Secteur agricole et de la transformation dans l’Atacora-Donga: Des ministres à l’écoute de promoteurs d’initiatives individuelles

Par Eklou,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Secteur agricole et de la transformation dans l’Atacora-Donga: Des ministres à l’écoute de promoteurs d’initiatives individuelles


Les ministres en charge de l’Agriculture et du Commerce ont saisi l’occasion du lancement officiel de la campagne de commercialisation des noix de cajou pour visiter des initiatives individuelles dans des domaines agricole, agro-pastoral et de la transformation, à Ouaké, Birni et Daringa dans la commune de Djougou, jeudi 15 et vendredi 16 mars derniers. Des sites de production et de transformation qui témoignent de l’immense potentiel agricole et semi-industriel du pays.

LIRE AUSSI:  Recrudescence des sacrifices humains: Quand passivité rime avec flambée des crimes rituels

La pépinière de Soulé Tchao dans la commune de Ouaké est un exemple de réussite dans le secteur agricole et les ministres Gaston Dossouhoui et Serge Ahissou s’en sont rendu compte lors de leur visite. Le promoteur, a expliqué Inoussa Séro Chabi, agent de l’Agence territoriale de développement agricole 4 (Atda 4), est à une production de 16 000 plants pour une prévision de 24 000 plants. «Il a une grande expérience dans le domaine dans lequel il exerce depuis 1984. Il a commencé la production des plants greffés ou non en 2011», confie-t-il à la délégation des ministres.
Exerçant dans ce domaine au sein d’un projet où il était chef d’équipe, le promoteur a pris son destin en main au terme du projet en se mettant à son propre compte. « J’ai commencé par produire les essences forestières et après des manguiers. Cela m’a permis d’aller me perfectionner au Sénégal. Au retour, j’ai enclenché avec le greffage d’anacardier. Je suis parmi les meilleurs puisqu’ayant au moins 96 % de réussite. J’ai une société de semences de plants de dix personnes. Nous formons régulièrement de jeunes qui, après, se mettent à leur compte ou aident à former d’autres», indique le promoteur Soulé Tchao. Un bilan qu’il entend valoriser davantage avec l’appui de l’Etat, tout comme les autres promoteurs rencontrés lors du périple ministériel.
Après Ouaké, la délégation des ministres s’est rendue dans la commune de Djougou pour visiter une unité de production de jus de cajou. Quatre ans après l’installation de son unité, Thérèse Orou Ali, la promotrice nourrit de grandes ambitions et ne cache pas sa détermination à aller bien loin. Formée au Lycée agricole de Sékou, son unité de transformation est à une production de 40 000 bouteilles de jus par an. Et elle compte bien produire pour le compte de cette année 50 000 bouteilles. « Nous employons 18 personnes et travaillons avec 504 femmes sur le plan régional», défend-elle, tout en sollicitant un soutien de l’Etat pour mieux valoriser ce label.
Tout ce potentiel sera enrichi au cours de la tournée des deux ministres par la découverte de la ferme agro-pastorale Cenadis de Birni. Une ferme qui, selon Christian Gandaho, agronome, directeur technique du site, a été créée en 2007 à Makrou Ouirou dans l’arrondissement de Birni, commune de Kouandé. L’activité principale de la ferme est la production d’anacarde sur une superficie de 700 ha sur un ensemble d’au moins 1000 ha. D’autres cultures telles que le maïs, le soja et l’arachide sont également développées sur ce site qui abrite par ailleurs des centaines de bovins et une petite unité de transformation du jus de pomme de cajou en alcool. Une expérience saluée par les deux ministres qui ont eu une séance de travail avec le promoteur et le personnel permanent estimé à 25 agents contre 300 occasionnels.
Un magasin de stockage d’une capacité de 100 tonnes d’anacarde implanté à Daringa, dans la commune de Djougou, a été également visité par les deux ministres.
Face aux diverses doléances des producteurs et transformateurs, les ministres Gaston Dossouhoui et Serge Ahissou leur ont recommandé des institutions d’appui pour les aider à développer leurs activités pour une plus-value au secteur agricole.

LIRE AUSSI:  Meurtre (18e dossier): Théodore Tossa écope de 15 ans