Nouveau siège du Parlement à Porto-Novo: Les travaux de construction lancés

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Nouveau siège du Parlement à Porto-Novo: Les travaux de construction lancés

Nouveau siège du Parlement à Porto-Novo

Le président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou a officiellement lancé à Porto-Novo, ce jeudi 1er avril, les travaux de construction du nouveau siège du Parlement sur un site d’environ 9 hectares. Ces travaux vont coûter près de 28 milliards FCfa et sont prévus pour durer 30 mois. La cérémonie de lancement a connu la présence de plusieurs autorités dont le ministre en charge du Cadre de vie, José Tonato.

LIRE AUSSI:  Université de vacances des Tchoco-Tchoco: Le Prd attendu sur la présidentielle 2021

Signature du procès-verbal de remise de site, dévoilement du panneau de l’ouvrage, premiers coups de pioche et discours des autorités. Tels sont les actes marquants de la cérémonie de lancement, ce jeudi 1er avril, des travaux de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale. Ce joyau sera érigé sur le site de l’ex-direction générale de la Gendarmerie à Porto-Novo, situé derrière le palais des Gouverneurs, siège actuel du Parlement. Il va offrir aux députés un cadre de travail adéquat.
« Aujourd’hui, c’est avec fierté et joie que la huitième législature de l’Assemblée nationale accueille le démarrage des travaux de construction d’une nouvelle infrastructure de type moderne, érigée sur 9 hectares en plein cœur de notre capitale, la ville de Porto-Novo », s’est réjoui Louis Vlavonou, président de l’Assemblée nationale, qui a procédé au lancement officiel des travaux. Selon lui, loin d’être un poisson d’avril, le chantier est bien une réalité. Le président de l’Assemblée nationale se dit sidéré davantage par le style du nouveau siège de l’Assemblée nationale. Lequel se présente sous forme d’un arbre à palabre et incarne les valeurs de la démocratie ancrées dans la tradition africaine et béninoise avec comme vision de réunir les représentants de la nation sous un arbre pour prendre les grandes décisions dans l’intérêt de la communauté tout entière, souligne Louis Vlavonou. Le président de l’Assemblée nationale a souhaité que les travaux puissent durer environ 24 mois au lieu de 30 afin de permettre à l’actuelle législature d’organiser sa session inaugurale d’avril 2023, la toute dernière de sa mandature, dans le joyau.
Il n’a pas manqué de revenir sur l’ancien siège dont les travaux de construction lancés le 11 novembre 2008 ont été abandonnés au niveau de la berge lagunaire de Porto-Novo. Il se désole que les responsabilités ne soient pas jusqu’ici situées en dépit des nombreuses initiatives de contrôle, menées tant individuellement que collectivement par les députés des précédentes législatures sur ce chantier baptisé aujourd’hui par certains de « musée de la corruption ».

LIRE AUSSI:  Actualisation du Fichier électoral national: Appel à valoriser le capital humain et les acquis du Cos-Lépi

Fonds déjà mobilisés

La situation de ce projet a lentement amenuisé l’espoir de voir s’ériger un nouveau siège, le siège du peuple, a fait observer Louis Vlavonou. Raison pour laquelle il se dit fier d’accueillir le nouveau projet prometteur. Le président de l’Assemblée nationale a renouvelé sa reconnaissance au président de la République, Patrice Talon, grâce à qui ce projet prend corps après 12 années d’attente.
José Tonato, ministre en charge du Cadre de vie, est revenu sur l’importance du projet, un chantier majeur pour le gouvernement. Selon lui, l’ensemble des travaux est prévu pour coûter la somme de 27 437 784 698 F Cfa, toutes taxes comprises. Le chantier, à en croire le ministre, va générer 5 000 emplois directs et indirects. José Tonato a invité chacune des parties prenantes du projet à jouer convenablement sa partition pour son aboutissement heureux afin qu’au bout des 30 mois ou même avant, l’inauguration du joyau puisse intervenir. Le ministre a surtout exhorté la Société immobilière d’aménagement urbain (Simau) à veiller à ce que la réalisation des travaux suive les règles de l’art et reste dans le délai d’exécution prévu.

