Nobel d’Architecture remporté par le Burkinabé Francis Kéré

Par Catherine Fiankan-Bokonga,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Nobel d’Architecture remporté par le Burkinabé Francis Kéré

Diébédo Francis Kéré

Le prix Pritzker, souvent surnommé le « Nobel de l’architecture », a annoncé que le lauréat 2022 est Diébédo Francis Kéré, originaire du Burkina Faso. Premier Africain et premier architecte noir à remporter cette prestigieuse récompense, décernée chaque année depuis 1979, la personnalité du gagnant marque un changement de paradigme en reconnaissant l’importance d’une construction durable, utilisant des moyens locaux et optant pour des solutions ingénieuses en accord avec la culture des peuples.

LIRE AUSSI:  Emissions de titres publics: Renforcer les capacités sur l’élaboration de la courbe de taux d’intérêt

C’est en 2005 que Francis Kéré, 56 ans, fonde son cabinet d’architecture à Berlin, dans son pays d’adoption, l’Allemagne. Il acquiert une notoriété internationale en 2004, lorsqu’il reçoit le Prix Aga Khan d’architecture pour ses efforts de promotion d’une architecture durable, axée sur la communauté. En Suisse, le Burkinabé s’est fait connaître lorsqu’il avait été sélectionné aux côtés d’un architecte brésilien et un japonais pour rénover le musée de la Croix-Rouge internationale, en 2013.

Une bourse pour la menuiserie

À l’âge de 7 ans, Francis Kéré doit quitter la maison familiale pour aller à l’école car son village, Gando, situé au Burkina Faso, ne possède pas d’établissement scolaire. C’est à Tenkodogo qu’il étudiera dans une classe où s’entassent plus de 100 élèves souffrant d’une chaleur difficilement supportable. C’est à cette époque qu’il nourrit le rêve de construire un jour des bâtiments naturellement ventilés.
Treize ans plus tard, il quitte l’Afrique pour l’Allemagne où il a obtenu une bourse de menuisier. En 2004, il obtient son diplôme d’architecte et achève la construction de son premier bâtiment, l’école primaire de son village. Ce projet s’avère être un tremplin pour sa carrière et guide encore aujourd’hui sa philosophie.

LIRE AUSSI:  Plan de financement de l’Etat pour 2021: La dette publique plafonnée à 1528 milliards

Félicitations du jury

Avec cette récompense suprême, Francis Kéré est distingué pour l’ensemble de son œuvre qui « donne du pouvoir et transforme les communautés par le biais de l’architecture ». D’après les membres du jury et son président, l’architecte chilien Alejandro Aravena, Kéré «a développé un vocabulaire architectural ad hoc, hautement performatif et expressif: les doubles toits, la masse thermique, les tours à vent, l’éclairage indirect, la ventilation croisée et les chambres d’ombrage sont non seulement devenus ses stratégies de base, mais ont également acquis le statut de dignité construite ». Les organisateurs du prix ont expliqué que l’architecte avait reçu cette distinction « grâce à son engagement pour la justice sociale et à l’utilisation intelligente de matériaux locaux pour s’adapter et répondre au climat naturel. Il travaille dans des pays marginalisés, où les contraintes et les difficultés sont nombreuses et où l’architecture et les infrastructures sont absentes ».

LIRE AUSSI:  Financement de la Banque mondiale au Bénin:10 milliards F CFA pour rendre le secteur privé compétitif

Autres distinctions

Pour sa remarquable réussite à combiner une conception socialement engagée et écologiquement résiliente, le cabinet Kéré Architecture a reçu de nombreux prix. Son travail au Burkina Faso lui a valu d’être nommé membre honoraire de l’American Institute of Architects et membre du Royal Institute of British Architects. Il a été professeur à la Harvard Graduate School of Design ainsi qu’à l’Accademia di Architettura di Mendrisio.

Réalisations dans le monde

Francis Kéré est devenu l’un des éminents architectes contemporains du monde. Il a ainsi réalisé des projets de renom sur quatre continents. Il a réalisé des centres de santé et des écoles en Afrique, plusieurs bâtiments du parc national de Bamako (Mali), des écoles et des logements au Mozambique, un musée d’argile au Kenya, ou encore le « village Opéra » près de Ouagadougou (Burkina).
Parallèlement à la construction de bâtiments permanents, il a aussi créé de nombreux pavillons, notamment le Serpentine à Londres (2017), celui du Tippet Rise Art Center dans le Montana (Usa) et il a élaboré une série de tours colorées pour le festival californien Coachella Valley Music and Arts Festival (2019). Au Bénin, le gouvernement a confié à son cabinet la conception du nouveau bâtiment de l’Assemblée nationale, situé à Porto Novo, dont l’architecture fera référence à un arbre à palabre. En février dernier, le président fédéral allemand Frank-Walter Steinmeier a participé à la cérémonie officielle de pose de la première pierre de l’Institut Goethe de Dakar (Sénégal).

LIRE AUSSI:  Accord de crédit pour le développement de la microfinance au Niger: Le Fagace garantit 3,75 milliards FCFA à ASUSU-Sa

Catherine Fiankan-Bokonga, Correspondante accréditée auprès de l’Office des Nations Unies à Genève (Suisse)