Organisation de la Can 2025: Le flux infrastructurel qui conforte le dossier du Maroc

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubrique(s): Sports |   Commentaires: Commentaires fermés sur Organisation de la Can 2025: Le flux infrastructurel qui conforte le dossier du Maroc

Le stade de Rabat où s’est déroulée la finale de la Coupe du monde des clubs 2022

Conscient que les infra-structures de classe mondiale constituent des éléments clés pour réussir l’organisation de compétitions continentales et internationales, le Royaume du Maroc a mis en place des routes, des transports publics, des hôtels et des installations sportives. Un flux infrastructurel qui lui a déjà valu l’organisation de trois Coupes du monde des clubs et pourrait conforter son dossier pour la Can 2025.

LIRE AUSSI:  Ligue 1 de football: Mouritala Ogoubiyi désormais sous les couleurs des Buffles Fc

Lorsqu’un pays dispose des infrastructures de classe mondiale, il gagne en crédibilité et est capable d’abriter de grandes compétitions sportives continentales et internationales. Le Royaume du Maroc a fait sien cet idéal et a investi fortement dans la mise en place des infrastructures notamment des routes, des transports publics, des hôtels, des hôpitaux, et des installations sportives. Toutes choses qui lui valent la confiance des instances mondiales du sport-roi pour abriter des compétitions et événements internationaux. En témoigne l’organisation réussie de trois Coupes du monde des clubs (2013, 2014 et 2022). Au Maroc, les matches se déroulent sur des stades de haute technologie, assurant un confort maximal aux spectateurs. Il s’agit des stades de Tanger (60 000 places), Fes (35 000 places), Rabat (45 000 places), Casablanca 45 000 places), Marrakech (45 000 places) et Agadir (45 000 places). En dehors de l’organisation de ces tournois, le Maroc a été pays hôte de la Coupe d’Afrique des Nations féminine 2022, de la Ligue des Champions féminine et de grands événements internationaux comme la Cop 22
où le Royaume a accueilli plusieurs chefs d’État et de gouvernement. Le Royaume dispose aujourd’hui de plus de 200 pelouses synthétiques aux normes, d’une vingtaine de stades avec pelouses naturelles et éclairages aux normes et cinq centres régionaux de formation. Avec cette potentialité en infrastructures sportives, le Maroc dispose incontestablement de l’une des meilleures offres en termes de logistiques footballistiques en Afrique. Car, non seulement tous les stades du Royaume ont reçu l’homologation de la Fifa (dans le cadre du dossier de candidature pour la Coupe du Monde 2026), mais aussi celle de la Caf, dans le cadre des qualifications à la Coupe du monde et à la Can.

Une potentialité éblouissante

La mauvaise qualité des infra-structures conduit plusieurs nations du continent à délocaliser leurs matchs vers le Maroc. A côté des stades se trouve, le fameux Complexe Mohammed VI de Football, infrastructure unique en Afrique. Ces installations s’étendent sur presque 30 hectares et offrent des équipements de pointe, conformes aux standards de la Fédération internationale de Football Associations.
Ce joyau du football marocain qui a vu défiler plusieurs équipes du monde entier est l’un des complexes sportifs les plus importants et performants de la planète. Avec une conception du cycle de développement, qui commence par la détection des talents via les clubs, vers les centres régionaux, le Royaume a fait un effort énorme pour doter ses clubs de centres de formation. C’est le cas entre autres du centre technique de Saidia, dans l’ouest du Maroc, du Centre Raja de Casablanca et bien d’autres en cours de livraison dans le Royaume. Ces dernières années, les infrastructures de transport du Maroc se sont transformées afin de pouvoir offrir des solutions rapides et efficaces aux populations comme aux hôtes du Royaume lors des grands événements sportifs comme la Coupe du monde des Clubs ou la Coupe d’Afrique des Nations que le pays s’apprête à accueillir.

LIRE AUSSI:  Open Paris Karaté 2018: Contre-performance d’Océane Ganiero face à Ben Zeid Kholdane

