Mono-Couffo: Ousmane Batoko visite les juridictions et centres de détention

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Mono-Couffo: Ousmane Batoko visite les juridictions et centres de détention


Le président de la Cour suprême, Ousmane Batoko, effectue du 17 au 20 décembre une tournée d’inspection dans les juridictions et centres de détention et de garde à vue des départements du Mono et du Couffo. Objectif, apprécier leur fonctionnement et sensibiliser les agents à une meilleure considération de la personne humaine lors du traitement des dossiers.

LIRE AUSSI:  Pour tentative d’assassinat et incendie volontaire :Sossou Amessinko condamné à 10 ans de travaux forcés (26e dossier)

Entamée par le département du Mono, la tournée de la délégation de la Cour suprême a été marquée, lundi dernier, par des arrêts successifs dans les communes de Lokossa, d’Athiémé et de Houéyogbé. Si dans les deux dernières villes, ce sont les commissariats qui ont été visités, à Lokossa, chef-lieu du département, la délégation a effectué également des descentes dans la maison d’arrêt de la ville ainsi qu’au tribunal de première instance de deuxième classe de Lokossa. A chacune de ces étapes, Ousmane Batoko et les conseillers se sont entretenus avec le personnel puis ont visité les différents services. Ils n’ont pas manqué de passer au peigne fin les divers registres de ces importants maillons du système judiciaire.Outre les échanges qui se sont déroulés parfois à huis clos, deux communications ont meublé les séances de travail dans la ville de Lokossa. La première, « Rôle et responsabilité de la police judiciaire dans la chaîne pénale » a été présentée aux officiers de police judiciaire. Quant à la seconde, elle a permis d’entretenir les magistrats sur le thème « Accès à la justice : droits et attentes des justiciables ». En somme, ces séances de travail ont servi, non seulement à inciter au respect de la déontologie, mais aussi à discuter des difficultés qui empêchent d’accomplir convenablement les missions.
La Cour suprême est la plus haute juridiction en matière administrative, judiciaire et des comptes au Bénin. La tournée de ses membres vise à s’assurer du bon fonctionnement des différents maillons du système et à aider à une meilleure considération de la personne humaine au cours du traitement des infractions. Tels ont été les objectifs déclinés par Ousmane Batoko, président de l’institution lors de ses différentes visites de courtoisie rendues au préfet du département ainsi qu’aux maires des communes sillonnées. Les conseillers de la Cour suprême n’ont pas vocation à rester seulement au niveau de la juridiction pour recevoir les plaintes et veiller à l’application des lois. «C’est aussi dans les attributions d’aller sur le terrain pour voir comment les droits de l’Homme sont respectés par rapport aux personnes interpellées», soutient le conseiller Claire Houngan Ayemona à l’issue des activités de la première journée.
Sur les constats de cette première étape, le conseiller restitue que « il y a eu beaucoup d’efforts tel que le respect du délai de la garde à vue. Mais il y a aussi quelques cas de longues détentions préventives ». Au dire de l’ancien ministre, les réformes judiciaires portant notamment sur la suppression de la cour d’assises expliquent quelque peu cet état de choses. Mais à la fin de la tournée, le président de la Cour suprême fera des propositions pour que les dossiers en souffrance connaissent un aboutissement heureux, promet le conseiller.
A noter que la maison d’arrêt de Lokossa connaît quelques problèmes spécifiques, à savoir la surpopulation carcérale et les difficultés de prise en charge sanitaire intégrale des détenus au niveau des centres de santé. En effet, d’une capacité d’accueil de 150 personnes au départ, l’effectif des détenus a été estimé, lundi dernier, à 369 personnes dont 19 mineurs venus des juridictions du Mono et du Couffo. « Le vol et l’escroquerie y sont les infractions dominantes », a indiqué la responsable de l’institution, le brigadier-chef de police, Aimée Adjagbo.

LIRE AUSSI:  Adhésion aux textes de l’Aiea: Le Bénin renforce sa sécurité nucléaire