Nouveau Code pénal: Amnesty International plaide pour son adoption au Bénin

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Nouveau Code pénal: Amnesty International plaide pour son adoption au Bénin


L’adoption du nouveau Code pénal devrait permettre de régler plusieurs problèmes au Bénin. C’est ce qu’a défendu hier mercredi 16 septembre le directeur par intérim d’Amnesty International Bénin qui plaide pour le vote de cette loi par l’Assemblée nationale. Il a été reçu dans ce cadre en audience par le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji.

LIRE AUSSI:  Séance de travail avec les populations d’Adja-Ouèrè: « Le Bénin est guéri de ses travers et défauts », dixit le chef de l’Etat

Le nouveau Code pénal s’il arrivait à être adopté, présente de nombreux avantages pour les populations. Au nombre de ceux-ci, il y a entre autres, l’abolition de la peine de mort et la pénalisation de la torture, toutes choses qui ne seront possibles qu’avec un nouveau texte de loi. C’est pourquoi Amnesty International Bénin plaide pour son adoption par les députés. Le directeur par intérim de cette institution au Bénin, Epiphane Lucien Dossou était en audience dans ce cadre hier au cabinet du président de l’Assemblée nationale. Il a saisi l’occasion pour solliciter l’adoption de plusieurs dossiers de ratifications. On peut citer la ratification du Protocole facultatif se rapportant au pacte international relatif aux droits économiques sociaux et culturels, du troisième Protocole facultatif se rapportant à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et le Protocole facultatif se rapportant à la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.

LIRE AUSSI:  Les Biscuits de La Nation

Epiphane Lucien Dossou a par ailleurs profité de l’occasion pour attirer l’attention du président Adrien Houngbédji sur la mise en place par le bureau de l’Assemblée nationale, du Comité de supervision pour la désignation des membres de la Commission béninoise des droits de l’Homme (CBDH). Aussi, a-t-il été décidé que Amnesty International Bénin saisisse le Parlement d’un mémorandum et se rapproche ensuite des commissions permanentes et du cabinet du président de l’Assemblée nationale pour la résolution rapide des problèmes soulevés.

Le point du Sommet des jeunes

Pour sa part, Armand Kodjo, coordonnateur du Comité d’organisation de Wayls Bénin, est venu faire au président Adrien Houngbédji, le point du sommet des jeunes entrepreneurs de l’Afrique de l’Ouest tenu au Bénin du 10 au 12 septembre dernier. L’objectif de cette initiative est d’encourager les jeunes à l’auto-emploi et à la création d’entreprise, souligne-t-il. Ces trois jours du sommet ont été consacrés à la formation des jeunes gens, à l’organisation de la foire des jeunes entrepreneurs et à des visites touristiques pour le développement des affaires. Trois domaines ont retenu l’attention des jeunes gens au cours du sommet : l’agriculture, l’éducation et les technologies. Un projet a été initié dans chacun des domaines précités.
Armand Kodjo et sa délégation ont sollicité et obtenu l’appui du président de l’Assemblée nationale pour le suivi desdits projets.
Le président de l’Assemblée nationale a reçu également en audience, une forte délégation de la Fondation des femmes d’Afrique et culture mémorial de Rufisque conduite par sa Secrétaire exécutive, Daguia Akadiri Mouriana. La Fondation est composée d’enseignantes à la retraite. Elle est présente dans d’autres pays africains dont le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Togo etc. Les femmes de la Fondation s’intéressent aux problèmes d’éducation des enfants, à la situation des jeunes filles, à la dépravation des mœurs ou encore à la délinquance juvénile. Cependant leurs moyens sont limités, c’est pourquoi elles ont sollicité l’appui du président de l’Assemblée nationale pour l’atteinte de leurs idéaux.
Me Adrien Houngbédji s’est en outre entretenu avec José Luis Noriega Sánchez, chargé d’affaires de l’ambassade de Cuba à Cotonou, venu lui réaffirmer la continuité des bonnes relations de coopération et de solidarité entre le Bénin et Cuba. L’ambassade de Cuba reste disponible à renforcer sa collaboration avec le président de l’Assemblée nationale.
Enfin Rosine Sori-Coulibaly, coordonnateur résident du Système des Nations Unies et Représentant résident du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Bénin, à la tête d’une forte délégation, a été aussi reçue par le président de l’Assemblée nationale. Mais sa délégation n’a fait aucune déclaration à la presse à la sortie du cabinet du président Adrien Houngbédji.