Nouveau marché Houndjro à Abomey : Des assurances sur l’évolution des travaux

Par Arnaud DOUMANHOUN,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Nouveau marché Houndjro à Abomey : Des assurances sur l’évolution des travaux

Les travaux de construction du marché Houndjro d’Abomey sont toujours en cours

Les usagers du marché
Houndjro à Abomey s’inquiètent de la lenteur observée au niveau de l’exécution des travaux de construction du nouveau marché. Mais le gouvernement ainsi que les acteurs à l’œuvre sur le chantier donnent des assurances à ce sujet.

LIRE AUSSI:  Laurent Bossard, directeur du Club du Sahel et l’Afrique de l’Ouest: « Les villes sont les trames de l’intégration régionale »

Houndjro aura bel et bien son nouveau marché dans peu de temps. Wilfried Léandre Houngbédji, porte-parole du gouvernement, en est certain de même que les techniciens intervenant sur ce projet. La lenteur constatée à un moment donné est justifiée.
« Les travaux ne sont pas bloqués. Ça piétine quelque peu. Il y a quelques-uns des 20 marchés que nous avons lancés qui connaissent malheureusement ce sort, parce que les sociétés qui en ont la charge ont connu diverses difficultés… », a expliqué Wilfried Léandre Houngbédji, porte-parole du gouvernement, lors de sa récente tournée sur les antennes des radios locales. En réalité, sur le site, les travaux semblent connaître un ralentissement. Sur le chantier, vendredi 19 août 2022, ce n’est pas le monde habituellement retrouvé sur place, ni l’ambiance ordinaire d’un chantier de telle envergure. Selon les techniciens, les gros œuvres sont en cours et certains blocs sont presque achevés. « Ce sont les gros œuvres qui constituent la partie la plus importante. Nous aurons ensuite la charpente, et le second volet, qui concerne le lot technique, va suivre. Nous sommes un peu en retard mais toutes les dispositions sont en train d’être prises pour finir au plus vite », assure Paul Adjalala, superviseur du groupement des maitres d’œuvre (Moe) sur le chantier.
Houndjro fait en réalité partie des plus grands marchés du lot de 35 marchés urbains et régionaux en cours de construction. Il sera composé des boutiques de 10 m2, des locaux de 6 m2, d’un espace aménageable de 4 000 m2, des toilettes pour hommes et femmes, des locaux administratifs et des caniveaux à connecter à ceux de la ville. A la remise du site effectuée le 14 janvier 2020, l’entreprise en charge des travaux disposait de 15 mois au titre du délai contractuel. Sur le chantier, plus de deux ans après le démarrage des travaux, ce n’est pas encore la grosse attraction.

LIRE AUSSI:  Présidentielle de 2026 : Wadagni n’y pense pas du tout, voici ses raisons

« Soyez rassurés »

Mais les techniciens rassurent. Au total, 6 blocs sont en construction. « Quand nous prenons les blocs A, B et C, les gros œuvres sont pratiquement terminés. Nous sommes sur les travaux de finition. On attend la charpente, le carrelage, la plomberie, l’électricité et autres. Maintenant, pour les deux blocs les plus grands qui sont en R +1, ils sont aussi presque achevés…», a indiqué Paul Adjalala. A l’en croire, les travaux qu’il reste à réaliser sont essentiellement liés à la charpente, au carrelage, à la plomberie, et suivra la phase relative au lot technique notamment l’électricité.
Confinés sur le site de relogement, vendeurs et usagers du marché, partagés entre inquiétudes et espérance, souhaitent un achèvement rapide des travaux. « Nous souffrons beaucoup et nous demandons qu’ils finissent tôt les travaux. Ça n’avance pas du tout. Pour vendre, il faut de l’espace. On nous a donné 1 m2. Ce n’est pas évident qu’on puisse exercer dans ces conditions. C’est pour cela que certaines femmes ont préféré quitter et laisser l’espace», a confié Moussa Vro, responsable des usagers du marché
Houndjro. Ainsi, sur ce site provisoire qui abrite le marché
Houndjro, l’attente paraît soutenue par l’espoir de retrouver au terme des travaux un marché moderne avec toutes les commodités y afférentes. « Elles ont raison de s’impatienter, puisque c’était leur marigot, elles se retrouvent mieux ici. Mais la meilleure solution serait de leur livrer un très bon marché que de précipiter les travaux, et que quelques jours après leur installation, des problèmes surviennent », soutient Paul Adjalala.
De toutes les façons, le gouvernement veille au grain. Le porte-parole a indiqué que le ministère du Cadre de vie et du Développement durable est à pied d’œuvre, afin que là où les difficultés perdurent, le gouvernement reprenne la main pour confier la poursuite des travaux à des entreprises qui ont davantage de capacité : « Soyez rassurés. Ce qui a démarré ici sera achevé dans les conditions requises», a promis Wilfried Léandre
Houngbédji?