Non respect du prix de cession de l’huile végétale : Attention, la répression enclenchée !

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Non respect du prix de cession de l’huile végétale : Attention, la répression enclenchée !


Plusieurs supermarchés ont reçu la visite inopinée des contrôleurs du ministère du Commerce, le vendredi 3 juin 2022  et le samedi 4 juin 2022. Les contrôles qui ont eu lieu à Cotonou et Abomey-Calavi ont conduit à la délivrance de convocation à plusieurs commerçants pour « majoration illicite des prix de vente de l’huile végétale ». Les agents du ministère du Commerce  n’ont pas eu d’autre choix, étant donné que dans la grande majorité des boutiques sillonnées, les prix étaient largement au-dessus du plafond fixé par le gouvernement qui est 1300 FCFA. Aussi les contrôleurs ont-ils procédé à la « saisie fictive » de plusieurs dizaines de bidons d’huile. Les constats font aussi état de la non délivrance par endroits de facture aux clients. La Nation, le journal de référence, vous réserve plus de détails dans sa prochaine parution. Les « commerçants indélicats » sont avertis, puisque pouvant recevoir la visite des contrôleurs à tout moment.

 

Pour rappel, à compter du 19 mai 2022, le prix de vente de l’huile ne doit pas excéder 1300 francs.

LIRE AUSSI:  5e édition du festival international des voix de femmes: Festin vocal ce soir et demain à Cotonou

« Le prix de vente au détail au consommateur final de l’huile végétale raffinée est plafonné à mille trois cents (1300) F CFA », renseigne l’arrêté interministériel 2022/090 portant plafonnement du prix de l’huile végétale raffinée en République du Bénin. L’arrêté signé de la ministre du Commerce Alimatou Shadiya Assouma et du ministre de l’Économie et des Finances intérimaire José Didier Tonato précise que les prix de vente s’entendenti  »prix de vente Tva collectée incluse. Les prix de vente des distributeurs sont des prix finaux sans Tva. » La chaîne de Tva s’arrête au niveau des producteurs locaux, précise cet arrêté qui s’appuie sur les dispositions de la loi 2016-25 du 4 novembre 2016 portant organisation de la concurrence.