Des réseaux aérien, ferroviaire et routier denses

Le réseau de transport du Maroc est une référence dans le monde notamment avec l’aéroport Mohammed V de Casablanca qui est un véritable hub africain. Avec un parking avions d’une superficie de 250 000 m², il a une capacité de 64 avions dont 11 gros-porteurs, 19 passerelles dont une triple passerelle pour l’accueil des avions de type A380. L’aéroport Mohammed V place la culture client au centre de ses priorités. A ce titre, il a obtenu les certifications Iso 9001 certifié en février 2009 (version 2008) et renouvelé depuis 2009, Iso14001 certifié en avril 2013 (version 2004) et renouvelé depuis 2013 et Aha décembre 2020, fréquence annuelle de maintien du certificat d’accréditation. Depuis sa création en 1957, Royal Air Maroc est une compagnie aérienne leader en Afrique. Avec une flotte jeune composée de 59 appareils (en 2019), elle dessert plus de 105 destinations dans le monde et transporte près de 8 millions de passagers par an. Royal Air Maroc est présent dans plusieurs pays, aussi bien en Afrique de l’Ouest qu’en Afrique Centrale ou de l’Est.
Une Can 2025 au Maroc donnera aussi la chance à la diaspora africaine présente en Europe et ailleurs de se déplacer facilement, le Royaume étant largement desservi à partir du Vieux Continent avec des tarifs très abordables. Chaque ville hôte dispose d’un aéroport international. Il sera également possible de se déplacer entre les villes en train, étant donné qu’elles sont toutes reliées par voie ferroviaire. En ce qui concerne la longueur du réseau ferroviaire, le Maroc se place au 98e rang mondial avec 0,06 mètre par habitant. Au total, le réseau ferroviaire mesure 2 295 kilomètres. Le trafic de marchandises sur les rails s’élevait dernièrement à 3,90 milliards de tonnes et de kilomètres parcourus. Le transport de passagers a atteint 4,48 milliards de passagers-kilomètres en 2018.
Faut-il le signaler, le réseau de routes et d’autoroutes a une longueur totale de 57 300 km au Maroc. Pour chacun des 37,08 millions d’habitants du pays, cela représente donc 1,55 mètre. Le Maroc se place ainsi à la 185e place du classement mondial. Il faut toutefois tenir compte de la taille et de la densité de la population du pays, qui est d’environ 83 habitants par km². Les pays qui comptent moins d’habitants sur une surface identique, voire plus grande, atteignent naturellement des valeurs très différentes et doivent relier des régions éloignées au réseau de transport.
Du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest, la dynamique déclenchée par le Maroc depuis trois décennies au niveau de ses provinces porte des fruits avec une stratégie de développement axé sur la construction des routes, des ports, des projets de logement, la promotion du potentiel des secteurs agricole, touristique, des télécommunications et de la pêche maritime. Pour désenclaver les provinces du sud, l’Etat a investi dans le réseau routier à travers la construction et la rénovation de plus de 3 000 km de routes pour un investissement global de 3,5 milliards dirhams. Le réseau routier ne dépassait pas les 70 km avant 1975. Dans cette dynamique, l’on retient aussi le projet de l’énergie éolienne à Tarfaya, le plus grand du genre en Afrique et qui constitue l’un des importants chantiers lancés par le Royaume pour le développement socio-économique et environnemental des provinces du sud. Selon les données de Nareva Holding, le projet qui a nécessité des investissements d’une valeur de 5 milliards de dirhams produira à terme 301 Mégawatts grâce à 131 éoliens. L’infrastructure portuaire a été consolidée par l’Etat avec le renforcement des équipements des ports de Laâyoune (Ville de Marsa), de Tarfaya et de Boujdour pour stimuler l’activité économique et l’investissement dans la région.

LIRE AUSSI:  Match Bénin-Nigeria : Michel Dussuyer dévoile sa liste cet après-midi

Le Maroc, un Royaume ouvert !

Pour avoir été visité par plus de 10,9 millions de touristes en 2022 (Source : ministère du Tourisme), le Maroc est un royaume ouvert sur le monde. Rabat, Marrakech, Casablanca, Tanger, Fès et Agadir sont les grandes attractions pour de nombreux visiteurs. Ces grandes villes disposent d’infrastructures hôtelières en parfaite harmonie avec l’environnement traditionnel. Sans risque de se tromper, le Royaume est « le pays le plus touristique à l’échelle continentale ». Il est d’ailleurs doté d’infrastructures hôtelières qualifiées et suffisantes pour accueillir non seulement les délégations des 24 équipes qualifiées pour la Can mais aussi les 48 sélections pour une coupe du Monde. Et pour cause !
Lors de la candidature pour la Coupe du monde 2026, une Task Force de la Fifa composée de dizaines d’experts avait sillonné tout le Maroc pendant plusieurs mois avant d’attribuer une note au-delà de la moyenne qui rendait la candidature du Royaume éligible à la Coupe du monde dans son nouveau format à 48 équipes. C’est dire que le Maroc est le seul pays africain à avoir passé avec succès le préalable exigé par la Fifa concernant l’ensemble des critères établis dans son cahier des charges (infrastructures sportives, hôtelières, de santé …)
pour pouvoir être éligible à l’organisation de la Coupe du monde dans son nouveau format à 48 équipes. On peut bien affirmer que le dossier du Royaume pour l’organisation de la Can 2025 est au complet. Les sources officielles indiquent qu’il y a plus de 90 000 chambres réparties dans ses villes hôtes, de normes internationales et dont le budget est adapté à toutes les bourses.