Montée des eaux à Tchaourou: Les traversées nocturnes et surcharges interdites

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Montée des eaux à Tchaourou: Les traversées nocturnes et surcharges interdites

la traversée de l’Okpara à Woria

Le transport des personnes et des biens par voie fluviale de nuit, ainsi que les surcharges au niveau des embarcations ne sont plus autorisés sur les fleuves et cours d’eau de Tchaourou. Ainsi en a décidé le maire de la commune, face à la montée des eaux et pour éviter les cas de naufrages ou de noyades.

LIRE AUSSI:  Lutte contre les changements climatiques: Le PAC mobilise les sociétés de la plate-forme portuaire

Chaque année, ce sont des cas de noyades et de naufrages qui sont déplorés sur les fleuves et cours d’eau qui arrosent ou traversent Tchaourou. La mairie de Tchaourou, consciente que la brave et courageuse héroïne, Sakinatou Harouna, ne serait pas toujours présente pour sauver des vies humaines, comme ce fut le cas lundi 3 août 2020 sur le fleuve Okpara, au niveau de Woria, un village de l’arrondissement de Tchatchou, a décidé de tirer la sonnette d’alarme à temps. Par le biais de son premier responsable, Jonathan Awo, elle a interdit le transport des personnes et des biens par voie fluviale pendant la nuit sur les cours d’eau présents sur le territoire de sa commune. De même, elle n’autorise plus les surcharges au niveau des embarcations. L’objectif poursuivi, par ces temps de montée des eaux, est de ne plus avoir à déplorer les cas de naufrages ou de noyades dans les rangs de ses populations.
« Le maire a pris une décision pour réglementer certaines pratiques au niveau des fleuves. Elle touche également les embarquements et les traversées nocturnes, sans oublier ceux qui transforment ces cours d’eau en leurs lieux de distraction par ces temps de crue », a expliqué le premier adjoint au maire de la commune de Tchaourou, Ibrahim Yarou Sidik. « La commune est traversée de part et d’autre par des fleuves. L’autorité ne peut pas attendre que le pire survienne chaque fois avant de réagir », a-t-il poursuivi. « Pas plus tard que le lundi 6 septembre dernier, on était dans la zone de Kassouala, pour un cas de noyade d’un enfant de 9 ans », a rappelé le premier adjoint au maire. Selon lui, le maire se devait donc de prendre ses responsabilités.
Ibrahim Yarou Sidik invite les populations à être prudentes au cours de la traversée. Avec la rentrée des classes qui s’annonce, il les exhorte à prendre les dispositions nécessaires pour accompagner leurs enfants, surtout ceux qui doivent traverser les fleuves avant de se rendre dans leurs établissements.

LIRE AUSSI:  Alphabétisation et modernité: Bolloré forme ses agents