Municipalité de Parakou: Rebelote

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Municipalité de Parakou: Rebelote


Le maire de Parakou Aboubacar Yaya est désormais assis sur un siège éjectable. La Cour suprême a rendu un arrêt ce jeudi qui relance l’élection du maire, des adjoints au maire et celle des trois chefs d’arrondissement. En effet, selon des sources dignes de foi, le juge électoral a invalidé l’élection d’un conseiller de la liste Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) dans le premier arrondissement de la municipalité de Parakou.

L’élu en question trainerait une condamnation rendue définitive. Ce qui le disqualifie normalement de toute participation à une consultation politique. Il ne devrait dès lors pas se présenter aux élections municipales du 17 mai dernier. La Cour suprême a statué entre autres sur la question ce jeudi et a décidé d’invalider l’élection de ce conseiller communal qui a eu par le passé maille à partir avec la justice. Cette invalidation lie également le suppléant qui ne peut pas siéger. Ce qui bouleverse du coup les calculs au niveau du Conseil municipal où aucune liste n’a désormais la majorité absolue des sièges.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale: Le Code pétrolier retouché pour plus d’efficacité

Puisque les Fcbe qui perdent un siège sont créditées désormais de 16 sièges. Ce parti de l’Opposition perd ainsi le contrôle de la mairie car il est désormais à égalité de sièges avec les deux autres partis en présence, à savoir l’Union progressiste (Up) et le Bloc républicain, toutes de la mouvance présidentielle. Et dans ces conditions, la loi dit que le jeu est ouvert. L’élection du maire, des adjoints au maire et des chefs d’arrondissement se jouera à travers les jeux d’alliance entre les forces politiques en présence. On tend alors vers la refonte totale de l’exécutif de la municipalité de Parakou où bien malin qui pourra dire de quel camp sortira le prochain maire après cette situation n

————————————— Les raisons ——————————

Cerise du gâteau que les Fcbe ont pu s’octroyer au terme des dernières communales, la mairie de Parakou est en passe d’échapper à cette formation politique. Car de fait, il n’est pas certain que la parité entre le parti d’opposition et ceux de la mouvance présidentielle, soit favorable aux Fcbe. Et tout ça, pour des bisbilles internes à ce parti dont, selon les informations, c’est l’un des membres qui aurait soulevé le contentieux électoral près la Cour suprême ayant abouti à l’invalidation d’un siège Fcbe.

LIRE AUSSI:  Revue à mi-parcours du Pta du ministère du Cadre de vie: Les acteurs engagés pour des résultats meilleurs

Encore qu’au regard de la loi, l’invalidation par la Cour suprême dudit siège tient au fait de la condamnation définitive par la justice du conseiller communal en question, chose incompatible avec son statut de conseiller. Ce qui éclaire sous un jour nouveau cette affaire, qui laisse clairement entrevoir que les querelles internes conduiraient les Fcbe à perdre une mairie à statut particulier. Et ceci, en dépit de toutes les initiatives y compris législatives qui ont favorisé l’élection d’un Fcbe à la tête de la mairie de Parakou, à travers la personne de Yaya Aboubakar, notamment le vote de la loi interprétative du code électoral qui aura coupé court aux guerres de leadership au sein de ce parti, dans la perspective de l’élection du maire de Parakou.

Le maire de Parakou Aboubacar Yaya est désormais assis sur un siège éjectable. La Cour suprême a rendu un arrêt ce jeudi qui relance l’élection du maire, des adjoints au maire et celle des trois chefs d’arrondissement. En effet, selon des sources dignes de foi, le juge électoral a invalidé l’élection d’un conseiller de la liste Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) dans le premier arrondissement de la municipalité de Parakou.

L’élu en question trainerait une condamnation rendue définitive. Ce qui le disqualifie normalement de toute participation à une consultation politique. Il ne devrait dès lors pas se présenter aux élections municipales du 17 mai dernier. La Cour suprême a statué entre autres sur la question ce jeudi et a décidé d’invalider l’élection de ce conseiller communal qui a eu par le passé maille à partir avec la justice. Cette invalidation lie également le suppléant qui ne peut pas siéger. Ce qui bouleverse du coup les calculs au niveau du Conseil municipal où aucune liste n’a désormais la majorité absolue des sièges.

LIRE AUSSI:  Revue à mi-parcours du Pta du ministère du Cadre de vie: Les acteurs engagés pour des résultats meilleurs

Puisque les Fcbe qui perdent un siège sont créditées désormais de 16 sièges. Ce parti de l’Opposition perd ainsi le contrôle de la mairie car il est désormais à égalité de sièges avec les deux autres partis en présence, à savoir l’Union progressiste (Up) et le Bloc républicain, toutes de la mouvance présidentielle. Et dans ces conditions, la loi dit que le jeu est ouvert. L’élection du maire, des adjoints au maire et des chefs d’arrondissement se jouera à travers les jeux d’alliance entre les forces politiques en présence. On tend alors vers la refonte totale de l’exécutif de la municipalité de Parakou où bien malin qui pourra dire de quel camp sortira le prochain maire après cette situation n

————————————— Les raisons ——————————

Cerise du gâteau que les Fcbe ont pu s’octroyer au terme des dernières communales, la mairie de Parakou est en passe d’échapper à cette formation politique. Car de fait, il n’est pas certain que la parité entre le parti d’opposition et ceux de la mouvance présidentielle, soit favorable aux Fcbe. Et tout ça, pour des bisbilles internes à ce parti dont, selon les informations, c’est l’un des membres qui aurait soulevé le contentieux électoral près la Cour suprême ayant abouti à l’invalidation d’un siège Fcbe.

LIRE AUSSI:  Second tour de l’élection présidentielle: La mission d’observation de la Cédeao souligne la maturité du peuple béninois

Encore qu’au regard de la loi, l’invalidation par la Cour suprême dudit siège tient au fait de la condamnation définitive par la justice du conseiller communal en question, chose incompatible avec son statut de conseiller. Ce qui éclaire sous un jour nouveau cette affaire, qui laisse clairement entrevoir que les querelles internes conduiraient les Fcbe à perdre une mairie à statut particulier. Et ceci, en dépit de toutes les initiatives y compris législatives qui ont favorisé l’élection d’un Fcbe à la tête de la mairie de Parakou, à travers la personne de Yaya Aboubakar, notamment le vote de la loi interprétative du code électoral qui aura coupé court aux guerres de leadership au sein de ce parti, dans la perspective de l’élection du maire de Parakou.