Mot pour maux: Le livre ou la pierre angulaire ignorée

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Mot pour maux: Le livre ou la pierre angulaire ignorée


« Tout homme ouvrant un livre y trouve une aile, et peut planer là-haut où l’âme en liberté se meut… L’alphabet que l’enfant avec son doigt épelle contient sous chaque lettre une vertu. Le cœur s’éclaire doucement à cette humble lueur ; Donc, au petit enfant, donnez le petit livre… », a dit le poète pour montrer toute l’importance du livre et de la lecture.

LIRE AUSSI:  Lutte contre les changements climatiques: Le PAC mobilise les sociétés de la plate-forme portuaire

L’adage soutient plutôt que pour cacher quelque chose à l’Africain en général et au Béninois en particulier, il suffit de le consigner dans un livre. Cette boutade qui sonne comme une avanie à l’endroit de tout un peuple n’est pas moins vraie. Et pour cause !
Le livre ne jouit pas sous nos cieux de tout le prestige qui devrait l’entourer. Force est de constater que la chaîne du livre patine encore, malgré les nobles initiatives pour sa production et sa promotion. Dans un environnement où bon nombre tirent encore le diable par la queue, acquérir un livre paraît un luxe et n’est pas forcément la chose la mieux partagée. Outre les ouvrages au programme que déjà peu de parents arrivent à offrir à leurs enfants au cours de leur cursus, le réflexe d’aller en librairie pour acquérir les dernières parutions est quasi-absent des habitudes.
L’état des lieux peu attrayant des bibliothèques (en dehors des écoles et des centres d’apprentissage) renseigne à souhait sur leur taux de fréquentation. Certes, le fort taux d’analphabétisme y est pour quelque chose ; mais combien de ceux qui savent lire se portent-ils systématiquement vers la lecture comme passe-temps favori ? Préoccupés par le pain quotidien, les adultes ne montrent pas toujours l’exemple. Et ce ne sont pas les enfants qui devraient apprendre plus par mimétisme à aller vers le livre, qui s’intéresseront à la lecture, puisqu’ils n’ont jamais vu leurs parents se délecter d’un ouvrage. Encore quelques jours, et la course aux jouets dans le cadre des fêtes de fin d’année s’amorcera. L’on peut parier, sans risque d’être pris à défaut, que le livre ne fera pas partie des cadeaux.
L’on priorise encore l’investissement dans le béton et dans les funérailles que dans le savoir et dans l’homme. L’industrie du livre reste embryonnaire et les acteurs de la chaîne du livre sont mal lotis. Les rares maisons d’édition ne tournent qu’à faible régime au ‘’Quartier latin’’ de l’Afrique. Les machines à photocopier passent également par-là, tuant ainsi la créativité. Dans ces conditions, l’écrivain béninois et africain aura du mal à vivre de son œuvre.
En ce moment où l’on célèbre la Journée internationale de l’écrivain africain, il importe d’attirer l’attention des parents sur leur devoir et les pouvoirs publics sur la nécessité de développer la chaîne du livre, en vue de préparer une nouvelle génération d’intellectuels béninois pour l’avenir. Pour ce faire, une politique originale de promotion du livre s’avère indispensable afin de dynamiser les centres de lecture et d’animation culturelle, renflouer les bibliothèques, soutenir les initiatives (caravanes, semaines du livre, prix littéraires, etc.). C’est en cela que le Fonds des arts et de la culture ex-Fonds d’aide à la culture (Fac) devra intégrer un mécanisme de promotion des ouvrages et intéresser les plus jeunes à la lecture dès le bas âge. Il faut saluer les efforts faits pour rendre accessibles les manuels scolaires et didactiques aux apprenants et promouvoir les auteurs béninois de plus en plus inscrits au programme dans les lycées et collèges. Mais l’Etat devra aller plus loin pour rendre la fabrication du livre plus aisée en détaxant par exemple les intrants, en subventionnant l’ensemble des productions sans exclusive et en favorisant leur distribution. C’est ainsi qu’on pourra tourner dos au désert de compétences et chasser les ténèbres de l’ignorance.
C’est ce que je crois?

LIRE AUSSI:  Lettre de féliciations de XI Jinping au chef de l'Etat Patrice Talon