Montée des eaux dans l’Alibori: Du soulagement aux sinistrés de Gogbèdè

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Montée des eaux dans l’Alibori: Du soulagement aux sinistrés de Gogbèdè


Les populations de Gogbèdè, victimes d’inondations dans l’arrondissement de Bensékou, commune de Kandi, depuis mardi 1er septembre dernier, ne sont pas abandonnées à leur sort. Du soutien leur a été apporté, vendredi 4 septembre dernier, par le préfet de l’Alibori, Mohamadou Moussa.

LIRE AUSSI:  Prix de l’innovation Ericsson 2020: Développer des idées nouvelles pour affronter le changement climatique

Inconsolables depuis mardi 1er septembre dernier, après s’être retrouvées dans l’eau, suite à une forte pluie qui s’est abattue sur les localités du département de l’Alibori, les populations du village Gogbèdè, à Kandi, ont quelque peu retrouvé le sourire, vendredi 4 septembre dernier. Un lot de matériels leur a été remis par le préfet Mohamadou Moussa. C’est en guise de solidarité de la préfecture et du gouvernement à leur égard.
En effet, les sinistrés ont reçu des feuilles de tôle et du matériel de couchage comme des nattes, des moustiquaires et des couvertures. Des vivres tels que des sacs de maïs, de riz, de haricot, de bidons d’huile, ainsi que des cartons de divers autres produits comme le sucre et le savon leur ont également été remis.
En leur remettant le don, le préfet leur a réitéré la compassion du gouvernement du président Patrice Talon. L’occasion lui a, une nouvelle fois, permis d’appeler les populations de son département à la vigilance par ces temps de pluies. Il était accompagné du maire de Kandi, Alazi Zinatou Osséni Saka, et du chef d’arrondissement de Bensékou.
En effet, la pluie qui s’était abattue dans la nuit du lundi 31 août au mardi 1er septembre dernier sur Kandi et d’autres localités de l’Alibori, avait fait effondrer plus d’une quarantaine d’habitations. Plus d’une trentaine de ménages ont été touchés avec de nombreux sans abris. Dans sa furie, l’eau qui a entraîné la montée du fleuve n’a pas épargné la volaille ni le bétail. Des greniers de vivres ont été emportés et des hectares de champs de céréales envahis.

LIRE AUSSI:  Gisèle Hountondji, première écrivaine béninoise:Remontée contre le racisme !