Organisation des législatives du 26 avril :La CENA sollicite l’accompagnement des acteurs politiques

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Organisation des législatives du 26 avril :La CENA sollicite l’accompagnement des acteurs politiques


Les membres de la Commission électorale nationale autonome (CENA) étaient hier, mercredi 18 février, face aux acteurs des partis et mouvements politiques, notamment ceux impliqués dans le processus électoral actuellement en cours. Les discussions entre les deux parties leur ont permis de s’entendre sur l’essentiel à faire par chacune d’elles, afin que le processus électoral se passe sans anicroches. La séance a eu lieu au Chant d’oiseau à Cotonou.

LIRE AUSSI:  3e édition des examens nationaux de licence: Les épreuves lancées pour 693 candidats à Ste Rita

L’exercice auquel les partis et alliances de partis politiques ont été invités hier relève de la routine en période électorale et vise, d’une part à écouter les doléances et suggestions des acteurs politiques, et d’autre part, à les tenir informés de l’avancement des opérations inscrites dans le calendrier électoral. « Nous avons estimé que le moment est venu pour nous de vous rencontrer parce que vous êtes à la fois les acteurs et les bénéficiaires de l’aboutissement du processus électoral », leur a donc dit à l’entame de la rencontre le président de la CENA, Emmanuel Tiando, tout en les rassurant de l’engagement de ses pairs et lui à travailler à l’organisation dans la transparence et la crédibilité des élections à venir. Selon ses explications, la commission dont il a la charge, cheville ouvrière de l’organisation des élections au Bénin, ne pouvait réussir sa mission sans tendre la main aux acteurs politiques qui constituent un chaînon important, surtout que le Code électoral leur confère un rôle essentiel à cet effet.

LIRE AUSSI:  Supposée menace sur les libertés sur les réseaux sociaux: Le Gouvernement n’a pas violé la Constitution

« A la CENA, nous avons besoin de votre soutien et de votre confiance parce qu’ils vont nous permettre de conduire à bon port le processus », martèlera par la suite Emmanuel Tiando.
Pour ce qui est des objectifs même de la rencontre d’hier, il les a situés sur trois points. Le premier, c’est de faire le point de l’état d’avancement du processus d’organisation et de tout ce que la CENA a entrepris en vue d’une bonne organisation des élections. Secundo, le président de la CENA a proposé à ses invités un rappel des dispositions du Code électoral et en dernier ressort, il était question d’échanger avec eux, en vue de recueillir leurs suggestions pour l’organisation réussie des élections, gage de paix sociale et de cohésion. Si l’on s’en tient aux détails fournis par le commissaire Basile Fassinou, le processus d’organisation des élections législatives du 26 avril prochain suit son cours.

Et en dehors des tâches administratives internes, le processus de recrutement des acteurs devant aider la CENA dans sa mission est déjà engagé sur plusieurs points. S’agissant des coordonnateurs d’arrondissement par exemple, le dépouillement des dossiers est bouclé, selon lui, et il ne reste que la plénière valide ce dépouillement et rende publique la liste. Le recrutement des assistants des coordonnateurs d’arrondissement et des membres des postes de vote est aussi très avancé, annonce-t-il. Le dépouillement des dossiers des assistants a commencé et sera suivi de celui des membres de poste de vote, soutient également Basile Fassinou.
La CENA a adopté déjà le calendrier électoral et à compter du 20 février prochain, la réception des dossiers de candidatures commencera. Quelques dispositions relatives aux déclarations des candidatures et aux pièces constitutives des dossiers ont été aussi rappelées par lui aux acteurs politiques invités. A sa suite, le commissaire Moïse Bossou s’est appliqué à partager avec l’assistance quelques innovations introduites dans le Code électoral. Mais c’est beaucoup plus le mode de calcul des sièges qui a été le point culminant de l’intervention de ce dernier. Et comme il fallait s’y attendre, les questions des représentants des partis et alliances de partis ont tourné prioritairement autour de ce mode de calcul, ceux-ci voulant comprendre, entre autres comment la CENA compte gérer les cas d’égalité de suffrages, de ballotage et autres. Les assurances des commissaires à ce propos sont explicites. Cela n’est pas évident, à priori, ont-ils dissipé, rappelant au passage que la CENA ne donne que des résultats provisoires.