Note de conjoncture de l’Uemoa à fin juillet 2021: Baisse de la liquidité propre des banques

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Note de conjoncture de l’Uemoa à fin juillet 2021: Baisse de la liquidité propre des banques

Transaction

La récente note de conjoncture économique publiée par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) signale une baisse de la liquidité propre des banques à fin juillet 2021.

LIRE AUSSI:  Dr Arel D. Zannou, président du patronat des start-up du Bénin: « On peut aller à des centaines de milliers d’emplois »


84,2 milliards de F Cfa. C’est le montant de la baisse, à fin juillet 2021, de la liquidité propre des banques dans les pays de l’Uemoa. Cette situation a été signalée dans la récente note de conjoncture publiée par la Bceao qui fait le lien avec la chute des versements aux guichets. « Cette détérioration est consécutive principalement à l’incidence négative des versements nets de billets (-166,9 milliards). Les soldes excédentaires des transferts des banques (+62,8 milliards) et de leurs opérations avec les États (+19,9 milliards) ont, quant à eux, contribué à atténuer cette évolution », a précisé la Bceao. Toutefois, les banques ont réduit leur recours au refinancement de la Banque Centrale. Ainsi, les demandes de refinancement adressées à la Bceao ont baissé de 149,5 milliards. En ligne avec ces évolutions, la liquidité bancaire s’est repliée de 233,7 milliards par rapport au mois précédent. En ce qui concerne les réserves obligatoires, sur la période de constitution allant du 16 juin au 15 juillet 2021, l’analyse fait apparaître une situation excédentaire pour les banques de l’Uemoa. « Les réserves libres des banques sont ressorties en moyenne à 1 886,5 milliards, soit 213,2% des réserves requises, contre 1 890,7 milliards ou 214,8 % à la précédente période », précise la note de conjoncture mensuelle.
Sur un autre volet, la note de conjoncture a dévoilé le taux d’inflation. Il en est ressorti, en glissement annuel, un taux de 3,5 % à fin juillet 2021, après une réalisation de 3,6 % le mois précédent. « La décélération du rythme de progression des prix est principalement imputable à la composante « logement », dont la contribution à l’inflation globale s’est repliée de 0,2 point de pourcentage par rapport au mois précédent, atténuée par une augmentation de 0,1 point de la contribution de la composante «Alimentation ». « La hausse de la composante alimentaire est liée au renchérissement des fruits et légumes, des tubercules et plantains, ainsi que des produits de la pêche dans la plupart des pays. Par pays, la progression des prix s’est avérée plus prononcée au Togo (+6,8 %), en Guinée-Bissau (+4,8 %), en Côte d’Ivoire (+3,9 %) et au Niger (+3,7 %).

LIRE AUSSI:  Chambre consulaire régionale de l’Uemoa: L’Ivoirien Daouda Coulibaly élu président