gestion des finances publiques depuis quelques années a eu pour conséquences des pertes énormes des biens de l’Etat, l’instabilité des finances publiques, la méconnaissance de l’ensemble du patrimoine de l’Etat et la gestion non normative.
Pour finir, il a tenu à rappeler que la comptabilité des matières a été introduite au Dahomey, devenu Bénin, par le colon pour mieux atteindre son objectif d’occupation du territoire. Après les indépendances et pendant la période révolutionnaire, poursuit M. Oteyami, elle a servi de base à la gestion du matériel et de la logistique de l’Etat. Ce qui n’est plus le cas depuis quelques années.
LIRE AUSSI:  MTN APPS Challenge: C’est parti pour la nouvelle saison !