Modernisation de l’administration foncière: Sortir le Bénin des affres de la mafia

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Modernisation de l’administration foncière: Sortir le Bénin des affres de la mafia


L’Agence nationale du domaine et du foncier (Andf) a signé, ce mercredi 16 octobre, un mémorandum d’entente avec Mdf training intervenant au nom du consortium en charge de la mise en œuvre du Projet de modernisation de l’administration foncière (Pmaf). Un pas de géant vers la mise en place d’une administration foncière moderne pour en finir avec les litiges en la matière.

LIRE AUSSI:  Crise à la Mairie d’Abomey: Vers le blocage du Conseil communal ?

Le Projet de modernisation de l’administration foncière (Pmaf), d’une durée de cinq ans, a été pensé et conçu pour permettre l’avènement d’une administration moderne, disposant d’outils performants pour sécuriser le foncier et ainsi permettre à la terre d’être au service des Hommes et du développement. Pour concrétiser ce projet, le gouvernement du Bénin, en quête des meilleures expertises, a contracté avec un consortium composé de Vng international, Cadaster international et Mdf. C’est d’ailleurs cette  dernière structure à travers son premier responsable, Herman Snelder, qui a paraphé avec l’Agence nationale du domaine et du foncier (Andf), le document qui scelle cette nouvelle alliance au service du foncier béninois. « C’est un long processus et le consortium a travaillé avec l’Andf depuis presque deux mois et a pu créer une relation de confiance pour faire un travail important pour le Bénin », résume-t-il. Il estime cette collaboration indispensable « pour faire ce que le gouvernement du Bénin a souhaité à savoir contribuer à un foncier qui donne moins de litiges ».  
Si le Pmaf a vu le jour, c’est pour aider le gouvernement dans sa volonté d’appuyer l’administration foncière. L’élan du gouvernement dans ce cadre se traduit, depuis trois ans, par des actions visant à faciliter l’accès au foncier tout en garantissant la sécurisation foncière à tous, explique  Jules Victorien Kougblénou, directeur général de l’Andf. Avec cette nouvelle collaboration, des pistes ont été identifiées pour une intervention qui permettra de bénéficier des outils performants et modernes et des expertises du foncier et du domaine, reconnait-il. « C’est un grand pas qui vient d’être franchi parce que la qualité des expertises apportera énormément aux citoyens dans leur quête de sécurisation foncière », apprécie Jules Victorien Kougblénou qui émet le vœu que « le mémorandum puisse permettre d’asseoir un cadre de partenariat fructueux en vue de réaliser les activités programmées et projetées ».
Autant que lui, l’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas près le Bénin, Mme To Tjoelker
apprécie le fruit d’un long travail et rappelle que « le but de ce mémorandum est d’opérationnaliser le projet de modernisation de l’administration foncière et d’avoir la clarté sur les responsabilités et les rôles de chacun ». Occasion également pour elle d’exprimer ses attentes. « On veut avoir une sécurité foncière qui est la base de l’économie, des investissements agricoles pour la sécurité alimentaire, la base pour un développement équitable, la sécurité foncière pour les femmes,  les jeunes, pour les petits et grands paysans. C’est la base du développement durable et de la croissance économique »,  dira l’ambassadeur To Tjoelker.
Le ton était aussi à la satisfaction du côté du directeur adjoint de cabinet du ministère en charge du Cadre de vie, Adam Pinto. Celui-ci insiste notamment sur l’ambition du gouvernement  pour qui le foncier est un domaine stratégique. Ce qui l’intéresse dans la signature de ce mémorandum, c’est l’impact attendu sur l’amélioration du cadre de vie et le développement équilibré de l’espace national. Tous les objectifs de performance économique et sociale fixés par le gouvernement ne peuvent être atteints que s’il y a cette sécurisation pour les acteurs économiques, les résidents et les étrangers, estime  Adam Pinto. « C’est un mémorandum qui peut paraître simple et convivial, mais qui en réalité est stratégique. Le plus important, c’est la mise en œuvre des activités prévues et la synergie de l’ensemble des intervenants pour que nous puissions arriver à la mise en œuvre effective du cadastre, à son opérationnalisation parce que c’est l’un des projets phares inscrits au Programme d’action du gouvernement et toutes les ressources humaines et financières qui sont mobilisées et convergent vers cet objectif sont à saluer », conclut-il.

LIRE AUSSI:  Tournée du ministre de l’Intérieur dans les départements: Sacca Lafia s’enquiert de l’insécurité dans l’Ouémé et le Plateau