La 8e législature souhaite inaugurer

Moïse Achille Houssou, directeur général de la Simau, a rassuré les uns et les autres que ce projet dont la mise en route physique a commencé depuis novembre 2020 ne sera pas un éléphant blanc comme l’autre abandonné à la descente du pont de Porto-Novo. « Ce projet que nous lançons aujourd’hui n’est pas un poisson d’avril. Toutes les conditions de sa réalisation sont réunies. Les fonds sont mobilisés et le site libéré de toutes les contraintes. L’eau et l’électricité disponibles sur le chantier. L’entreprise en charge de l’exécution est sélectionnée. Le marché est signé. Le pari de voir les députés de la 8e législature ouvrir une de leurs sessions parlementaires dans les locaux de ce nouveau bâtiment sera tenu », a rassuré Moïse Achille Houssou.
Pour sa part, Wang Xiangming, directeur général de la Cscec, entreprise chinoise en charge de l’exécution du projet, a pris le pari d’être à la hauteur du chantier pour avoir fait ses preuves dans la réalisation de nombreux ouvrages du genre aussi bien dans le monde, en Afrique qu’au Bénin avec la construction du palais des congrès de Cotonou, du stade de l’amitié de Kouhounou et autres. Il promet de faire tout son possible pour mériter la confiance placée en son entreprise pour le renforcement de la coopération sino-béninoise.
Le même engagement a été pris par le cabinet Kéré Architecture qui, par la voix de son directeur général, Francis Kéré Archilala, a tenu à rassurer aussi les uns et les autres. Il dit disposer de toutes les capacités techniques et de l’expertise requise pour bien jouer son rôle de maître d’œuvre des travaux.
Le préfet de l’Ouémé, Joachim Apithy et le maire de Porto-Novo, Charlemagne Yankoty s’engagent à jouer, chacun en ce qui le concerne, sa partition pour que tout se passe bien sur le terrain n
Les caractéristiques du projet

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale: Me Adrien Houngbédji officiellement investi ce jour

Le nouveau siège de l’Assemblée nationale dont les travaux ont été lancés, ce jeudi, est composé d’un bâtiment principal de type R+4 ayant la forme d’un arbre, symbole de l’arbre à palabre, lieu ancestral de rassemblement, à l’ombre duquel l’on se réunit pour discuter des décisions importantes à prendre pour l’avenir de la communauté. Ce bâtiment principal comporte :
– Un rez-de-chaussée de 12500 m² qui abrite l’hémicycle de 150 sièges extensibles à 300 sièges, six salles de conférence de 80 places chacune, deux salons d’honneur, une grande salle polyvalente de 448 places et un restaurant du personnel ;
-Un 1er étage de 4000 m² abritant le cabinet du président de l’Assemblée nationale et les bureaux des présidents des commissions et des groupes parlementaires, soit un total de 83 bureaux et 5 grandes salles de réunion de trente places chacune ;
-Un 2e étage de 4000m² qui comporte 96 bureaux de députés, 4 salles d’attente et 4 salles de réunion de trente places chacune ;
-Un 3e étage de 4000 m² qui abrite le Secrétariat administratif comportant 74 bureaux individuels et paysagers, 4 salles de réunion de 30 places chacune et enfin
-Un 4e étage de 4000 m² qui abrite un restaurant panoramique de 120 places, 2 grandes zones de locaux techniques et une couverture en panneaux solaires.
A cela s’ajoutent des bâtiments annexes composés de : la questure qui comprend un ensemble de 93 bureaux ; 2 grandes salles de réunion; un restaurant du personnel de 120 places ; un service infirmerie, crèche, gymnase et de guichet de banques ; une caserne militaire composée de 14 bureaux, 1 dortoir, une salle de réunion et 1 salle d’instruction ; un parking de 250 places et un grand jardin public.

LIRE AUSSI:  Université de vacances des Tchoco-Tchoco: Le Prd attendu sur la présidentielle 2021