Organisation du 20e sommet de la Francophonie: Le Bénin se porte candidat

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Organisation du 20e sommet de la Francophonie: Le Bénin se porte candidat


Cotonou souhaite abriter le 20e sommet de la Francophonie. La vice-présidente de la République, Mariam Chabi Talata, a confirmé l’ambition du Bénin lors du 18e sommet qui s’est achevé, dimanche 20 novembre dernier, à Djerba en Tunisie.

LIRE AUSSI:  7e colloque des sciences, cultures et technologies de l’Uac : Pour valoriser les résultats de recherche et innovation

Un deuxième sommet de la Francophonie pourrait bien se tenir à Cotonou. 27 ans après celui de 1995, le Bénin s’est positionné à nouveau pour accueillir, en 2026, la 20e rencontre des Etats ayant le français en partage. Le pays a réaffirmé sa volonté d’organiser ce sommet après le 19e qui aura lieu à Villers-Cotterêts (France) en 2024.
A Djerba où s’est tenu le 18e sommet de la Francophonie, la vice-présidente de la République, Mariam Chabi Talata, a réitéré le souhait du chef de l’Etat, Patrice Talon, de voir le Bénin abriter le 20e sommet. Elle a à cet effet adressé le message à l’endroit des chefs d’Etat et de gouvernement et acteurs de la Francophonie qui s’étaient réunis les 19 et 20 novembre derniers, sur l’île tunisienne. A l’occasion, le chef de la diplomatie béninoise, Aurélien Agbénonci, qui avait déjà introduit la requête du Bénin auprès des acteurs de l’Organisation, a encore étayé le vœu du président Patrice Talon.
« Le Bénin a fait savoir qu’au nom de la règle qui permet d’alterner les continents pour la tenue des sommets, qu’il souhaite que le prochain sommet en Afrique, ait lieu sur son sol. C’est un souhait du président de la République, Patrice Talon, que j’ai confirmé dès mon arrivée à Djerba », a fait savoir le ministre béninois des Affaires étrangères et de la Coopération. Aurélien Agbénonci espère que cette organisation sera chose effective au Bénin « qui s’apprête à accueillir des rencontres internationales au titre du tourisme d’affaires qu’il promeut ».
Du 2 au 4 décembre 1995, le Bénin avait organisé, pour la première fois, le sixième sommet des pays ayant le français en partage. A l’époque, Cotonou était la deuxième ville d’Afrique à accueillir cet événement après Dakar (Sénégal) en 1989. Une cinquantaine de délégations dont 28 chefs d’État et de gouvernement avaient participé à ce sommet au cours duquel le président français d’alors, Jacques Chirac, a lancé l’appel de
Cotonou pour inciter ses homologues à combattre, dit-il, « le risque d’uniformité linguistique et donc culturelle dans le monde ».

LIRE AUSSI:  Faits marquants de l'année 2017: Les grands faits économiques

Le numérique pour une meilleure synergie francophone

Le 18e sommet était placé sous le thème : « La connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ». Au cours des échanges, la vice-présidente de la République, Mariam Chabi Talata, a fait savoir que la question du numérique inscrite dans la dynamique de modernisation de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) est vitale et pressante pour les 88 pays ayant le français en partage. A l’occasion, elle a fait part des efforts déployés par le gouvernement béninois pour amorcer la révolution de la digitalisation et du numérique avec des impacts positifs dans le quotidien des populations.
Au cours du sommet, la vice-présidente de la République a aussi, entre autres, partagé avec les délégations présentes, l’expérience béninoise en matière de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Au Bénin, « 1 064 jeunes béninois ont bénéficié de renforcement de capacités en matière de rédaction de plan d’affaires au modèle de la Confejes pour être candidats au Programme de promotion de l’entrepreneuriat des jeunes (Ppej). Cet appui conforte la politique du gouvernement dans le domaine de l’entrepreneuriat des jeunes », a-t-elle souligné. Outre les échanges et partages d’expériences sur divers sujets, la représentante du président Patrice Talon au 18e sommet de la Francophonie a eu des échanges en tête-à-tête avec plusieurs personnalités et chefs de délégation?