Organisation du Baccalauréat 2020: Un nouveau pari gagné pour le gouvernement

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Organisation du Baccalauréat 2020: Un nouveau pari gagné pour le gouvernement


Les ministres Eléonore Yayi Ladékan et Mahougnon Kakpo ont procédé hier, lundi 20 juillet à Houéyogbé, dans le Mono, au lancement au plan national des épreuves du Baccalauréat. L’organisation de cet examen à la suite du Cep (Certificat d’études primaires) puis du Bepc (Brevet d’études du premier cycle) et des autres examens du secteur technique, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, est un nouveau pari gagné à l’actif du gouvernement.

LIRE AUSSI:  A l’appel des femmes pour la présidentielle de 2016: Eric Houndété attend bénédiction et plébiscite de son groupe

Les épreuves du Baccalauréat ont été officiellement lancées au plan national, cette année, au collège d’enseignement général de Houéyogbé, dans le Mono où neuf centres de composition sont ouverts. La cérémonie présidée conjointement par Eléonore Yayi Ladékan, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et son collègue Mahougnon Kakpo en charge de l’Enseignement secondaire, a eu pour cadre la salle numéro 14 occupée par des candidats des séries B et C. Aux candidats ayant répondu à l’appel, les deux officiels ont servi, au retentissement de la sirène à 8 h 00, la toute première épreuve de l’examen qui s’étale sur trois jours. Mais, quelques minutes plus tôt, les apprenants ont eu droit aux mots d’encouragement. « Vous êtes à un examen et non à un concours. N’ayez pas peur. Les épreuves sont à la portée du candidat de niveau moyen», conseille Mahougnon Kakpo, ministre de l’Enseignement secondaire, technique et de la Formation professionnelle. Appuyant son collègue, la ministre Eléonore Yayi Ladékan invite les candidats à la circonspection et à donner le meilleur d’eux-mêmes pour réussir.
« Nous sommes pressés de vous accueillir dans l’Enseignement supérieur. Venez avec de très bonnes mentions », encourage-t-elle.
Au niveau du centre de Houéyogbé, composent 668 candidats inscrits dans quatre séries à savoir A, B, C et D. Pour tout le département du Mono, les candidats sont au nombre de 4 550 accueillis dans neuf centres de composition. Le lancement effectué à Houéyogbé, en présence du préfet Komlan Zinsou et du maire Cyriaque Domingo, vaut pour les 137 centres où composent les 95 404 candidats inscrits, cette année, au plan national.

LIRE AUSSI:  Lancement du budget général de l’État exercice 2021: Les instructions et modalités pour exécuter la loi des finances

Sécurité sanitaire satisfaisante

Avant de procéder au lancement de l’examen, les officiels ont tenu à s’assurer de l’effectivité des mesures barrières édictées contre la propagation du coronavirus. Dans la cour de l’établissement scolaire, ils ont pu noter l’installation de plusieurs dispositifs de lavage de mains à l’eau et au savon. Des flacons de gel mis à disposition par le gouvernement permettent également aux candidats et aux surveillants de se désinfecter les mains avant d’entrer en salle. Ici, tous les candidats sont munis de leur masque facial et disposés un par table. Les tables et bancs étant également distants les uns des autres, les ministres se sont réjouis du soin porté à la sécurité sanitaire des candidats. Ils n’ont pas manqué d’exhorter au maintien du cap. Après Houéyogbé, les officiels et leur suite ont visité le centre de composition de Bopa puis celui de Comé où la même attention a été portée sur les mesures sanitaires contre la pandémie de Covid-19.

LIRE AUSSI:  Deuxième édition de la Journée comptable : Le Cenafoc vulgarise la nouvelle Taxe professionnelle synthétique

Pari gagné

Relativement à l’organisation de l’examen, « Le calme règne. Les candidats sont bien disposés. Il n’y a pas d’absences notées de façon véritablement visible », retient la ministre Eléonore Yayi Ladékan. A l’en croire, la tenue du Baccalauréat s’entend tel un pari que le gouvernement vient de gagner. « Il y a quelques mois, cela n’était pas envisageable à cause de la crise sanitaire. Mais grâce à l’organisation mise en place par le gouvernement, soutient-elle, nous sommes arrivés à relancer les activités pédagogiques puis organiser les examens ». Rappelant que l’examen du Baccalauréat se tient à la suite de ceux du Cep (Certificat d’études primaires) puis du Bepc (Brevet d’études du premier cycle) et des autres examens du secteur technique, son collègue Mahougnon Kakpo décerne un satisfecit à l’équipe gouvernementale dont il fait partie.
« Nous devons féliciter le gouvernement pour avoir gagné le pari de refuser les années blanches et faire composer nos candidats en paix». Mieux, le gouvernement ne se contente pas que du respect des mesures barrières pour limiter la propagation de la pandémie par ces temps d’examen. Entre autres, il mise sur une application numérique, e-résultat, pour faciliter la consultation à distance des résultats.
« L’application sera lancée le jeudi prochain par le gouvernement », glisse le ministre. Sur cette innovation, l’objectif visé est double. Il s’agit de faciliter la consultation à distance des résultats d’une part et d’éviter les bousculades et les agglutinations caractérisant les séances de proclamation des résultats d’autre part. Dans le même souci de limiter l’exposition des apprenants aux risques de contamination au Covid-19, les candidats des séries F3 et F4 ont été autorisés à composer dans le département.

LIRE AUSSI:  Conduite des enquêtes judiciaires: Neuf gendarmes formateurs outillés aux Techniques d’identification criminelle

12 août pour les résultats du Bac

Le suspense est levé hier, au Ceg Houéyogbé, sur la date des résultats du présent examen du Baccalauréat. « Si tout va bien, les résultats seront connus le 12 août prochain », fait savoir la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Eléonore Yayi Ladékan invite les candidats à se rendre, à cette date, sur l’application e-resultat conçue sous l’égide de la ministre de l’Economie numérique et de la Digitalisation. Pour faciliter la consultation des résultats en ligne, rassure la ministre, toutes les dispositions sont en train d’être prises.